Eccica-Suarella

Sous-titre


Liste des édifices étudiés : 

Description

Eccica-Suarella est l'une des six communes constituant la Pieve de Bastelica actuellement regroupées au sein de la Communauté de Communes de la Vallée du Prunelli. Elle s'étend sur 1447ha, dont 251 ha de forêt. Le territoire de la commune est composé de trois grandes parties : à l'Est le hameau d'Eccica : végétation de gros maquis et de fôret sur un relief accidenté et vallonné. Partie où est situé le village historique trois hameaux : Eccica, hameau ancien, Suarella, hameau ancien Cotone, Stangone : hameau récent.

"Dossier Collectif Maisons"

470 bâti INSEE ; 20 repérées ; 13 étudiées

18% des maisons repérées datent du 17siècle ; 16% du 18e siècle ; 50% du 19e siècle ; 16% du 20e siècle

Toutes les maisons repérées sont en granite. Les toits sont traditionnellement couverts de tuiles.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : granite ; moellon ; enduit

Matériaux de la couverture : tuiles en couverture

Auteur

Bernardi Marina ; Luciani Antonu

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Localisation

Lieu de consultation

Corse, Corse-du-Sud, 2A, Canton de Bastelica

Période

Les premiers habitants de la commune vivaient des différents hameaux, Poggiu, Eccica, Casavecchia, Barracone. L'église piévane était située à la plaine Saint-Jean. L'assassinat d'Arrigo Bel Messere, aux alentours de l'an 1000, atteste un habitat dans les limites de la commune, entre la Rocca de Cauro et la colline de Travaletto. Il n'est ensuite plus fait mention de la commune pendant des siècles. Le village n'a pas échappé aux invasions barbaresques, ce qui explique le dépeuplement momentané de Suarella, les populations se repliant vers les hauteurs, Eccica, Tolla, Bastelica. La commune faisait partie de la piève de Cauro, qui fut rebaptisée Pieve di Sampiero par Pascale Paoli sous la révolution. L'église Saint Thomas, située entre Eccica et Suarella, est dotée d'un clocher daté de 1769. Elle a été restaurée sous le second empire grâce à la générosité de Napoléon III. Une église dédiée à Santa Maria située à Eccica, subsiste encore aujourd'hui, mais est désaffectée. Des sépultures d'immigrés corse décédés a Rome en 1531, et originaires de Suarella, atteste donc de l'existence du village au XVIe siècle, voir même au XVe... Des mentions sont faites, dans le cadastre napoléonien et dans celui du plan Terrier (1793), de ruines d'un château sur les hauteurs d'Eccica ce qui pourrait confirmer l'origine médiévale du premier village. Evolution de la population en 1800, 412hab ; en 1821, 512 hab ; en 1836, 575hab ; en 1846, 616ha ; en 1866, 677ha ; en 1881, 600hab ; en 1901, 883hab ; en 1911, 974 hab ; en 1921, 801 hab ; en 1936, 713 hab ; en 1946, 391 hab ; 1982, 503 hab ; 1999, 684 hab ; en 2007, 862 hab et en 2010, 1030 hab.

Citer ce document

Bernardi Marina ; Luciani Antonu, “Eccica-Suarella”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 21 janvier 2022, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/11473.

Partager