Correspondance de John-Antoine Nau à Toussaint Luca (4 janvier 1913)

Description

Correspondance manuscrite originale de John-Antoine Nau à Toussaint Luca, le 4 janvier 1913 depuis Porto-Vecchio, Tournant de la Marine.
(Support : papier libre)

Retranscription :

Porto-Vecchio (Corse),
(Tournant de la Marine),
4 janvier 1913

Mon cher confrère et ami,
Je vous envoie tous mes meilleurs vœux de bonheur pour l’an 1913 et ces vœux vous seraient parvenus plus tôt, si je n’avais pas eu un tas de petites occupations agaçantes, voire insupportables qui m’ont tanné tous ces temps-ci.
Vous savez que nous redevenons la Corse classique : nous affirmions, avec raison du reste, aux Pinzuti de passage chez nous, que l’île était admirablement tranquille, qu’on ne tirait plus que sur les lièvres et les merles, que nous étions le département modèle : Allons, bon ! Cette année qui a été déplorable comme récoltes a été horriblement fertile en « bandits d’occasion ». Il n’y a plus assez de gendarmes sur le « continent » : on nous bouffe tous nos Pandores et nous serons forcés de commander des gendarmes aux fabriques de l’Étranger qui manufacturent ce genre d’articles. Enfin, espérons que cet état de choses, d’ailleurs peu dangereux pour les gens tranquilles comme nous, va se modifier prochainement.
Vous m’avez dit fort gentiment que si j’avais besoin de la Préfecture de la Corse, vous seriez aimable pour intervenir amicalement : Or, si, personnellement, je vis, farouche et calme dans mon petit coin, je connais un jeune homme qui aurait bien besoin d’un coup d’épaule. (C’est le parent d’un de mes très bons amis.) Ce jeune homme qui s’appelle Pierre Valli, qui est très intelligent et très honnête et qui fut facteur intérimaire des Postes à Porto-Vecchio, se trouve actuellement sans place et sans argent. Quand on n’a plus eu besoin de lui comme facteur intérimaire on l’a envoyé « balayeur de feuilles » selon la formule élégante adoptée dans le monde, et aussi selon l’usage immémorial.
Il serait bien heureux s’il pouvait être nommé à la place vacante de porteur-auxiliaire du télégraphe à Porto-Vecchio.
C’est, je le répète, un très gentil garçon, intelligent, honnête et travailleur. Je vous serai bien reconnaissant si vous pouvez faire quelque chose pour lui.
Avec mes meilleurs souhaits, mon cher ami, et ceux de ma femme, je vous prie de recevoir une bonne et affectueuse poignée de main.
Votre ami,
John-Antoine Nau

Note rédigée par Pierre Valli et jointe à la lettre :
Valli Pierre – 31 ans
Services successifs
3 ans de services militaires comme secrétaire. Libéré le 18 septembre 1906.
Postulant facteur rural des postes (août 1906)
Facteur intérimaire depuis décembre 1906 au 30 juin 1910.
1er juillet 1910 au 20 septembre 1912 : facteur auxiliaire temporaire, attaché au Bureau de Porto-Vecchio.

Auteur

Nau, John-Antoine

Source

Gherardi, Eugène F.-X., Tournant de la Marine : La Corse de John-Antoine Nau 1909-1916, Ajaccio : Albiana, 2016.

Date

4 janvier 1913

Contributeur

Luca, Toussaint

Droits

Collection particulière

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Relation

Fonds John-Antoine Nau

Langue

français

Citer ce document

Nau, John-Antoine, “Correspondance de John-Antoine Nau à Toussaint Luca (4 janvier 1913)”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 20 octobre 2021, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/1102393.

Partager