Correspondance de John-Antoine Nau à Daniel Thaly (10 janvier 1913)

Description

Correspondance manuscrite originale de John-Antoine Nau à Toussaint Luca, le 10 janvier 1913 depuis Porto-Vecchio, Tournant de la Marine.
(Support : papier libre)


Daniel Thaly (Roseau, La Dominique 1879-La Dominique, 1950), médecin de formation, poète antillais d’inspiration parnassienne, chef de file de l’école « doudouiste », mouvement littéraire qui
fait la part belle à l’exotisme et aux stéréotypes insulaires.

Retranscription :

Porto-Vecchio (Corse),
Tournant de la Marine,
10 janvier 1913

Mon cher confrère et ami,
Je tiens à vous remercier tout de suite du grand plaisir que vous m’avez fait en m’envoyant votre beau livre de poèmes Nostalgies Françaises.
Non moins reconnaissant de la trop belle et trop aimable dédicace que vous avez écrite pour mon exemplaire, je porterai pourtant : c’est vous qui êtes un grand poète et je ne suis qu’un vieux semi-lyrique, tout au plus. Votre livre m’a énormément plu ; Il est plein de choses délicieuses et je les relirai, certainement, un nombre considérable de fois. Vous avez évoqué splendidement le ciel merveilleux, si féériquement changeant des Antilles, la confondante beauté de leur flore, l’air paradisiaque de là-bas, en des vers inoubliables.
Bien que je sois un prisonnier (assez reluctant) de l’Europe et me sente pour cette partie du monde moins amicalement disposé, j’aime beaucoup ce que vous dites des paysages français que vous idéalisez en grand artiste.
Voilà un livre qui doit vous placer très haut parmi les poètes français et je suis heureux de vous en féliciter en confrère plus âgé et moins bien doué mais nullement jaloux. Vous êtes le poète complet qu’attendaient les Antilles, c’est un bonheur pour tous ceux qui aiment les belles îles caraïbes vertes et or sur l’azur chaud et lumineux que l’apparition de semblables poèmes.
J’ai été très flatté que vous ayez mis un de mes vers en épigraphe à d’autres vers plus beaux qui sont de vous.
Je serai bien heureux si l’an prochain me ????? (si j’ai de la chance !) aux Antilles.
Je puis enfin, de la Martinique ou de la Guadeloupe venir vous serrer la main.
Encore mille félicitations, mon cher confrère et ami, et trouvez là l’expression de la vive et cordiale admiration de votre ami.

John-Antoine Nau

Auteur

Nau, John-Antoine

Source

Gherardi, Eugène F.-X., Tournant de la Marine : La Corse de John-Antoine Nau 1909-1916, Ajaccio : Albiana, 2016.

Date

10 janvier 1913

Contributeur

Thaly, Daniel

Droits

Collection particulière

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Relation

Fonds John-Antoine Nau

Langue

français

Citer ce document

Nau, John-Antoine, “Correspondance de John-Antoine Nau à Daniel Thaly (10 janvier 1913)”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 20 octobre 2021, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/1102390.

Partager