Correspondance de John-Antoine Nau à Toussaint Luca (3 avril 1913à

Description

Correspondance manuscrite originale de Johan-Antoine Nau à Toussaint Luca, le 3 avril 1913 depuis Porto-Vecchio, Tournant de la Marine.
(Support : papier libre)

Retranscription :

Porto-Vecchio, 3 avril 1913,
Tournant de la Marine

Mon cher ami,
Un tableau représentera plus tard le Martyre de St. Toussaint*-Luca bombardé par ses amis, comme Andrinople. Oui, c’est encore moi, (je n’en ai pas, un toupet !), qui viens vous embêter.
Maintenant que Mallaroni se tient à-peu-près tranquille, c’est Pierre Valli celui qui désire être nommé facteur (intérimaire) du télégraphe à Porto-Vecchio qui voudrait bien savoir s’il sera accepté. On lui a demandé tous ses papiers, ce qui lui a donné de l’espoir mais, depuis près de six semaines, il n’entend plus parler de rien. Serait-il possible d’en toucher un mot au Préfet sans rendre fou de rage cet administrateur départemental si fort persécuté par nous ? Ah ! Non ! Je n’aimerais pas être préfet ou conseiller de préfecture ! On doit devenir très vite neurasthénique dans ces emplois-là, surtout quand on a des amis aussi barbants que je le suis.
Maintenant, il faut vous dire que ce Valli est un copain, étant le cousin de notre meilleur ami de Porto-Vecchio. Mais ça ne m’empêche pas d’être bien désagréable ! Je me mets à votre place et souffre pour vous, pour le préfet de la Corse, pour tout le monde !
Je vous remercie de faire toujours si bon accueil à nos éternelles demandes. Ma femme vous dit mille choses amicales et je vous serre fort cordialement la main.
Votre insupportable ami,

John-Antoine Nau

Un Corse un peu fatigué par la vie
Mais désireux d’avoir une « position »
Taquinait chaque jour l’Administration
Pour obtenir, (drôle d’envie !)
Le poste de gardien d’un sérail officiel.
Mais une vieille fille à prunelle andalouse
Remuait enfers, terre et ciel
(Et… la Préfecture à moins que je ne me blouse !)
Afin qu’on lui donnât un gentil bachelier
Bien bâti, de forte nature
Comm’secrétair’particulier
Dûment estampillé par cette préfecture.
On se trompa dans le « travail » :
On envoya le fort bachelier au sérail ;
Puis une lettre solennelle
Fut rédigée un beau matin
Nommant le vieux monsieur éteint
Eunuque chez la vieille demoiselle !
______
MORALE
Rien ne sert de courir, il faut « marcher » à point.

Fables corses
(par J.-A. Nau petit-fils, Ajaccio, 1940).

*Pléonasme.

Auteur

Nau, John-Antoine

Source

Gherardi, Eugène F.-X., Tournant de la Marine : La Corse de John-Antoine Nau 1909-1916, Ajaccio : Albiana, 2016.

Date

3 avril 1913

Contributeur

Luca, Toussaint

Droits

Collection particulière

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Relation

Fonds John-Antoine Nau

Langue

français

Citer ce document

Nau, John-Antoine, “Correspondance de John-Antoine Nau à Toussaint Luca (3 avril 1913à”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 20 octobre 2021, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/1102385.

Partager