Patrimonio

Sous-titre


Liste des édifices étudiés
 :

Description

Au pied du Cap Corse, la commune de Patrimonio se situe dans le canton de la Conca-d'Oro. Celle-ci constitue la partie basse du Nebbio. Sa superficie est de 17 km2. Elle est séparée de Bastia distante de 12 km par une ligne crêtes partant du Pigno (958 m) jusqu'à la Cima di Gratera (1024 m). On arrive de Bastia en passant le col de Teghime. La commune est aussi limitrophe de Farinole au Nord, Saint Florent et Barbaggio au Sud. Son territoire est constitué d'une partie montagneuse au pied de la Serra di Pigno. En descendant, on trouve des coteaux et une plaine fertile structurée par des cours d'eau. Au Nord, le Fium'Albino coule le long des falaises calcaires de Tuffone Nielu, il se jette dans la mer aux Catarelli où il sert aussi de frontière avec Farinole. L'autre cours d'eau important est la Strutta qui se jette à la plage d'Olzu et sépare Patrimonio de Barbaggio et de Saint-Florent. La dernière partie de la commune est la façade maritime encore peu urbanisée. Elle va jusqu'à la Punta Vecchiaja. Elle est séparée de la plaine par d'imposantes falaises calcaires. Le calcaire est en effet emblématique de cette partie du Nebbio. L'ensemble constitue un bassin sédimentaire calcaire, le seul cas en Corse et rare dans le monde méditerranéen. Cela a permis le développement des activités agricoles depuis la plus haute Antiquité. Actuellement l'agriculture est très présente grâce à l'AOP Patrimonio (la première en Corse) qui compte 32 vignerons et s'étend dans la région du Nebbio sur plus de 500 hectares. On trouve aussi de l'élevage ovin, de l'oléiculture et de l'apiculture ainsi que des activités artisanales. Le village, situé en coteau à 4 km de Saint Florent, est constitué de plusieurs hameaux, Ficaja, Palazzo, Stazzona, Frecciasca, Puccinasca, Casale, Santa Maria, Cardeto, Calvello liés entre eux par l'urbanisation depuis la fin du 19e siècle. ("Précis de Géographie de la Corse" Pierre SIMI)

"Dossier collectif Maisons" :

427 maisons INSEE; 46 repérées; 6 étudiées

8% des maisons étudiées et repérées sont du 15e siècle; 6% sont du 16e siècle; 25% sont du 17e siècle; 15% sont du 18e siècle; 23% sont du 19e siècle; 23% sont du 20e siècle

Les murs sont majoritairement en schiste et en cipolin. Les toits sont traditionnellement en schiste mais beaucoup de maisons du 19e siècle et du début 20e siècle sont couvertes de tuiles canales ou de tuiles mécaniques.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; cipolin ; moellon ; enduit

Matériaux de la couverture : schiste en couverture ; tuile ; tuile mécanique

Auteur

Andreani Christian ; Machline Sarah

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Localisation

Lieu de consultation

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de la Conca-d'Oro

Période

On trouve des traces d'occupation humaine au prénéolithique sur le territoire de Patrimonio avec l’abri de Strette daté de 7000 ans avant JC. La présence de nombreuses grottes creusées dans le calcaire par l’érosion a favorisé une occupation humaine et des activités agricoles parmi les plus anciennes de Corse. Non loin de là au pied du Monte Sant’Angelo (Scaffa Piana) on a trouvé des vanneries en jonc fossilisées, une curieuse et imposante pierre comportant des cupules (U Tavulinu di u Vescu / La table de l’Evèque) et la fameuse statue menhir de « Nativu » exposée au théâtre de verdure de Patrimoniu. En 1092, Gênes obtient du pape Innocent II les diocèses de Mariana, Accia et Nebbio de la Terra del Comune. La région est marquée par la présence de seigneurs médiévaux. A partir du 13e siècle et jusqu'au 14e siècle, les seigneurs de Bagnaia puis les Cortinchi sont omniprésents dans la région (Château de la Tozza, chapelle Santa Maria). On trouve par ailleurs de nombreux actes notariés issus de la Chartreuse de Calci de cette époque mentionnant des biens appartenant à la République de Pise et reçus par donation. Vers 1550, la Pieve de Patrimonio comptait environ 550 habitants et englobait une partie du territoire de Barbaggio. Elle était l'une des cinq pievi de la province du Nebbio (Patrimonio, Olmeta, Oletta, Farinole, Santo Pietro et Santo Quilico) et relevait de la juridiction de Bastia. La Pieve de Patrimonio relevait de l'évêque du Nebbio dont l'autorité s'étendait sur les cinq Pievi de Canari, Nonza, Patrimonio, Santo Quilico et Santo Pietro. Les lieux habités de la Pieve à l'époque s'appelaient lo Palazzo, la Ficagia, la Picinasca, lo Cardeto, lo Calvello, la Feruciasca, Barbagio, Brigheta, Casatico. Les familles de notables comme les Calvelli (Nicroso Calvelli, mort en 1598) se développent à partir du 16e siècle. En 1704, Angelo Luigi Calvelli « Il Magnifico » hérite de la donation des Seigneurs Gentile de Nonza. L'importance de cette famille perdure jusqu'au 19e siècle (Maison Calvelli). Les Ficaja, mentionnés dans des actes notariés du 14e siècle, constituent une autre famille de notables grands propriétaires terriens (terres, moulins, outils de production...). D'autres familles, les Leandri, les Patrimonio, les Arena, les Straforelli, les Montemagni se partageaient le pouvoir civil, militaire et religieux. Au 1730, sont rédigés des cahiers de Doléances du Nebbio qui font état d'inégalités dans la perception des impôts par les génois. Patrimonio se situe sur l'axe stratégique Bastia-Saint Florent. En 1755, Pascal Paoli est reçu à Patrimonio dans la maison Calvelli. La France augmente sa présence dans l'île. A la suite du Traité de Compiègne du 6 aout 1764, Gênes autorise la France à maintenir des troupes pendant 4 ans dans les forteresses de Corse (Ajaccio, Calvi, Bastia, Algaiola, Saint Florent) afin de maintenir l'ordre. Le traité expirait le 7 aout 1768. Six jours avant la fin de la trêve, Marbeuf la rompt et décide d’intervenir pour faciliter la communication entre Bastia et St Florent. Il attaque les points de résistance de Barbaggio et de Patrimonio, la maison Calvelli est assiégée et canonnée. Plus tard, Barthélémy Arena de Patrimonio est accusé d'avoir attenté à la vie de Napoléon Bonaparte pendant le coup d'état du 18 brumaire. Il est guillotiné en 1801. Au 18e siècle, les pievi de Bigorno et de Patrimonio forment la Pieve des Costere. A la fin du 19e siècle, les familles de notables sont en partie renouvelées. Des fortunes se créent aux Amériques. En parallèle, des familles accèdent à la propriété avec le déclin de certaines grandes familles. Ce sont les Maestracci, les Gilormini... La famille Ficaja fait aussi fortune à Porto Rico. La viticulture et le négoce de vin se développent aussi. La route qui mène à Bastia s'améliore en parallèle et offre un débouché important au vin. Le phylloxera qui sévit sur le continent affecte peu la Corse et les « américains » ramènent des pieds de vignes sains. Les autres cultures (céréales) importantes depuis toujours disparaissent début 20e siècle. Le village s'agrandit le long de la route grâce au vin (maisons, caves). Le tourisme est important dès la fin du 19e siècle, les caves font déguster leur vin, la région devient un lieu de villégiature, en témoignent les nombreuses illustrations dans les guides et revues touristiques. En raison de fraudes dès le début du 20e siècle, on crée en 1968 la première Appellation d'Origine Contrôlée en Corse, l'AOC Patrimonio (qui bénéficiait déjà dans les années 40 d'un décret de protection).

Citer ce document

Andreani Christian ; Machline Sarah, “Patrimonio”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 18 octobre 2021, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/1096671.

Partager