Casanova

Sous-titre


Liste des édifices étudiés :

Description

Cette commune du Venacais, située à 6 kilomètres au sud de Corte, est limitée à l'est par la commune de Poggio-di-Venaco et au sud par celles de Riventosa et de Santo-Pietro di Venaco. Dominée à l'ouest par le Monte Cardo culminant à 2453 mètres, parcourue par A Taola, Valdinettu, Pasticciana, Misognu et A Falconaghja, elle s'étire sur 10km2. Caractérisée par un habitat réparti en village, Casanova, implanté à 680m d'altitude, et en quatre écarts, Valdo Lentighjine, Chioso al Valdo, Piano a Taola et Tovo, elle conserve les vestiges d'un moulin à farine, d'un moulin à huile hydraulique et d'une carrière de marbre témoignant des activités passées.

"Dossier collectif Maisons" :

244 bâti INSEE ; 19 repérées ; 25 étudiées

La majorité des maisons repérées sont en pierre locale (schiste, galet de rivière, granite, poudingue de Venaco). Les toits sont couverts de tuiles. Traditionnellement, ils étaient couverts de schiste. Cinq maisons ont conservé une couverture en schiste. Toutes les maisons dont la construction est antérieure au 20e siècle ont été remaniées.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : pierre locale ; moellon ; enduit

Matériaux de la couverture : tuile creuse mécanique ; tuille plate mécanique ; schiste en couverture

Auteur

Luciani Noëllie ; Massiani Sandrine

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Localisation

Lieu de consultation

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Venaco

Période

Cette localité, dépendant au Moyen Age de la circonscription ecclésiastique ou "pieve" de Venaco (diocèse d'Aleria), formait au début du 16e siècle l'un des sept lieux habités du Venacais mentionnés par Monseigneur Giustiniani, évêque de Nebbio, dans son ouvrage "Dialoguo nominato Corsica" paru en 1531. Elle aurait été choisie par Léonard de Casanova, lieutenant de Sampiero Corso, au 16e siècle, pour y faire bâtir sa résidence. Ses descendants, les Arrighi de Casanova, y firent construire une maison et une chapelle. Jusqu'à la fin du 18e siècle, Casanova demeure une communauté dont la paroisse est celle de Casanova, Poggio-di-Venaco, Riventosa (San Quilico, autrefois annexe de Santo-Pietro di Venaco) et son territoire est divisé en deux parties étagées: le circolo, autour du village, qui lui est propre, et le foresto, dans la montagne, commun à Poggio, Riventosa et Casanova. En 1537, Casanova compte 17 feux, en 1729, 116 habitants, 157 en 1787, 179 en 1800, 263 en 1921, 159 en 1962, 128 en 1982, 195 en 1990, 350 en 2013. Après le déclin de la population amorcé dès 1954, on observe une reprise depuis 1990. Cet accroissement démographique est dû principalement à la proximité et au développement de Corte comme ville universitaire dont Casanova est la proche "banlieue".

Citer ce document

Luciani Noëllie ; Massiani Sandrine, “Casanova”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 20 octobre 2021, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/1095004.

Partager