Eglise de San Parteo

Description

L'église de San Parteo est située dans la plaine du Golo à environ 300 m de la cathédrale de Santa Maria Assunta de Mariana. L’édifice se présente avec plan rectangulaire (9,57x22,37 m.), une nef unique et une abside voûtée orientée. Le toit à longs pans ainsi que la partie sommitale de la maçonnerie sont le fruit de réfections modernes. L'église actuelle a été en partie construite sur les fondations d’une primitive église paléochrétienne à trois nefs localisée dans une nécropole romaine de la cité de Mariana.

L’appareillage est caractérisé par des blocs en schiste cipolin provenant avec probabilité du Cap Corse. L’ensemble du parement visible est constitué de dalles équarries de moyennes et de grandes dimensions disposées en lit et en délit. Il est possible d’observer parfois le dédoublement des assises ainsi que l’emploi de dalles présentant fréquemment des joints en L. Les éléments sont soigneusement finis, les joints sont fins et réguliers, constitués de minces couches de mortier. On aperçoit également les marques laissées par les outils (ciseau droit pour la ciselure des bords et pointe ou piquet pour le nivellement de la surface).
L’ensemble des murs de l’édifice est pourvu de trous pour les échafaudages distribués de façon régulière.

Dans le mur semi-circulaire de l’abside la typologie d’appareillage à rangées alternées semble être moins rigoureuse et systématique du fait de l’adoption de blocs rectangulaires de petites dimensions et quelque dalle disposée de superficie. Cela fait supposer une phase constructive différente par rapport à la nef.
L’abside est rythmée par une série d’arcs aveugles en plein cintre sculptés avec un motif floréal. Chaque bande repose, avec l’intermédiation d’un chapiteau sculpté, sur une demi-colonne en granit (en nombre de quatre au total) et sur un pilastres de section rectangulaire disposés aux deux extrémités de la maçonnerie.
Au centre de l’abside se trouve une fenêtre surmontée par une arcature en plein cintre sculptée et soutenue par deux consoles moulurées. Deux étroites fenêtres couvertes d’un simple arc en plein cintre monolithe non décoré se dressent dans le mur oriental des deux côtés de l’abside.

Dans le deux côtés de la nef se situent également deux fenêtres avec piédroits et arcatures en plein centre, monolithes.
Les entrées sont au nombre de trois. Celle de façade principale est constituée d'un linteau monolithe avec une frise sculptée surmonté par tympan nu et un arc semi-circulaire en plein cintre. La retombée du linteau repose sur deux petites consoles élégamment sculptées, les trois éléments (linteau et consoles sont en marbre).
Les piédroits sont caractérisés par des grands blocs rectangulaires monolithes disposés verticalement, les deux reposent sur deux consoles moulurées.
Deux autres entrées sont localisées dans les cotées de la nef. Celle dans le flanc nord est pourvue d’une architrave monolithe rectangulaire et d’un tympan nu surmonté par un arc semi-circulaire en plein cintre. Celle dans le mur sud présente un linteau en bâtière, avec une étroite bordure, sculpté en relief figurant deux lions affrontés de part et d’autre d’un arbre stylisé.
Au dessous de soubassement du bas des murs (à la hauteur de la deuxième et troisième rangée) est encore visible un bandeau avec profil mouluré qui se poursuit pour tout le périmètre de la nef, y compris de l'abside.

A l’intérieur, dans les angles nord-est et sud-est de l’abside, se trouvent deux petites chapelles de plan carré. Les deux sont surmontée par une voûte, désormais effondrée, reposant sur quatre appuis : une petite console sculptée dans les angles de l’édifice, deux pilastres rectangulaires de faible section engagés dans les murs latéraux et est et un pilier carré côté nef dont il reste seulement la base.

Auteur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : 11e-12e siècle

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Lieu de consultation

Commune : Lucciana
Référence carte IGN : 4349 OT
Coordonnées Lambert : X : 5870931 Y : 4251885
Altitude : 3 m
Références cadastrales : 2012 AX 97

Période

Attestée en 1116, lors du concile provincial célébré par l'évêque Hildebrand, dans la cathédrale de Mariana (« Ego presbiter Bosus de ecclesia Sancti Partei et canonicus testis interfui (...) ego Rusticus archipresbter et canonicus Sancte Marie Maranensis ecclesie testis laudo et confirmo (...) et Viventho presbiter et plebanus de Orto testes interfimus ») la construction de l'église de San Parteo semble être attribuable à la fin du XIe et début du XIIe siècle.

L’appareillage à rangées alternées qui caractérise la nef de l’église de San Parteo présente d’étroites ressemblances avec celui de l'église de Santa Maria Assunta de Mariana et laisse supposer qu’elle soit l’œuvre de la même équipe de bâtisseurs que la cathédrale.
Une telle typologie semble avoir été élaborée entre Lucques et Pise et exportée en Corse et en Sardaigne entre la fin du 11e siècle et le début du 12e siècle.

Citer ce document

Camuffo, Paola, “Eglise de San Parteo”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 22 septembre 2021, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/1092630.

Partager