Eglise de San Michele de Tassignano

Description

L'église de San Michele de Tassignano est localisée sur les pentes d'une colline, à une vingtaine de minutes de marche au-dessus du village de Lucciana, immergée dans une châtaignerait.
L’édifice se présente à plan rectangulaire (4,66x6,47 m.), avec nef unique et abside voutée orientée. Le toit à longs pans est désormais complètement effondré.

La lecture architecturale de l’édifice résulte difficile en raison de l'épaisse végétation qui couvre la quasi-totalité des murs et pour la superficie d’enduit qui recouvre les surfaces intérieures. Le côté nord et la façade principale ouest ne sont pas accessibles.
Ce qui reste encore visible de la maçonnerie externe (côté sud et abside) est caractérisé par des éléments en schiste obtenus par débitage et provenant de stratification rocheuse plus ou moins régulières. Les composantes, dont les dimensions peuvent varier selon le matériau utilisé, sont disposées sur des plans horizontaux. Les chaînages d’angles sont différenciés, réalisés avec des éléments particulièrement travaillés disposés alternativement sur chant ou sur la face. Dans la façade principale est lisible une petite croix ajourée.

L’entrée principale se situe sur la façade ouest tandis qu’une secondaire se trouve dans le mur sud. La première est caractérisée par une architrave monolithe rectangulaire surmontée d’un tympan nu et un arc semi-circulaire en plein cintre réalisé avec des claveaux soigneusement travaillés et disposés. La deuxième est simplement constituée par un élément monolithique rectangulaire qui sert de linteau. Deux fenêtres sont encore observables : celle du flanc sud, étroite et rectangulaire, et celle de l’abside caractérisée par des piédroits monolithes rectangulaires et une archivolte monolithe travaillée en plein cintre. Nous observons également dans le côté sud la présence de trous d'échafaudage alignés horizontalement.
A l'intérieur de l’édifice est encore visible l'arc triomphale réalisé en subtils éléments équarris bien disposés.

Auteur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : courant du 12e siècle

Licence

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Lieu de consultation

Commune : Lucciana
Référence carte IGN : 4349 OT
Coordonnées Lambert : X : 581007 Y : 4251837
Altitude : 270 m
Références cadastrales : 2012 A 348

Période

L'église de San Michele Tassignano fait partie des biens monastiques de l'abbaye de Gorgona. L’édifice est mentionné pour la première fois dans un document de 1189. Depuis l’acte de donation nous apprenons qu'un certain Ranieri, seigneur de Bagnaia donne l'église de San Damiano de Chiurlino et San Michele de Tassignano au monastère de la Gorgona. Dans un deuxième acte datant de 1260 est attesté que Ranieri, le fils du seigneur de Bagnaia, confirme aux moines de la Gorgona les donations des deux églises.

C'est possible que la construction de l'église de San Michele de Tassignano soit à placer au cours du XIIe siècle, peut-être un peu avant sa donation aux Bénédictins.

La typologie de technique de construction utilisée pour sa réalisation semblerait l’approcher à un groupe d’édifices, principalement situés dans le nord-est de l'île, hypothétiquement attribuable entre les XIe et XIIe siècles selon la méthodologie stylistique-comparative.

Comme souligné par D. Istria la typologie de maçonnerie observable à San Michele de Tassignano peut être rapproché par exemple à celle de San Martino de Scata ainsi que à celle de Santa Maria di Canovaria (partie inférieure du mur sud). L’auteur suggère l’hypothèse que les édifices de culte mentionnés ci-dessus soient contemporains et qu’ils puissent résulter de l’œuvre d’une même équipe de bâtisseurs ou plusieurs équipes formées sur le même chantier. Ces constructions pourraient dériver d’une initiative privée car certains d’entre elles constituent l’objet de donations de la part de laïcs aux abbayes extra- insulaires (voir le cas de San Michele de Tassignano et Santa Maria de Canovaria) (ISTRIA D., 2005, p. 339).

Mgr Marliani, lors de sa visite pastorale en Corse en 1646, mentionne l'église de San Michele de Tassignano “ ... V’è una chiesa distrutta sotto il titolo di San Michele che anticamente serviva da parrocchia e v’è il cimitero ... ”.

Citer ce document

Camuffo, Paola, “Eglise de San Michele de Tassignano”, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 24 septembre 2021, https://m3c.univ-corse.fr/items/show/1092629.

Partager