Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Présentation du corpus

Manuels dédiés à la  Corse

C’est dans le cadre de la phase d’expansion de l’imprimerie corse au XIXe s que sont apparus les premiers manuels corses. Dans une première période, de la monarchie de Juillet (1830-1848) à la seconde république (1848-1851) sont publiés surtout des abécédaires et des manuels de morale. Cependant, c’est à cette époque, en 1837 exactement, qu’a été édité le Manuel patriotique du jeune Corse que l’on peut considérer comme le premier manuel d’histoire corse, même s’il conserve une ligne ouvertement moralisatrice. Il s’agit également du premier manuel en langue française à une époque, où une majorité des ouvrages littéraires corses sont encore imprimés en italien.  A l’image de cette époque, où les manuels sont écrits par des notables, son auteur J.M. Giacobbi (1804-1870), déjà auteur d’une Histoire de la Corse, datant de 1830, est avocat à la Cour Royale de Bastia.

Photographie issue de la Bibliothèque patrimoniale Tommaso Prelà, Bastia (Fonds corse)

Sous le Second Empire, l’édition scolaire se développe en Corse comme sur le continent. En 1852,  deux ouvrages scolaires sont publiés. L’Histoire de la Corse depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours de Camille de Friess, archiviste du département dont l’objectif scolaire est clairement indiqué sur la couverture : «  ouvrage autorisé par le conseil de l’instruction publique ».  Le premier manuel de géographie voit le jour la même année. Il est rédigé par Francesco Costantino Marmocchi (1805-1858) patriote italien exilé en Corse. Il est paru grâce à des aides financières de vingt et une personnes dont la liste est publiée en début du livre. Ce sont des personnages influents de la ville de Bastia issus du milieu politique comme Lazarotti, l’ancien maire, du milieu économique avec le banquier Gregorj, et intellectuel avec Philippe Caraffa, le bibliothécaire. Ceci montre l’intérêt que ces personnes portaient à l’enseignement de leur pays à leurs enfants. En outre, cet ouvrage comporte un avant-propos dans lequel l’auteur explique sa démarche : «  Jusqu’ici la Corse avait manqué d’un livre de Géographie à l’usage des écoles (…) J’ai entrepris de combler cette lacune ». Ce manuel est destiné au collège de Bastia. Ces manuels peuvent intéresser un public plus large car, malgré leur intention didactique, ils se présentent plus comme des livres de lecture. Ils appartiennent au genre « abrégé » et non au genre « manuel ».

 

A partir de la IIIe République, et plus encore après 1880, les éditions de manuels scolaires se multiplient et sont désormais rédigés uniquement par des membres de l’enseignement.

L’édition de manuels se concentre alors sur les domaines spécifiques de l’histoire et la géographie. Les manuels scolaires reflètent la place de plus en plus importante accordée à l’histoire. Un professeur du lycée de Bastia, D.M. Mancini, publie en  1883 Géographie physique, politique, historique et économique de la Corse chez Ollagnier à 900 exemplaires. C’est un résumé des cours qu’il a donné aux élèves de Bastia :« vous y trouverez le résumé des leçons que vous écoutiez avec un intérêt qui me touchait, montrant ainsi que, comme moi, vous aimiez notre beau pays, si digne d’être aimé. » Cette précision montre qu’il existait un enseignement de l’histoire de la Corse dans le secondaire.

Photographie issue de la Bibliothèque patrimoniale Tommaso Prelà, Bastia (Fonds corse)

En 1893, l’abbé François Girolami-Cortona publie un manuel de Géographie générale de la Corse, aux éditions Pompeani à Ajaccio. Cet ouvrage de 351 pages a été édité à seulement 650 exemplaires, mais dans une réédition effectuée chez Piaggi en 1914, il est indiqué que cet ouvrage a atteint 5 000 exemplaires, et qu’il est depuis épuisé. C’est pour cette raison qu’une seconde édition a été réalisée. L’auteur fait preuve dans cet ouvrage d’un fort patriotisme corse qui n’est pas contradictoire avec un attachement à la France, puisqu’il dédicace un exemplaire à Maurice  Barrès :

 « Au vaillant chef de la Ligue des Patriotes, Monsieur Maurice Barrès, député, académicien

Hommage très respectueux de l’auteur. »

En 1898, l’Abbé Girolami-Cortona publie, chez Piaggi, une version résumée en 36 pages sous le nom de Chronologie ou résumé de l’histoire de la Corse à l’usage des écoles. D’après une indication parue dans la Géographie générale de la Corse, édition de 1914, l’ouvrage aurait été imprimé à 10 000 exemplaires et l’auteur en aurait fait don aux écoles de la Corse.

A la fin du XIXe et au XXe siècle, plusieurs manuels adressés spécifiquement aux écoles de Corse ont été édités sur le continent. Cette période est surtout marquée par les éditions régionales de grandes maisons d’éditions scolaires. Charles Delagrave, éditeur parisien, publie en 1873 une Petite géographie pour le département de la Corse au sein d’une collection de géographies départementales de la France dirigée par E. Levasseur. Son auteur, Gallerand est vice-recteur de la Corse. La maison Hachette a lancé une collection de monographies départementales dirigée par le journaliste Adolphe Joanne. Elle sort en 1880 une géographie du département de la Corse rééditée à cinq reprises (1884, 1891, 1893, 1899, 1906). La grande maison d’édition Mame à Tours publie également une série d’histoire et de géographie de province au sein d’une collection de bibliothèques des familles et des maisons d’éducation. L’ouvrage relatif à la Corse est publié en 1898 et réédité en 1900, 1907 et 1911.

Par ailleurs, Henri Hantz, proviseur du lycée de Bastia et Robert Dupuch, professeur d’histoire, ont rédigés une Petite histoire de la Corse chez Félix Juven à Paris. Cette petite maison d’édition, est spécialisée dans les manuels scolaires.

Après la première guerre mondiale, de nouveaux manuels apparaissent. Ambroise Ambrosi-Rostino (1877-1942) agrégé d’histoire, est l’auteur de deux manuels scolaires dans les années 1920 aux éditions Piaggi.

Le dernier manuel scolaire a être publié avant la Seconde Guerre mondiale est également le premier manuel en langue corse : Manualettu di a storia di Corsica. Ecrit en 1925, chez l’imprimerie Cordier et Fils par Ghjuvan-Petru Lucciardi (1862-1928)  directeur d’école primaire et écrivain dialectal de premier ordre. C’est un livret dans lequel l’auteur lance un appel à la jeunesse corse afin qu’elle prenne goût à cette étude et conforter une admiration et un amour indéfectible pour leur patrie corse.

Une grande hétérogénéité des regards est présente dans ces manuels qui ne véhiculent pas une vision uniforme de la Corse.

Liste des manuels étudiés