Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

ensemble industriel de la FORTEF

Titre

ensemble industriel de la FORTEF

Description

Cet ensemble industriel fabriquait "des bois ouvrés, des produits résultant de la carbonisation en vase clos des déchets de scierie, d'ébranchage et de sous-bois, des résines, de l'essence de térébenthine". Il comportait "une centrale thermique, une scierie mécanique équipée de vingt-cinq machines-outils, des ateliers mécaniques pour l'entretien des usines, une usine de carbonisation de bois, une usine de fabrication et distillation des goudrons, une usine de traitement du bois" (A. D. Corse-du-Sud - 5 M 231). Les vestiges du barrage et des groupes hydroélectriques (turbine horizontale de type Pelton, provenant des établissements C. Dumont et Cie implantés à Pont-de-Saint-Uze dans la Drôme, couplée à un alternateur), installés sur l'Abatesco, sont encore en place. Des ateliers, une construction élevée sur cinq niveaux abritant fours et salle des machines, des bâtiments administratifs disposés en bordure de la R.D. 145, à proximité de la voie de chemin de fer, sont également conservés. Un moteur électrique, une scie à ruban, des lames de scies circulaires, abandonnés sur le site, rappellent aussi l'activité du lieu. L'ancienne scierie est actuellement occupée par une société de gardiennage. A l'embouchure du fleuve du Fiumorbu, des traces de l'ancien port de Calzarello sont encore visibles.

Créateur

Chiari Laurent ; Laborde Mathieu

Date

1930 ; 1932

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, 2B, Haute-Corse, Prunelli-di-Fiumorbo, Agnatello, Abbazia, Calzarello, Migliacciaro

Temporal Coverage

En 1907, la "Société Civile d'Isolaccio et de Serra" acheta les territoires forestiers du Fiumorbo afin de les valoriser et de les exploiter. En 1929, un ingénieur des Eaux et Forêts estima à 4000 hectares la superficie de la forêt exploitée. Le développement de la société l’amena à un changement de statut. Le 5 août 1930, elle se transforma en société anonyme par actions sous la raison sociale sous l’appellation : "Société Forestière d'Isolaccio et Serra" (SOFIS). Plusieurs structures virent le jour comme le centre forestier de Catastajo crée en 1931 et l’usine d’Agnatello : au 1er avril, il comptait 180 personnes. Ses installations se perfectionnèrent en 1932 lorsque la société devient la FORTEF ("Forêts - Terres et Forces du Fiumorbo") sous l’impulsion d’Alain Ducreux et de son fils, Michel, ingénieur et directeur de la FORTEF. Appartenant à la filiale de la compagnie d'assurances "l'Etoile du Foyer", ils vont perfectionner site d’exploitation de Catastajo et se doter d’une usine et d’une cité ouvrière à Abbazia, d’un barrage à Agnatello, d’un port à Calzarello et d’un domaine agricole à Migliacciaro accompagnée d’une tour indiquant l’heure et sonnant les moments d’arrêt et de reprise du travail aux ouvriers. En 1935, Le commissaire spécial du commissariat d’Ajaccio informe le Capitaine du vaisseau, commandant la marine en Corse à Ajaccio, sur les sites d’Abbazia, Agnatello et Migliacciaro "En 1931 […] La région d’Abbazia fut à son tour industrialisée. Une cité ouvrière fut construite, contenant une trentaine de pavillons très confortables, d’immenses ateliers disposant d’un outillage moderne très perfectionné et un barrage sur la rivière Abbatesco alimentant une usine électrique hydrothermique. La société possède également une usine thermique et ses deux centrales assurent l’éclairage intensif de tous les chantiers de la FORTEF. Enfin, les ateliers d’Abbazia sont reliés directement à la nouvelle voie ferrée des chemins de fer départementaux sur le tronçon Ghisonaccia-Solenzara. Abbazia, centre industriel, comprend aujourd’hui : une vaste cité ouvrière pouvant assurer le logement de 2000 personnes, deux usines (thermique et hydrothermique) dispensant la lumière dans le domaine ; des ateliers pour la transformation des grumes avec un matériel moderne pour la mise en étuve des bois destinés à la fabrication du meuble ; un chantier, parfaitement équipé pour le travail à la chaîne, pouvant permettre la fabrication en série de 10 mobiliers par jour. Ces différents chantiers occupaient au 1er avril les effectifs suivants : chantier agricole de Migliacciaro : 70 personnes, chantier industriel d’Abbazia : 550 personnes ". Puis, un rapport de l’adjudant Sauli de la section Ghisonaccia gare évoque le port de Calzarello : " La société FORTEF vient de construite à l’embouchure de la rivière du Fiumorbo au lieu-dit de Calzarello et à 50 mètres du littoral un bâtiment en ciment armé, mesurant 12 m de long sur 10 m de large à côté duquel s’élève une tour de 14 m de haut surmontée d’un projecteur à feu fixe… une ligne à haute tension, montée sur des pylônes en ciment armé, amène à Calzarello le courant électrique nécessaire au fonctionnement de ce projecteur, de la centrale électrique d’Abbazia, située à 7 km à l’ouest. Un quai d’embarquement se construit à quelques mètres de ce projecteur : une machine dite pelle automatique creuse une excavation afin d’y construite un bassin propre à recevoir les chalands pour le débarquement des marchandises. Un canal pour dévier les eaux du Fiumorbo est également en construction. Cette société possède un bateau dit « le Fiumorbo » et se proposerait de construire à Calzarello un vrai port […] la flottille comprend : deux chalands de 40 tonnes et une vedette à moteur. Ces appareils sont destinés à assurer le transport des marchandises entre le bateau et le port". De plus, l’activité agricole de Migliacciaro permet de nourrir l’ensemble de la population : "Le domaine de Migliacciaro comprend plusieurs bâtiments en maçonnerie et destinés soit au logement des personnes, soit en écuries et dépôts en fourrages". La FORTEF connaît donc un essor important : elle comptait 263 ouvriers en 1932, 650 en 1934 et 800 en 1935. Cependant, la mort accidentelle de Michel Ducreux à l’âge de 36 ans, conjuguée à la tourmente des années 1930, eut raison de la société FORTEF : elle fut mise en liquidation en 1936. (Sources : A. D. Corse-du-Sud - 1 M 311 et 312 ; MATTIOLI (M.) et CAMPOCASSO (P.-J.) (dir.), Corse industrielle, 1830-1960 : mémoire révélée, matière transformée, Musée de la Corse, Corte, 2005).

Provenance

propriété privée

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking