Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Discours prononcé par son altesse impériale le P.N. le 15 mai 1865 pour l’inauguration du monument élevé dans la ville d’Ajaccio à Napoléon Ier et à ses frères

Titre

Discours prononcé par son altesse impériale le P.N. le 15 mai 1865 pour l’inauguration du monument élevé dans la ville d’Ajaccio à Napoléon Ier et à ses frères

Sujet

Napoléon, Empereur, famille Bonaparte, Empire, commémoration, cérémonie, politique, bonapartisme, Histoire, campagnes napoléoniennes, hommage, célébration, mémoire, éloge, biographie

Description

Discours prononcé par le prince Napoléon à l'occasion de l'inauguration du monument "Napoléon et ses frères" situé sur la place De Gaulle à Ajaccio, qui fut coulé dans le bronze des canons des "armées victorieuses" de l'Empire. Le texte comprend de nombreuses citations de lettres ; 32 pages ; 22 cm

Créateur

Le prince Napoléon

Éditeur

E. Dentu, libraire-éditeur, Palais-Royal, 17 et 19 Galerie d’Orléans, Paris

Date

1865

Droits

Domaine public

Format

application/pdf

Extent

pdf 3862 ko

Langue

français

Type

text

Identifiant

Identifiant pérenne Sudoc :
http://www.sudoc.fr/099276852 ; Worldcat : 465253431

Couverture

France, Corse

Spatial Coverage

Bibliothèque de l'Université de Corse, fonds ancien

Temporal Coverage

19° siècle

Texte

DISCO"cRS
Pl.o:m~cÉ

PAR SOS ALTESSE IllPÉRIALB

LE

PRI~CE

NAPOLÉO

Le t5 _

t86li

POt:'R L'ISA("G["RATI0~ Dt: !(O~Gl(B.·T ÉLEVÉ
DAXS L.o\. VILLE D'.UACCIO

A ~APOLÉO~

r'

ET A

E. FRÈRES

PARIS
E. DE:\Tl:, LlBR.\lRE-ÉDlTElIt,

1865

DI COL"RS
,.o~o~cÊ

\'.11\ so~ .II,TE"H IllPERl.lLE

LE PRIN E APOLÉO~
J.

Le 15 !liai 1865

POl:H L·I:->.Il:l;l:R.ITlO:-> OC :I10:\l:m::->T ÉLE\"I:;
O.I:->ti L.I. YILLE O·.IJACCIO

A X:\POü:OX In ET.\

E' FRI::RE

PAlUS
E. DE.'ÎTL:, LJIlH.\IHE-I~OITEL:n,
r,U•.Ui·RQl'Af., li ET 19, G.\LEIUE D·Or.l.I;"~~.

1 65

DI CO"cRS

PAH

.\. 1. LE PRLt\CE ~APOLÉO~

:'\~ luau.::uroll~ aujounJlmi url Il1UHwnt'ul tlC\e, dau::: le Lcrccùu
d. '. famille. " è'apoléon et il >Ci' quat~ frè~. Celte malJ1fe>lall,,"
'llll caractère que j'aime il constater.
oi dan; lI()t~ Ia,te empire ;t'icl enl Mjil de l1ombreu\ monument,
Ile la rccolmai"':;;'H\t"C publique, 4'elui-ci se di5linO'ueelltre tous, parL:('
qu'il c>t le produit de> souscriptiOll' ,olontaires de la \ille d'.\jaccio.
de la presque totalitl' dc 1I0S con-cil' gèller"u\ et d'un grand nombre
de cito!'ens, sans illterlention de l'État.
L'Empereur :'Îapoléon lII" loulu l contribuer; il nous en" donne
Il' bronze prorenant de' Cànons de no;; armées rictorieuses.
J'éproure tille g'-:lnde joi<, il me troUl er parmi ce> enfants de 1"
Corse, si bien fait. pour me comprendre; nos idées, nos sentiments,
in,pirés par notre attacbement il la pensée napoléonienne, au progrèo.
doivent sc confondre; \'ous êtes toujours dignes, par votre amour de
la liberté, de cet i:loge que les Romains faisaicnt. de l'OS pèrei' : " On
peut tout faire d'un Corse, hOl'mi:, un e'C1~\'l~. \1

-;;-

-\-

.\"ou~ n'~HI'"(]I'Z l'''''' dr moi IIUf' jt' 'lIlI" rdr,ttc l'hbtoirc de la fuIIl1l1e d,: "al••lr"n,: quelle qllr ;"it l' -·tude aplllt.rQlld·IC que)" .
' .
Cll al
~llC: Cl'Ue l~ ·he. ·~.t au-d :,u, dr Olt'>' Gif"" •• Je ne pui5 suim re

_Iun('u\ IUt' j'n~ qUI. n,- {\;In.. ,"l'Ile Hr. rut ntH.1T l''('(u...... u .... il
.
"
"
"
r
;'::'" C'ClU; (' \01::-10 que 1 ~{'tl tlll1rt lant nulb mont"' à rhorizun • rt 'l'nt ~.......:
tu-IO·

.~ dall5 1 ~",:,", d" 1'000;an. à ~ainh~H.I~ne. l'C trÎ5te rocher

tl ~n ~Ul,: heml>phi'rr..Jr '"11\ 1"'.' "'"ner il re<'\lercher quelqu •
I~~n .~ illanl.:c" tIc ~ ('\I~lrnt'l"" ~111 lIut n·"olll ~ rX'ndllnt quinze ans
1Iol>t011'(' du monde i,ili,.··. Je ~l'''erai d"'11 <l"""Z"r 1" l.hiloi'Opbit'.
1, \nir traditi,1O tl;;JI"IIt-uni"lln.'.
~ !'1'nOŒ- Ltllmm util,...... il 1'''Uf Iqn~ mt h~ P"'al~'~ de f"a\l'nir: j~ P""'llirnt. il.. t'f"bin-nt I,... d, in'·"t-.... IJt·lllU[l};WÎt..·. ~ mblabll'>à la foudre qui. d"1> l,., "raz• . iUum;'.e 'uhit 'ment d. pa'sa::1:;' ob." 1If'.. Rt'(''tl''illir ~~ t'il~1l1 .. Iuminf'u\. r:'l ......... ·mbJl'r le:; ('~: i:!lIcmrnt5 t'I)]~. ~)il ).tour 1\ itrr 1..... f.1I1t(' 11001..";""4''(:. ~ it pour mj('U\
ill';"lCr .ur 1 . ".ul b "bt-'nll' li ", .1.·,,·1,,1'[.... r t là /'ttude à
1 queUe il import" d~ . ' li, rrr. l ""mIlI3C'f' que Ir- =nd; bomm""
atl~ndent d~ lours d""""nd."L-.
Ilir('ff'qu'a \oulu. ("rqu'a lX'n~j~ :-"aJ,IiIIll'fllI tu, ... lÙ\rr~ ..... trndiliul1~.
lll dall~ I~ Ill'litf'$ th{)...~:-, Ill:'li... d,Ill"" Il ... !:'ram)'' trai .. d.' l"C$ quinze
lIt
ail, 1)('lIdant 1l'>q~"15 la FrallCl' "d'; i'blnui ·',nli' de J~)u",ir. d~
"rallde~r ~t de ~IOIre: d'-'P~r 1id.'(' d~ :'i'p',lé Il .ur 1 qu -tiOIl.,
ellN·re Irre.o/u :. qui al!Ïtrnt eIJI"-'oœtIJX'lIt 1 : :rentralion5 actuell :.
,"""t là I~ prozrammc indiq",; par 1 . M"'tn.ion m.'m' qui m'ami'urnt nu miJiru ftl' \ntl"'.
La ramille Ilonap"te, 011 milil'II .1,.. '!'l"rr!', ('Ï'i1 : d' la CoN.
apl)\trtilll tOUjOll!' l'LI 1l..1rti Idriotr~ i'I\('f' I>.. nli tontrc 1(':' Gcnni.:;
d·ahord. !Mlur la Franl'r plll- l,nI. 'I"",al r"lIIbiti"n ('l 1"" ,,"du('tton~ dr 1.\n~l('krn· NIl"('lIt t~~:1"" l"d ht,tulIl(' iIIll... tN' \'(.... rh3zl....
~Il~ mnnt~:nl ~. ~ont "mpli:!' d(' 4."t:!' "'oIlHnin-, 1 1jr '~t~U\l' ;\u·
Ixmlu'ur autour dt' mui le:-: tll~·IItI:J:llt ... d.' (.'t't1\ (Jui. dl~ lo~, t'taÎrul
HO, plus fidèl . ami"
",\poleoll aimait à ;c rappelCr t.·lt~ h;"t..in' dl'> premil'rs jours; rI'
II·C~.t po.1S : ns une \ i\ e ('motion qu'on Je \ oit, :,urtout dan.5 ~ capti'ile, ~II i"'oquer les 5OUI~nirs aH'"1 : moindre> d,:tails.
.\u ralle de;; grandeurs. entou,,' d~ natteurs, il ~ulle bon : 05 de
ne fin. céd~r à d rri,oll'5 ,anill., ri, ne .ui,ant pa5 l'e,emple de Ci:;;:tT, (lui voulait fnil'c remonter sa ;!é:néi\lop-ic :ltl\ di('u'\, il disait il
eeul qui 'Oldnjcntlui Illontr~r l'nntil'nneté d~ 'a ramille: «)10 no-

ble5..<e d.te de )I.",nl'"' ~ Idal. ma2'Ï5Irat et • u,erain, je dois tout
à mon l'pee ct à l'nmour du peuple.•
) . pb rut rami le plu. intime de __ j~unC5 anutes ; r~e 1 • rapprorhait. L1 famille. ,ictimr de:; tn,ubl . ci' i15. était paU\l'C; eh.tun
di-. _ memb",~ d,·,ait. eh.. 'h,'r une carri~rr. Jo;<.'pb. destint il
l'lllrer dan, r.. ordrl>5. 5') reru>o nu m..m nt de .') ~nzager. D • :, nnU.~ \V~ùn:- ~)O M:r'J."r,n'~' d :Bnrr comrnp rJ.btoire noui' Ir
depdnt plu5 tonl : holl. dUlI\. d'un :pri culti"',, n'l'c ulle ]lréfi~
n'lire mn"luée pour 1 • l~ttl't'5: J05Cpb montrr un~ philorophie lilx'rai. ,·t tle,~. qui n~ rarondvuna jam3Î5. ni 5ur le trône de :'iaple;;
ni dan,.". zitali"". de.on !?umernement d'E;pagllc acet·p!'· par lui
n !!l'l'. IIi -urt""t d,n. ~ lou!?U : epreu"cs de r~Iil.
I~u, hrun'QI que "npol ,m. il paninl. apre:, n, - di: ;t!'C>', à pa5·-r en .\mèriqu~. Rien n·...t lourbilllt tOmme II'> l~ttre5 où 1'011
1,'5 deul rri're< ""~r leur réunion sur el'tte t~rl'l' libn'. JOSl'ph
I\-,illl ,'u EuruP" au hruit d" la ""olutinn d~ 1830. Il de\3Ît troire
ill1\l~>.il que h Fron,'(' rapJX'13Ît 1 \apollion;: m.i; le 'oU' popu....
bill· oC' ful pa.. . {'''Il:",ulk, la. d~ n~tir tleml'ura pn rilt'; Ju:-{'ph \':-t
Dk.r1. lIan.. l'l,'{iL
L'" point df\ dl'P1rt de' h zioiN" militaire (h" \'o.1poli'On f!Jt Tollion.
S·t1~nr.nt du rort du P"tit-Gibralt1r. il pareourol. à la tHe d,' "'..
·>1.1 t- illromp,rahl',. tout.,- l, t..piI11'" de l'Europe. ~ Il 1'1..., g,'
.
f... t n ïrqUi' par It~ ml~ III ~iqUt .... dl' (.~ hat:lill :: d ~'an -: Ltdi,
.... I~ ramid . )101'1'11"0, .\u,lerlitz, lenn. l'rirdJand, E~ lau. ~{\mo­
::-:t'm, 'Y~r.lIll, I:t ~I ~""1)\\3, B3ntzPIl, )lullttllirail. (lui ont e-\,tJtê
n')tr<enr.,ne~~l ...\llt la ''tIn~,lllil)n tl~ p.11riot<'5. dnn,1 _. t~mp, M

",,\r{>

,.lt

11ItUl,·ur!

Yendcmiail'(' rut le l'oint tic d"part de ;3 l'arrière politique. "on,
:a.imt)n.. à \oir 1", jf'unc- g;'Il:'raI ~)mm:llld3Ilt e-n :: =ond rarm('l" de
I~ri .., .~ U\('r la CO!l\C'ntion <"t :t(f('nl1ir ,insi notrr ""'\t)lution pn...~
Ùt~ :ou"'combcr :-OU~ It~ t.lup" th":!' r(\~ ali~t : ('1 d~ rëactionnair('~. D.Hl:':
....'\ lùll!n1t" c,,"urii're, àll milieu de lou~ 1('5. ('\cneme'l1t3, ji.lmai:'o il nc"
~ troma plus en rac('du lri . . te de\(}ir de f;'üI"(' couler 1(' ~;1I1~ frilnç"i~,
,i Iùuteroi< il, l'lai ni ~n :or~ Françai. tes bomm : qui. attaqllont la
l't\'Olution, pJC"tÎ':3irnti.1H'c I·étran~c-r.
Les eompa...<>ncs d'llali~ di·relopJX'nl :'iapoléon. C' :t sur le ebamp
deb.1~1i11e de Lodi qu'il eut le pm-~ntim."t de;;a dC>1iné~ et qu'il
l'enlr rit polir la première rois. L'f:gypte fut un~ l']';lnde dir~l',ion
qUI der"it n.\p1ndl'<' <\lI'llIi IIne conlenr ,i ,ire el ,i poNiquc, L.> >01-

-5rl ts de l'a,enir allant ~JUilI~r a\l'C leur> baïonnell ~ le oable et If>
monument- Ct'nt ~ b _. ulaire,. de rÉ2'ypte, 'rest 1 plu, anti'lU de la ch ili; tion humaine. il ~ a là quelque cho: d'elonnant,
de .edui: nt qui _ rel'''' "nte rarem nt ain-i dan- la ,ie d~ Xap<}It'on ..\lp<andrie 'le. ul poinl où :'\apolêon _ renoonlre a\ll( , .
"'mul - .\leundre 1 C r. \1 me ....mhle qu'il ~ a dau.- .... rapprochenwnl m.tl'riPl "'Ir 1 tPM'(' d." Pharaon- un eITel h:pn -in!!ulierdu
. rt.
Du 1 hnunaire dale: n "h:,ati..n au pou,oir -uV ."..··, "·,oIuti"n
;;e débattait e po'rÈ 'l dau;; l'anarchie: clle _' ln \8 or ai
en
moio;; d'une annc'C. l'n quelqu . m i;. a,pc: une rapidito' et une ,~.
rt'Io de .mhinai
d..nt la rai, n d Ill('Un' ronfondue. o"puï" . apol""'n n'a plu, ri n eui! dem: nd ràla France: n. J.eon'Ui à ,ie.
.·mflCl't'ur. 11Ii>Ioirt' 1., IIl-Io'It'. c' " l,' peuple fran ._ qui i -ltou·
jou~ je~' dalb.
h",- el ~ui r. ""hl·; de pl,.,. de l'om ir qu'il n'e"
1mr.
\onlait lui-mt
La péri..M du (;.",-ulat , ~ uu.· d :
""tIldt" de la 1 i de Xapoléon; mai, elle m'a ","jour> ,.,.mblé une epoqu tran5ÎIoire où
\apoléon ,'OC('IIpe p1utùl du pr6<'nt qu'il ne l'ripaI" r .. enir. Celll'
pha.-e étonnante t'bloui-. ai lou- It- ....Vrib qui cherehaient lainement le but du chef. L., F"'nCt'aul'3-t~lIe n \\,a,hington? ra-tpli condamnee à n'aloir qu'u" ~Ioncl.? Xon.la France aura: '"
\apoloon, Ù' l!r:1nd homme. (fu;;il'ant tou. ce- nua" _, dit: .Ir
dffiinee> de la ~'ran(... : nt entre m ' main;,; l'Ile- y l'f''teront.
C' -t dan, 1 ;?uerre- d'llalie el d'i:~ypte 'lue rommence la carrière de Loui,. -"apol,:'''' ('l''e lui-m~me -on jeune frl're, qui -:~
('()nduil en brill.nt et habile onkier.
Lucien ;.'Hail d.;jà montr.' orateur et hornm~ d·i:t..'t l..ndant 1(;première> • nno'., de la ""olution: il ONII'<' le :'I1l-eè> du 1 bltlmaire el de\ient mini.. trf' dl' Iïnti'rÎf·l1r. qn:lnd ~)n mt'lrh!!'e Ip ~­
pare de son frère.
.-\ po"tir de eell" "JlO'lue, le corael,,~ (l,' \.Jll'"'1''' ;affimle.. ~
traits _.illanl' ,:ont: r"'quilibre d,·, ~ cult,"". 1. fennt't'; l' elilit.,;
,;e;; qualité;; mililaire- en font le Vlu- ~rand homme d~ ;?lierre;
mai;; il a dan, tout: l 'connai,. nre;; hum in : une >uptriorilé relative qui lui permet d~ s'oceup.-r de tont. de n'o'lre étr:lOger à rien,
Cet en mble el ccl t'quilibre frappent ell lui le penreur. Ce qu"ll
l'le 5-ait pa.o:, il Ir d€'\ inf'; ...;l lf'itrf' ft Fulton l'n ~1 !lU ('wmpll'.

pl,.,.

-1-

L'a\éllir d~ la 'apeuT n~ pnOCt'up-'it "lOI'> W{\ID ,.,,,,il, Il oIeri il"
mini5\re de l'intérieur, dn ~mp de Boulogn p.
• Je ,;en;; de lire le projet du citoyen Fulton, ingénieur, que 'ou,
• nùlez ad~' beanroup trop tard. en ce qu'il peut chan..~er la fa",'
• du monde.
Il remoie ce projet à re,amen de l'In.titu etlermine ain 'i :
• T'drhez que ouI cela ne ~ il pa;; l'affaire de pIns de huit jour>.
car je ,ui;; imp.,tient. •
f.ell p prévision ,t bien frappante: «[ne deœuverte qui ehan"era la ~ ce du monde.• L, prediction ;aeromplit quaranle anp la mort de ..apoloon !
~ r"l'Tll('tt' in branlahle ,enait-eUe de _ confiance dan, le - rt
... Jan, : n propre ""ni~? Jamai' elle n~ l'abandonna, non~ ulelUent dan, le malheur. mai,. ce qui ~l hien plus rare, dan, le ruefè~; ,·ar la faibl.
dp lbomme le porte encore plus à s'amler dall>
le triompbe qu'à _ raidir contre la mam'aire fortune. Le!!3.in de>
t.ataill n'~t p." lout: e'~'t à 1. pour>uite de l'ennemi ".incu e'e.;l
il la moni re dont ils _ ,ent lin'r parti de la ,;ctoire que l'on juge
1.: \'mi- 'ainqueu.... \1 dit à : ~ lieutenant> et à la fortune qu'il
-emble -lIbju~uer: « Encort'! encore!. Dan, la campagne de
rrant'e. cet honun Cil partout. Idal, ;?éneral. .-\ ainte-Bélène
,""Ole. il ne d,_ ,père pa>. il attend un na,ire libérateur' c'est le
_ rel d'Ilne 10n~1I""'u~ qu'il .. lIi fai fi<er dan;: - n ,-oIet. orienté;'
-ur l'Europe.
_ n ael;,il" n'a 1"- de li,uite>. "il a le droit de tout faire, il _
....nt le de,oir e la plli".ucc de Iout faire; 1. clarté, la preeision nI
'" 'lui domin dan, ~ : leltre;:: toujOlU"> une franobi-e parfoi, brn1,.Ie. qui penl pamllre choquante quand on ne l'en''i;; ~e pa, dan~,n ensembl et qu'on ne r""éd,;t pa' au< eirronsla.nre' dan- le--'Iuell~ il écrirait.
t'l'Iiquant l'action d'nn !!rand homme il "i;;ait. .wc nne Notiuenee N'COnnue- p:tr _ : ud\j'r"aire:; mêm ' :
« Ce!(enie tntélaire. un notion nombrenie le renferme loujoU....
dao;; 'On ",in; mais quelquefoi, il larde à paraitre. En eITel, il lié
illffit pas 'lu'il e,i,te, il faut qu'il ~ it OOIlIlU, il faut qu'il ;;e con·
nai;;> lui-même. Jusque-I . lou - 1 : tenlatir - • nl ,'aines,
tonIeS le;; men • impuis> nle'; l'inertie du !""ln" nombre pro• t e le ;?oulernement nominol; et malm' n impéritie et;;ll ai• bl",~p, 1.- pffort. de . _ ~nnemi- ne p"",,"lent point contre lui.

• )Iai; que cc : UI~ur impatiemm nt attendu donne tout , coup
• un ,igne d:eu,tenee : Iïn,linct nalional le de,;ne et rappelle; • obstacl - s'aplan'- n d~'antlui. et tout un lmInd peuple. \olant
• sur: n --~. semble dire: Le milà! •
Bonaparte d \ient Xap..lron: iJ dit : • Je n'ai pùintll>~ la (00• ronne; j rai I"l'l~,"" d,n- Ip n.i__'Pan_ le penple ra m;, sur ma
• -le; qu'on respecte : ort,.,..•

La Franœ I\'orp.n;' i 1int.rieur Mun point d'appui -",z ~,rt
pour ra~-onner sur l'Europe, ."poiron croit la dictature.' : in'
IlOUr conqu'rir et unifit'r 1Europe. f:ti .... p--ndrer partoot, ,oo\l'nt
1 ria ~.rce, 1 • id' • d 1, n:,oIulion qu'iJ TCp"'_ nte; ~""qu~boo­
It-l français. en i'branl' nt un trune d : :mci nne, mon n:m . porte
,et: lui une id·~ de ra,enir, X.Jllol<'On • ,;,' à 1. monarchit' l"U1\I('t*nne. c' :t inconu-"tabl ; à qu..i : nirait d le nier? Il pour>Uil
une uuificaüon politique et icon..mique; - "frères. ""r 1 _ difftrent>
trune;.: nt bien plus 1 • repré>eoun "dirccL,.de 1. Fraoce. 1 . iniÜOtellli du OOU\ eau régime eun>p<cn que d - roi, indépeodaOk-_ >Il
n",c était une ronk.idérdtiull europt.".ennr. Le p~ cl ~ :: ieu ~ l·t
d.' Iïndustrie Ol'lderoe l'ont ",a1i;: 'e ,ur qu~lqu c point;:_ ~a;, 1.ronqu';le; ;:ur 1. nl:ltièn' _ :lt l'lu> f. -il. que 1 l'''nqu.'I.... sur 1."
....
1 --ion- etl - preju,.."è;: d. l'huffi3nité.
Xapolron 'eut faire la guerre l'fOU miqu' à r.togleterre, il Hahlil
le blocus continental; c'obit la Jull' imposo'-e à toute l'Europe conln>
l'ennemi commun. ilS doute. ~'ltail un ~~tème lran~itoire et non
dëtinilif; :'IllS donle, l'elle r':uniuu d s effort;: contre l'.\ngl terre tendait à uue unité européenne, mai;: uoo> n POll\OUS UOII.> dis-imulrr
que I~ s)slème continental 't b ,rait' >ourœ d - malheur> de l'empire. Ri n n'arréte X,polion; >un Crère Loui,quitte la couronne plntôt, qne (Je "'IPrifier l'intërèt du peuple hollandai;:. c"'lant qne se>rle'ulb de IIUu\cau Ni dOffiÏlmirnt Cf'U'\ de Frnntai:-; il abdiqutl rt $t"l
retire dan:-. la \ ie prÏ\loc.
Le ;<;tèm continental dëlermine la 2'U rre 'HOC 1 Itt""ie.
dant ~'au midi l'E;:pa!"1le ëpuLo;(' l'Empire. I~ c1im~t dn nord drtruit 1. plu, bell année dnmonde.
Repre.eutcz-mu, I~ situation d~ Xapolèon en 1 10: il gourcrne l,
Franre, qui. 130 département;. de Hamboul'1t à Rome' il gGU\'ernr It'
ro)'~LÎe J'Italie etl - pro,inces illyriennes; il ~ne p.1r: parentur l'LI~ll!ne, la Hollande, la \ \'e,lphalie. :\apll'S: il diri",,' 1. COU ri,

""u-

-9dmtion du Rilin. doot il est le Pro ~ur; il =upe et d,;(end le
~rand-duphé de Yar>orie. ce no)"an de h Pol
le; il est le :\Iediateur
de la !L'publique heln'liqne.
- fi,,"n : de l'Empire >oot prospè -: X,poIéon ) a rétabli l'ordre. 1, rè7ulariw et l'honn'tete par mIe prem,ance. uoe prudence,
noe haine du ,01 ~t uo' ""hiletéqui eut uO" si grande p:u1 da.ru;: ~ sucW. Ia;;t SUrt(~lt remarquable, quand on: oge combien la science
i-ronomiqu i it peu O\,uree de >on teJnps relati,ementà l'es,.or
i'nnrm.· qu'ellp, pri- aujounlllUi. C' :t dans celle branche des COll" n : humain _ que 1" iëtè actu 110 d"fie toute comparniS()n
ale< le p15'" et lui : ,oritablem nt supérieure. A,cc Ulle ,;cienN'
6nancièr' imparfait". iltroU\e mOl-eu de retablir le cn.'dit. de pa' er
,rmee. inn..m!lrabJ -. il fait Cace à : - re'ers. et. eu 1 1~. l ,
i-lran"Crs tmm nt dall> les ca, _ d - Tuileri ' deu\ cen - million;
du <IoUlai"o e\tr::..nlinaire. Ce qui frappe 1. plUE. en relr.lÇ3nt """
"")\eni~. t·- _t que N'lle "",li ': trome si prè> de 1lOIb; c' ;:t que
crlle "p..p:-e .ront noll._ 0\0"," [)(Oil'" auj nrd'hui à embra:;, ri: ,.>~ borizon..... nQlb n"('Il ~mm..,; ~,.p1r~ ~ qu<" pu unr ~nl~ration.
.
C· ;l le point culminant de _ pui" nce.
i·i _' llbre :. n m:ariage 3\ec tlne princ ~~ autrichienne q~1Ï lui
donne un fils, m " ne comprend pa,;;e; oomcom de,vi.., le quitte
Cortunc, elloi fait rœltercher une alliance contraire 11 n : lr.lJitinn- depok Henri 1\' etl\ichelicu, contraire à no> ir.lérét>, contraire
pa> sion•. parcequ'elleestoppnsée au~niemëmedeIaFranre.
J,mai' l'alliance autrichienne ne sera nne politique Crançaise.
La liberté a C"it dëfnnt à l'Empire pendant dil an,; mai, le' principe> de 1, Ré,olution oot été - U\es; il, nou, ><lnt acquis aujourd'hui; le triomJlbe en etait douteu\ et conte;!é ""r les récent> eué;
m(om de notre re,olution et par ['oppo,ition de l'Europe, umi:
enoore il l'au 'ien régime. Ce> principes, ce . nt cem de no, Codes :
l'irre.-ocabililé de la vente d ' biens nationall\, la lolëraoce reli~ieuSt', l'égalité de,ant la loi, 1, destruction du rerime Ceooal,l.
uferJineté du peuple, Et c - principes, ill : a tellement enraciné.,
que, mn)l'I'ré n ~ malheurs, n05 défa;t :'. malg-ré les t:trangcrs et la
dynaslie qu'ils nous ont imposée, il, >ont restés debout. :'\'est....~
donc rien? :\OU" n' Ions "" eu la liberté politique, mais tout ce qui
I:t rend possible a été pn'p.'lré, ctl'i-difice ..tait H'Jiment pr':t pour Ic

,,,:e1,
"U .

~ouronnementde

1 1:;,

Je rappeller.i, eu ill\oquant un >OllIenir presque per>onnel, que

-

-11-

10-

.férOme roi de \\'''''lphalie,ne 'Mjam i, f.liliJiu>ion or. 1'O!..ot.'
lem,nde' romprenanl que 9 Haie ~Ioire él.ail dans sa. umi--ioIi
,i--à"- de, n frère el dan : n dé,oftmenl à la France, il n'a cherché qn'à _ nir .. ec abné!!lltion. - d)na,tie el: n pays. La politiquedel'Empereuràl'&.lJ'd d _ reroÎne qu'il établi. 'ldans:3
famide -l;j bien définie .l,n- un~ lellre quïl ~rir.il à mon père,
que je ,em ".,. 1 lire,
• rODlaintblf".l.OI. 1.1 ",,)\f"mbrc 1 .:.

• ~oûté 1 • bie"f.it, ,rune administration ",,!!'c et liberale? Le, peu, pL.:d·,\lIpm Wnr. c"u\ d FrJn 'P, d'lt~ie d'~sp1!!1le dt~irent 1.....
ealite et reulent d' id' • libéral " \ Ollà bIen d • ann.-e- que Je
;;'ène 1 : alrair ' de l'Europ". etiaieu lieu de me conrainerc que le
• ",,,,rd nn mpnt d : pr;'iIPei" etail contraire à l'opinion gen'raIe,
• .. 'PZ roi constitutionnel: quand la rai. n p les lumière- de ,00re
• ,jkle ne ,nffiraienl p:l>, d n, ,'oIre f" ition, la bonne politique
'ou- l'ord'Jllnerail. You- '00- lrome"z oroir une force d' pinio"
• M nn a.:~

ndant ntltuN"1 .;ur \' ~ \-oi;:in... qui ;ont ro"~
ft

)Jon Cn'n'. \ 1... lJY~\fl'n~ ci-joinlt la ('\I~ 'wtiun dE.' \011"
• ro) um . <:"11- fulitution renferme 1 - ronditi..n. an\qu
je

ab:

;\Apnl.•~O~"

n....
b

l

fit

'" reUt,l1· a "'II" ~ tin.,il;'

(lpo oonqut-tp ("tà m

droi .. arquL.. "Uf\Ot.lt-

• pa)-. Yon· ,l"'ez 1 <uiln' fidi>l,m"nL Le hnnb"ur dp ,u" peupl
• mïmporl.', 1.)n~·u1emel1ll r lïnflu fi ,. qu'il peul a ir "or 'ul""
ft gl .reella mi.'onp. maÎ3 :lu~ .. i ~ ~lb Ip point dE' H1Pdu 5:'~ kne !!totl• rai de l'Eun.,.', X-' ('(IUleZ roint ...' u qui 'ou- di - nI quo, ("'u• pl -, accoutum à la. 1'\ itud ,n
nt arer in=tilnde, - bien• fui15. On t plu. i·daired3n.le ro) aum de " .•tl'balie qu'on ne \ulI'
• drait 1 u, le r""-'l3der; (1 ,olle tri,ne ne: ra réribblerru>nt fundo'
• qne ur 13 l'flnG,nce N 1'31Th"'r de 13 populatioo.
qoe dt;"irenl
• ,,'ec impati nn' le- peupl., de 1'.\11 maen , c· • quele; indilidu·
• qui ne, nt p. - n••hle;: ,. qui ont d,,, tolent- .ienlun éeal droit à
mire con-id"rali e au\ pmplni. : ,,' l'lue ute >pèee de: r·
( \dJ!'<' et d Ii('n~ ÎnLPnn,''tJhirr-- {'ntft' Ir "oUH1ltlin et la dernièl'1'
• t1h.~ du I~'upl,' • )il entii:l'l:m nt aoolie, Le,. bienfai' du cod;·
" Xapoléon, 1. publicit.. de- pl'O<'èdUre5,l't1Iahli..,. meot d -jury",.;('"ront aulant d~ (·a..ctè...., distinrtit, ,1.. lotre monarcbie. Et s'il
" tmt lU'" din' lIIa pen"~, tOllt entière, j rompt" plu., ,ur leur; ef·
"fcts, p"ur l'",!l'n-ion ,·t 1'0!TermL _ mrnt ,le "olre monardli,',
"que ,ur 1(' r;'>uitat de- plu' ~od . lictoi"", 11 faul qtl '0;; p"u• pl - joui,.eut d'une lilwrt " d'une ''1''''li''', d'un bien..;!tre inconnu.
• am peu pl .: de la foermanie. el qoe CC eom'crnemenl libl-ral prou du~. d'tlni" m:Ulil're lili d'3utrt". 1("-0: ("h"\n~eme-nt.s 1 : plu:, :;a]u"!aires n -yslème dr Jj c.lI1~'dration et à la pui-- ncede rulrem...
t< narebie, Celle mauière de gourerner • ra une barrière plu- pui-": nte, pour lOU- "'parer de la l'='e que l'Elbe. que 1 • plael"
"fort· Cl que la protection de la France. Quel peuple ,'oudm 1'\_
u IOttrner :--ou ... Il' ~lllI\"rn"n"lf'nt arJiilrain' pMl<.:.;;ji"n. quand il :Ult:l.

°

J' rom,· ..., ron~rm' .ll\ CO" il- de l'Emp''reur, ~lais l'l'Iltr,,inp"..-nl d cin.'ofutan ,1 néC :,ité> de-- er;md - eue, .. tle l'En"'pe drlournèrent _ "lient X.puloon du proeramme quïl o,ail tr8tt,
J ,tien- à b..nn.'ur, r,.ur \;. m 'm ,in' do mon père, de eon-tote~ quïl
lit san, ,;cIal, mai... wC f"mwli-, "lItend"· le 13n!!:l!!'e de la rai- n il
l+l111

qllil

~11 t.qlj()ll~ f"f'("lllln:"li1~ t"OlllnW ~In tOhpf ri ~n m~itrp.

• 'ire, etabli da Il, 1111" I...-ition qui Ille l'l:nd la >entinelle OIanM
• de la France, port,· P.1r indination et par oe,oir à sm·,'eiller tout
ee qui pellt pnrler. tleinte 011\ inlér"'.> df' \'otl'l' )[aje"té. je pen-,.
quïl :1 rom"nable ri n"ce-'3ire que je lïnforme o"cc francbise
de 1 ut ee que j'apen:oi. autour de moi, .Je juge 1 - (·...ncment'
It'l· caln1l', Jemi,,!!'e le-danl!1'r-' n, le" craindre; mais je doi.
• 10 It'rilt' à \'Olr<' )Iaje>l", l't je d' -ire qu'elle ail ",,"'Z de eonfi,n('"
,en moi pour --rn rapporterit ma mani"re de "oir.
.. Jïznore~ :;irt", ~ll~ quel;;: trait.;;: \0;;: !r(>nf;rou~ N r~ a~('ob \ùll~
• p"i!!1lent la .iluation de- esprit- en .\lIemagne; iil. parlent a
« Yotre ~laj Il' de SOllmi,,,ion, de t..nquillité et de faible,;;;e, il' s'a,bu. nI etlo trompent. La fermentation e,1 ail plll' haut dezré; leplus folle.. e>p"ranc : : nt atluellement ('are,5t-es a,ec enthou• 5iasme; on "C proro' l'exemple de l'Espagne; et, si la guerre ,ient
« à éclater, tout " le_ eontri'('5 ,itué - entre le Rhin Pt l'Od.. ,cronl
.. le foyer d"t1l1f' \. ;;:If' ft ~('tiw În ...lIrfi\dioll.

-

12-

u1è,ellt ap 'l'anéanti;, ment d 1I0tre rmi'e en ft ,'i . le:;
!!"Oll\ernemen -.•ui,antl'e, mple d Ja Pru5>e, nou> trahi-' nt ~ue­
r{.,;"i,em nt; L\utrirhe 'arme elle-m me rontre 1I0U>; le peuple aI_
l mand ;insul"te. :~-duit par 1 : mot; de libert.. (1 dïnd"pendante
que l' " fon retentir dans: n cœur' mai, il appli'ndra bi 'ntôt
que ce prom
"tai 'n une arme d gu !Tl'. un le, ifr pour le :'OUI<,er un h"mllla!! pt'rfide reudu à cel amvur dr 1 liberti, 15 Il'qu.'1 on ne fait""" de )!TOnd , clJo,e; dumbl .. ft Ir p,ujlll'l' d ••
,<raill5 dr l'Europl' ,L-à-,i. d_ Irurs )V'ul,1 d',' du j. ur de l''ur
lri..mpbe.
En ,ain. dan> 1. cam zn,' d.' Fr:mre. Jo: quoli '"' miliUiJ'l'>, Ir
r rartère de Xapol Il hriU 'ut d'un écl.t plu· ,if qur joumh; comm,'
,i rP n"'hit p '" '. z d l'Europe rooli.; • du peuple .Jkmond l'nIraiD•. 1 ennemb d lïnkri ur. ( quelqu..... homm.. d . ela.'......
1·1t·.. ('(~ ~U~('m ul qui. _ mbJabi. - au\ oi""Ju\ tI.· l'n.jf" \tuant ~:J~
,-h:nl"r ~ur d..... bl : . . :--' Il)():lIn.'nl Ij.....1"... quand l'HrJU_I'f :t1bfJ1.li"
Il Fr~nt(·.. "n:unk nt Ctmln' UOQ- . .xuu:o \WÙriulb. pour Il,(,nOtllr
,1.' l'hunnnik, pou",ir dL l' dr n , aunol . Il roaJuil' d'nn J> IiI
Ilombl'(' ..rhomm .. t'I"\ l. p.ar ~3polt-on: ffi.:li:o-Il 1J"''''téritc :1 t'Itrl'!!':::-In"'
(" "'" Ù "raill:m~ pour 1.. Odrir. . _ l'tmrtiunnoairt'':o' qLÙ ~·(·\tlli 'nt d'aHiir 5<'ni 'x:I[)(II(·on. di....:ml quC" t't'bit l'our mit'u\ l, IrJ1lir: ('t.~ ~t­
ncrau\ Il:! ti-' nt 3'('(.~ I\:ntu:mi , ft":' rh,of.. (pn·.... :.ni-tl~· ni Libl'I"3U\.
~'e, 'nat qui pnxlaJJl~;' dé"heance au num d,' IJ liherti, qui ~ l''uJour.; ét.i- m(-conllu(':, U5 '0:1 iJl::-pir.ltitlll N . pn'jX.t:-iliulI~ : tout N'
IU,zubn' Lblrau 'l'raehe à Xapoli~n Cl'" p:n'I", : • L blan~5" nt

-

;e

t,)ujoll~ bl\ln<.~.

il f:mt. Ih>u~

,1)

0 ~tournon.; Il''' ~e'U\

3H'c"

d 'goùt; oU plutùt, noll.

'nir : j" 't':ot un {'I~- i~n('m(-'nt pour l':l\enir.
X~flJI(~n. Irahi et Iain u. ~Ldiqll 11 Font.lÎnebleau,
Il N bien diflkil,' d" ju~ l' tl'Ile plias<' d~ l'Empire; ~Irc no;
id",; ~~Iu~lfr:-. noll> pomon' à peine C(.mprendre l'immen.it·· d~ tt·
. tH

lu·'Oe--rammt'; il IX'ut 1I0lb par3ltre chim(-rique. tt

OHl~1 teJlt~

1).,rCoi:-

,le "c rappeler celte définition de la d.rai· n qui l'Olbi>le. dit-<tn,
dan, l, dÎ>l'roportion entrr Il' but et l , mo~en> pour J'~lIeindrr,
~I~i> JlOU,on,..nou,; app~ier jU5lem~nt aujourd'hui 1 : msourtCS
du ~énie de X~JlOlé()n l't nou' r"ndr" compte 5i, rt'l'lfemenl, il ne
flOU"ait alleind....' à 13 Mulenr d~ , n bill? Cell~ qn :tion, j~ I~
IlO5e ,~n, l'5-"~ er m,'me d" la rt'50udre; elfe app' rli~nl au, ,izl'5
fulurs.
Le !!"l',md Empl'li'lIr tomb':' 'P relire 11 l'ile d'Elbe. l'end~nl dil

13-

Ill"i> il 'uit .d·ulI œil ollelltif 1 . e,eDcmell!.> poIitiqucs; ilopprccie
Ilffipopulante de la R .tauration. la Intte qui se prepare l'DIre k."
5OU.~rain5 et 1", peu,,1 ',l'opiui n publique qui lui re,ient, <l, 1""
dp<-m tout, il rell xliil à J'a'eoir du mond~; replié sur lui-mème.
il degage la ,éril<' et rceonD~ît que, >i J'Empire a pu i:tonner le
Dl/IOde, D:; la libert ". 1. liberté ('"t néœs.." ire à l'Empire pour aCCOIll, p1ir,. m"-ioll.
:'\'loOlOOn débarque à Caon'; le peuple et l'armée entière l'acclalDCnt; J'âme de la France ,ole au defant de lui. l'étreint et l'emb.....-<c; legoU\€rnement d . Bourbons, l'admini>lJation de> émigJ'l.\;.
,
:~nér:lu, qui l'ont trobi, tout ce monde officiel disparait et se di:;,i['C, comme la neige fond de,ant Je ~ leil; je ne connais pa' ~e
5pecbcle plus ."lOd. il ,t u,li1ue.
On reronn.U le ~énie il ce que, d'un bolld.• 115 tran-ition il arrile.ubut po>sible. Tel ;t le col'3etère de 1.\ete ,\dditionnel de 181;',
dout 'oici le préombule :
•.\u pahûs de l'llrsfe. le ti ~nil 1 1;).
• ~.\1J()LlO' J

ek..

c Dcpui:; (lue nO.te .HOIlS ew apr~lé, il ~ a quinze anllœ:.. au ~UII• leroemeot de l'Etat nou- a'-on' cherche à perfectionner, 11 di• 1 erses époque:', le;; forme;; constitutionnelles, uil'ant Je;; besoill5 et
• le;; dc.il'5 de la nation et en profitant de;; leçAln de J'e'péricnc".
«Les COD litutions de l'Empire 5C sont ain.i formées d'une séric
• d'actes qui ont été re"èlu' de l'approbation du ['Cu pie. Xousalioll5
• alor> pour but d'organiser un gl'3nd >l.tème fL'dératif europCrlJ.
• que nou' a,ions adopte comme conforme 11 l'e.-prit du ,ièele et fa• ,orable au P1'Ol'rè,; de la ti,iii'ation, Pour parlcnir 11 le tomplél~r
« et 11 lui donner toute l'étendue et toute la ,tabilite dont il etait SU5'
• eeptible, nou, a,ions ajourné l'elabli>>ement!le plusieul'5 instilu• tion5 intérieul'CS, plll' spé-cialement de;;tinées 11 protéger la lihcrtc
• des cilù~eo5, Xotre but n'e;;t plu' désormai> que d'accrollre la
• prospériléde la Fl'3nce par l'afTermiS5Clllent de la libcrlC publique.
• De là rC5ulte la née 'ite de plusieurs modifications importante
• dan le;; constitulion5, senalus-con.ultes el autres actes qui régis• 5Cnl cet Empire,
• ,\ ces cause> l'oulant, d'un côté, conserl"er du passe ce qu'il y
• a de bon el de salutaire, el, de l'autre, rendre les constitutions de

-l\-

ell tout alL\ "eu~ et au' be:.oin, nati<J« na"" ain,i qU'à rI' t de pais que 1I<>lli d .roos maiotenir "et
«rl::urope nOIl, al n, ni, Il de propo>er au peuple une ,uile de
• dj,po,iti 0- tend.llt à modi6er e perf~ti 1I0er
ac: con,titu·
«tionn -, à nlollrer 1 droit, d . titolell. de tou leu !!"lI"aIl• ti ,àd ooer à. n ,!,t'me repIi-.eotâtiftoÛte: n eltelbinn,à in·
• 'e.tir le. corp. iotermédiaire. de la coD;;ideration el du pouruir
« d' jrnb .; en 110 mol. 11 tombioer le plu. baut point de liberlc
« politique ale<: la r. ree e la centralisation n'
.
pour faire
« pecter par l' 'tranc'"U Iïndépendanœ dll pellple françak et 1. di• zoile de notre oouronne.
« I::n t'005' ell . 1<"- arlit 5lÙ1311l>. "nwut un acte,1Ji>l'lt• IU"lltain' dIl.\ oon,titUtioll, de l'Empire.• ront. Jlli à raetepla• lioll libn' t ,.4eoneUe d t..u, 1 cito! 0-. dan, toute retendue de
• la Frallce •
4.b 3rtic _ tlOU\t:.ôlU.\ .. ut la COl'btXratiUI1 de
ClIuqut- ède la lÜ}('rté moderne: ib rt-ll1DC1I1 r"périenl1' t la vrntique de,
peuple- 1", plu. lib.... :
t ce qui • fait dire à un hk1oriclI.
)1. Thier'-: «J.m.G 1. lîhertè. IoUte la liberte qui ;t rai. nnable• ml'lIt d irnble. Il'alait lé plu, rompl temelll • :urd", à la
Frant"\:.•
Le> r.it, "'polld 'lit au\ V""".-, . I::n r.ce de
lW '.
j.mai- 1I0lre l);Il' ne jouit d plu. dl'libert·,
)l.i, il raut dl,r,'ndre la France contre la bain' de l'Europe ,UI\'I..ite,' '''' r,u'damalion qui a ram"né \apolwn dl' rUe d'Elix': rEmJlf't't'lIr. ;lH'I' Ullc3tti, ih' qui kn:lit du l'Ndigl". ~r:roIlL-.I' UO:-llnU~'t ....
il)Jpn.l \i:5i f HlUC Il .. l'I3n'" fortl':-. n:primc 1 . tNUbl~ nl~ali~tl't'.-4'
111(,1111".' dl-Itlt"ul. Jamai.. 13 FrdIlC(' Il",l (;:Jit l,dater JJIu.:- d'enthuu..ii.l:-IIl('. :\..\pOll"n. pre\U~ilnt une luth' .. upn'ult'. :Hln.~ .....· ( . . 1l3.nlk~
IUtltwrahle~ à Uéni.alllin t:uu..taut :
C' Connu' c.1L,:- hOlllm '.. I,rèt~ il lHuurir. lluU::- n'mou.. riCIl à II~I'"
.' ,,,",!lIi,,,'r, ïj 'tumbe, l ' patriutr: lumbe",nt ""e moi. You,jOU'è• riez lIIal 'otre jen, -i 10U, me trJhi.-icz ..\prè5 moi. lOU; luu' te" ,olutionnaire<, 10U' riez perdu., Je ,ui- lotredeniierdictateur,
" :lléditez ,ur cela.•
Lutien aCl'Ourt pre. de ron fre",; tout ,oulell;r de:. di,3tntimenk
pJS5<'S s'etrace, le danger et ramuur du pay. les I>:uni;sent. \ ble
elemple! Le:, ''rai' patriotes, parmi cm le général Carnot, accou·
rent aussi pre; d~ l'Empereur; (·m • 'ufs comprennent bieu leur d.~
.. Ilotre 1':mpire t\)lIwrw

e

n:urope

- 15 voir e rin.tillct de la natiou, Carnot, l'ancien Illembre du l'OmÎ c
de - u public. 'homme qui a tant aimé la liberté. qui a lolë contre
l'Empire, • nOllllDé minj,-ue d IïJllérieur; méme .pre; la défaite
de Waterloo, il ne d'. >père pa., il lote contn' l'abdication: et quand
tUe e.l décidce, il fond 1\ larm .,
Jérôme. trompantl.: neilla1\ccd geoJie. de L\utritheoù i1e.t
relenu pn.ounier. amie à Pari, quelqu : joUr> .,antla dernière bataille· il red lient: Idat à \\'at rloo. où' daus le carré de la Garde
impériale. alOI'> que tout ,1 perdu, \apuleon lui dil : mo~. te~J!lpen,' inetTabl :« ,Ion frère. je 1 . ai l'OIIllU trop tard,. La
bWi . d.-julle 1 pllb haute. combinais lb du zenie: la Frallte .t
laÎllcue. le d', -~ compl t!
.lalgno n défai , pourq1I<,i lfupiredo> 1 J~ .t-il rt'>-te populaire? Le peuple le -entait. c'tail là l'Empire de ra,enir, c'etait lit
l'ri 1 allianœ de la zrnndt'ur passée .'cc la liberté.
La lie de \apoleoll ne >erail pa.> compli:te : il faut. pour que •
ra<e puh.-e: rel 1 r. que le Inolh urlui donne tout .1 : zloire: au~rè:, de CC peuple fronçab ;j zenercu\: il faut que le mari!';;' sanctific
..,n œUI-re. La littoire tait d', rmais impuissante, il l'avait ëpui: 'l',
AprèS ce ll'urbillon prodizieu\ uÙ ractioll arait été tout, il fallait que
le grand homme pOt se recu iUir et leguer à la postérité >es dictëe>
de . te-R IOOe. Leur ,olenr ·t N'COnoue; il suffit de le, parcourir
pour ~ ir le cachet de leur aut ur: 1 ~ dictee. tI.' aintI'-Hi'li'IIe
ooIlIlt inron ;tahl ment rœUl n' de \apoloon,
Que d rhéteUr>. d - critiques inté""sé, disent que c'était UIIl'ok
'IUO l'Empereur youlait prendre; que ce qu'il a dit ct etrit pelldall'
1 ~ ,i\ ann.oC> de mart~re, il ne l'cOt point appliqué: c' :1 fau\ !
\lai, qu'importe aprè:; tout? Peut-oll IIier que \apoleon louiOt ".

montrer ain~i devant llÜ5toirt', et se::. t"ommentaire:: Ile : Illf-i1s

pa~

rel-pre.si n dc, 'pen, :? l'ii :\apoll'oll mème n'él',itpa- ce '1l1'il
leulparaltre à ainte-Bé\ène. deloll,-1I0U, moin - considérer cc qu'il :t
,~rit comme d :con. i1- à: "descendant,? C'e,t là qu'il ra ut rechercher "idées et l 'traditions de ",1 race,
Le 5 mai 1 21, il meurt ell prononçaut ce. Dlots : • T te! ,\rmée! France! • \ïctime d'un climat meurtrier, des tortures imposées par se.geôliers, lictime de grande âme elle-même, «qui a U,t
le fourreau », il succombe 1
\ poJéon est mort! Ces troi- motstral'el'>CDt le. me.., arril"Cnten
Europe' la fatale ooUI' Ue e;;t recnl' awe un sourire de joie par If'

-

- 17-

16-

>Qu'eraiu. l'II _ hOlllm d'Elat, déli'ré: cllfill. il- np trail'nClI1 plu.
le grand re' nanl: le peuille d France. 1 . peupl opprimé're""lut
de,; lann c dans 1 ur cœur. ~apoléon • mort! mai,;;;on e.l'rillui
.l1I'\i'ra. il conduira pendanl de lon<ro . anne : 1 . id' du monde:
.
, mém ire ~ lairera l ' 'nération; ftllureo,
(n d : point,; 1 : plu,., lIant> de rEmpin>. c' . t la poIiliquH'I.;rieure. Ceu,. e'pan>ion de la FranC<'. an -ri ure à lfupi",. 1-\
quo la République lui a,ail ~. a été un d : raractl>re, d' la .....
'olulion. ~ ré ùon5 impartial 'démonlrenl quo c" .1 hi.n moi '
r prit d'a!rn:,,'on d la Répubtiqul' el rambiti..n de rEmpire quïl
faut aœ\L"". que la baine d. rEUI"Ope; il faul -urtout acœ;;ei la
l'I!!Ïque d : fai -. Le n",nde ancien el 1. mond moderne: lrou-'
'-aïenl 'n p' le('. une lutte d ,.il eu ,rtir. Lt-«> que jamak,
dan; Illli ire. 1 !!ranch pl'll!!' 'funl
- qu la fom' ,ienne
1 . 5anclionner? uel grand prœrè5 a ét': acqub _ > que. maIho>ureu: ment. il ne fùt arro,;é par le
!!? L"lahli,;
1 du muodè
romain.. chulP, le rhri,.;ianisme. dunl le ilnda ur a repandu ,
lontairemenl son 5an" "Ur la croh. el. dan;
. Iemp- IIlfo<1emc>.
retablic' menl d la Réilnne. remancipation d r.\mériquc. au-j l lurdlll1i mt'rne raholitiou de r 'I"a" dan. le lIOU,eau monde?
uJcm ni fronçai: , mai,
Comment la ré,oIutiou. qui n' 'tail
hwnanilaire, qui étail la chule defiuilÎ\e du molen à.."C et de la fOOdalité, pou'·ait....lJc 'établir n. qu le
humain ,lnt ra[firmer?
Qu le pro!!," dl'> id' •• " : rend,' c lutte. d • mlai. irupo;,iblcs, je le ,'eu' bien, je le d .ire ,ilement "c< tou> 1 ~mi, de
IllUmanile; mai. au ICmp- d,' n:mpire. il ne poU\;ùt en èlre .in,i,
TroU\ Cr un principe qui rende l ,!!lierre,; de plu,; cn pills rare;,
'lui, P.1r un re5pcel d., droit,; d lou,. élabli,;,;e un ju<te cl 'érilable
'"lluilibre, c'èlait 1 problème à re' udre. De là est n:e ridée dt>
nationalité•. Ce I,rillcipe,.i on :Sè dégage de toul parti Prl'OOntu,
Il'est point difficile à definir; il Ile " !!it pM, pour le mieux comballre, de 1 f~ire repo;;er e,clu "rement sur Ici ou lei élément i: lé.
il faut le ju"er dan' son ensembl . Qu' :1-{lC qu'une nalionalité?
C' .t une réunion de conditioll' d'origille, de race, de mœurs, de
:.:oo"arnphie, d'histoirr, de langue, de religion, d'illlélill.; il faut que
celle natiollalitè ' il dan, la ,olonlé de ceux qui la réclament; il
faul, pour qu'un peuple soil digne de fonner une nali nalité, qu'il
che "affirmer par d., sacrifice>. Youloir f~ire dire aln parti: ns

pa; .

,;ani

,le l'C Vrillcipe Ilu'i1 c>llla..: e\t1u5i'ement ,ur ulle d - cullùiliulI,
indiqu . l'>t ab.urde. Et qu Ile aulre 00, peut~n admettre pour
"" rapport,; d . peupl , enlre cil.' ? L 'élal actuel, ré5ullal de la forœ"!
~:li5la foltt Il' t poiulle droil. ct ;il ,uffit pour un peuple d'èlrc
IP plu. fort. ("Iumenl blàmcr teU' qui c1lercbent à le derenir? .\u
jourd'hui 1_ {l1u,. faibl :. '()l\" n'a,ez point de droit; mai,. .i d maiu \ou> olt - 1 - plu- fort>. h' droit: ra la L"Oo;;équeoce de cette
~'rœ! Est-il UII principl' l,lu,. -nb'eroif. 0 'e>t-œ pas uu appel inte'· la la G>r:e bn.taJe.,i Ip fait e.l runique source d'où rou' pui><iez lirer 'oIre droil'! \·o~ l 1 roo;;éque ': l'l'lat de l'Europe.
en 1 13. a "It' illlpu>e par la ilrte. la ,ioleuce et la haine; il ne re" .ur ri n d n'ai: c· t uu fuu, équilibre. n'5uJtal d : pM.ion.
du IllIIment. lIlélan!!e du droil ancien arec le fait moderne, cl ,·ou;
,,,,,lez que ce _ il là 1 point de dCpart d'un étal de pai.• . qui ne peut
'1re ba,;' qu sur la: li-rnrli..n d , peupl '.
qui. il ~ a quelqu - ann' : encore, re:;tion5 1 _ ,ailleu,. d"
1 I~, "Ill.- '()l\tiez noll.< forcer à adorer • 1r3Î1"-. ou, par llll jeu
do' mol-. 'uu,; Iouliez lli n 110115 pennettre de 1 : det .ler. I()l\t Cil
1 . ob>enanl.
LïdéP d ' nationalil(.,. ,.,.1 nOIl-5Culemeul boune en elle-même,
nui- il n'~ n a point ù'aulre qui pui,;- : nir à fonder 1 : relation,
durabl ' Cl pacifiques d _ peuples enlre eux. ni a»urer aucune .tabilit_ pour ralellir : car te que la force a fait, la force peUl le defai .....
[·t-ceà dire qu'il '-a!!il. de propos délibére. de boulc,erser l'Europe?
.\ /li,'u ne l'I~isc: il , '~:.:it. comme dans Ioute idée qui doil dcr-enir
pratique, de cberther le 'rai, de le "oir t de tâcber de '-en approther le l~u5 po,sible. ;uœes,iremcnt, a'et modéraliou toujours.dau,
la limite dll droit. de >l'S fore ct de s : inlérêts, en romparanlte bill
à atteindre '"CC 1 ..trillc., po;;,ibles; 'oilà la politique élrangèrc.
Re>1'C<tl'r les nationalité;, cc n'est point méeonnailre l'acbeminement de l'bwuanilC lers runilé; mai, il! anrd toujours des direr<ite,; enlre le- groupe;; d'h mmes, d , bc,;oin> différents au'quel. les
..lioo' 'té,; doi,enl répondn>.
'1apoléon ~'ait ce, idée-; "cr,o'1I1 ' nc t ,~ miel" fonllult'e. 'lue
lui quand 1 di,.it :
• (ne de Ole;; l'lu> gt'"Jlld., pell
'a l'lé r~ omeratiou, la con·
• centralion d • mêm 'peupl - géo"o-rapbiqnes qu'ont di,;;ous, mor• celés les ré"olulion e la politique, » tnumérant les dÎl-erse;; nationalités de l'Elll"Ope, :'>apoléon ajoutait: «J'cus5C \"Oulu faire de

:'011.

~

-1

" chacun de CC> !l"uples lI\l , 'ul ct même (1)"0- de lIatioll, C' ,t al""
• un tel co~e quïl eût tté beau de sa,ancer dall> la posterite ct la
• bénédiction des ,ii.'elcs. Je me :;enta;' digne de celle ~Ioire .•
Pour rechercher le> Pl'l'jf'ts de )iapoll'On >ur 1 . différents peuple;
qui demand 'nt le droit de ,ine ct rèclamellt lenr place panni le;
lIations ei\ili-'f.':; rcstlui >eul quïl fuutlai,,,"r parler.
Il dL it alt' 1'0hnai>.le 12 juillet 1RI 2 :

COIl1IlL' \OU~: j"aurai5 \ote
• (Omme 'OUs dan. l' - 'mhl,,' de Yari'O,ic: l'amOltr de Il patrie
• 'tla première >erlu de l'homme c;,-ili5', ï j'ellSS rt",me lors du
• premier. du ;;l'COnd ou du lnli,iême parla!?C de la PoIO!?lle. j'aurais
• armé tout mon peuple lJOur
soutenir, .\u,,,,itô! que la ,ictoÎn'
• m'a permis de .>lituer '(1) aneiN"'p;: loi., il ,otre e"pilale ct à une
• partie de 'os pro,in""", je rai f,it a' emp~ment.: ns Ioulel' roi5 prolon!?er une guerre qui ('ùt fait rouler encore le ' ng de me;
• sujet>. J'aime ,otre nation, Depuis: iz ans j'ai \U , : \dats il
« me; cil ':. sur 1 - champs de ualaille dltalie comme sur cc",
« d'E,,-pagne,
« J'applaudis il ce que 'OlhaH'Z fait. j'autor;"
- effurts que \("1;
« ,'oulez faire: je ferJi wut cc qui dependra de lIloi pour secollder
Ct r
. lutions. i ,. .: efJ'ort.s ~ nt unanirn =, \OUS pomez ronce~oir
" 1'C$poir de rëduirc \ 'enn mis à reconnaître ç 'droi ~,. mai~, dans
«des contrée;.i é10ignees cl >i etendu '. e' :t entièrement dllli l'uo naninùte des efforls de la population qui les com re que 'ous pou• 'Cl tromer l'espoir du succès. Je dois ajouter que j'ai garanti
o il l'empereur d·.\utriehe l'intil'ri'" de ses domain ,et que je ne
« pu' - - nttionorr autuuc mnnœm r" ni llU('UIl lUOU\ ment qui tCII«draient il troubl r b pai,ible p.,s,," "ion d' te qui lui reste d . proo \Înees dcl. Pologne, F.ites que la Lithuanie. la 'amogilie, \ïtepsk.
« )Iuhilef, la Yolh~ lIie, ITkmine. la Podolie. soient animees du
« même esprit que j'ai ru dans la ttr.lndc Pologlle et la l)ro,idence
« couronncra volre bonne cau5C par de5 su ·Cl.OS; ellc recompell..'er".. cc
« dc\ouement il \otre patrie qui \ou~ rclllf si jnté ~saJlts ct \OUS atquiertta.nt de titrrs il mon (5tim(", età ma 1rotccti n pour tout cc
(( qui dépendra de moi dans 1("5 circonstance:;. ))
Yous reconnaissc], ici, )Iessieu -, celte inlluenee fat,ùe que l'alliance autrichienne arait exerc('. sur l'esprit de l'Empereur; nc faudrait-il p<,s lui reprocher comme une des plu' fun ,ls)- conséquences
Cf

Pulonais. j \

J 'n~'rai~ l'l j"azir.ti~

"'U-

l(

-

19

dc celtealliallt,·.la non-n.'COn>litution de la Pul 'me Cil t812-'! Celle
campagne de Ru:-ie, qui était comme le dernier combat du géant.
Il'eût~Ue pas été un 'uec - -'il arait puorgani- l' la Pologne et la rerolb"1ituer fOrU'ment a'ant de s'dancer '-ers les dé- rts glacés de
la )Joscorie?
'
D'lll un aulre moment, au moment où pour dompter I"Angleterre. )i.polCon eroj"3it demir nouer une étroite alliance .,"ee la
Russie, une proposition cdieusc lui fut faile : il s'arissait de s'engacr ~ un abandon complet de la Pologne. )iapoléon retint quelque,jours son indignation, qui déborda ain'i derant une nou'"elle propo,ilion:
• )ion, je ne reu' pas me deshonorer en declarant que le ro~aume
• de Pologne ne sera jamais rétabli; me rendre ridicule en parlant
• Je langage de la di,inité; flétrir ma mémoire en mettant le sceau il
• cet acte d'une politique machiarélique, car. c'est plus qu'arouer le
• pariage de la Pologne que de dédarer qu'elle ne ra jamai reta• blie. )ion. je ne pui prendre l'engagement de m'armer contre de!l

«gens qui m'ùnt bien seni, qui m'ont témoigné une bonne vol::mté
• constante et un grand dérouement. Je ne dirai pas aux Français:
.11 faut que ,otre sana coule pour mettre la Pologne sous le joua de
• la Russie. i jamai- je sianai- que le royaume de Pologne ne se'J
• jamai retabli, c'est que j'aurais l'intention de le retahlir, et lïn'
• famie d'uue telle déclaration - rait effacée par le fait même qui
• démentirait.•
Xou' 1'3'0115 ru, parmi 1 : objections qui étaient dalls 13 peosee de
\apoléon contre le retablis>eIllent immédiat de la Polo,,"1le, il faut
'urtout placer se; illusions sur les amntages d'une alliance arec la
maison d'Autriche. Combien ~apoléoll était plus daos lïnspiration
vraie et les realités de sa politique lorsqu'il disait am Hongroi>,
en109:
• Hongrois! L'empereltr d',\utriche, infidèle à ses traités, mécollo Jlai~' nt la générosité dont j'arai- usé eoyers lui, après trois guerres
• con5ècutirC5, et notamment après celle de 1805, a attaqué mes aro mées. J'ai repoussé cette injuste agression, Le DiêU qui donne la
o lietoire et qui punit l'in a rat et le pa"rjure a été farorable à mes
• arme' : je suis eutré dans la capitale de l'Antriche et je me trouve
« Sur l'OS frontière. C'est l'empereur d'Autriche, et noo le roi de
« Hongrie, qui m'a déclare la guerre; par \"o~ constitutions, il n'aurait

-

- :!u -

pu le raire. n· lutre con. ntement. Yolre ·),tèrue C'Jn,laIDIlli:t>I
.• défeoEif cIl' m nre. l'ri. ~ par 10lle demière diète uol fail a"",
• cvooaille que lolre '<eU élail pour le mainlien de la paix,
• Hoogroi5! Le moment p...t \enu df' n'('OO'""r \11 Te indeJlt"ndaoce, Je 'ou,; offre la paL" lïnlè!!rite d.· ,,~ .... ll:rriloire. de "otrc
« liberté cl d , ~ oon,lilnlion., • il lell. qu'ell.' Ollt e,i,lé. ~,it
mndifi • par 'olli-lDém ·.,i 'on, jn:tcz llue l' .rrit du 1 ID el
fC 1 - intërê~ dl' \0" ("(mcito~f'n'" r... ,izrnt. Jf' Uf' \ lIX rieH de \(tu.. :
• je ne d,,;ire que 'ou' 'uir nalion liLn' ,·t ind pendanle. \'oIn'
union :l\ce 1'.\utrirlH' a r3it \oln\ m:tUu~'ur" Yutrr . . Il!! 3 .'ullIe J}lIur
• ellc da . d • rt'giol" "'oi~n''(·'' et w· illte.,'t, 1 ~ plu, ,'be", 0111
, clé oon,lamrueut~ "rilie- il """' d" "'., ,l, t,; bo'..llilai " You, ["r'
miez la (>lus belle p:lrtie dc ~ n empin'I'l 'ou' n' ticz qu'ullc pn~
ft \iDee toujou.rs ~_ nie à tI . ~~i(ln .. tilli \t'll~ Hai(-nt tlran2'ère-,
tf '·005 3\CZ d ~ Dl ~ uatÎt,ual '. lUU" hlll!!lll' n tÏlmalt: \lllL" 'ou..
,antezd'lIOeillu,;lreclao i 011 oricille: N-I'reuczdonl'Iutrceu,..
tenceromme oatiou, .\)ez w. roide ",ln' ,",lOi,. qui Ile règn que
• par ,otG. qui ré>idc au milieu de 'ou'. qui IW ' il elllironné qne dr
~ cito~ell~ et de \
wklab. H(llIzroi.. ! '"oilà et" qui: \tJU~ dl'• mande l'Europe enlière qui ,ou, n>zaNl.·: ",im que je InU' d(~
• mande a,'CC elle. [oe 1 " l'teMINI." d .- n·J. tiolb dc comme..".
« ulle indépeudance as,;u";', lei t 1 Ic l'ri, l(ui
aH ud, ·i
\oulez ~tre di:n1h dt \ ant.·~tn.- t't dl' \lIu ..-mt-nh.....

fi'

"ID'

« YOlI$ ne rt'pou:;: 'M\Z p.1~ t<' ulfn

If
Il
fil

Il.''

li~r3ll~ N ~ lIt:'n"U~"", l't

\OUS 11(' \uudrez pa:; prodiguer \l,.Iln.\ 11l~ pour Ùl~ princt-$ faihle:::,
toujours a:;.: rü~~ à des lIIinbtn:.. 1"'t,rn.I1I1Vtl~ l't \('ndu::- il 1·.\n~lr­
terre, à tet ennemi du continenl. qui;l Jjllldt', -.('... IIN:,ltt·rih.':s ::-lIr Il'
k

monopole f't sur n di\ i~iolb.
« Heuni '",'z-, ou. en diètc naliunal.. ùan· Je, thalll/,' de R".u;. il
(1 la Illanirl'(" de 'os ai("u\. et fn.itt_-moi ("t)llltaitre \Ib rl':-oiutiOll5. »
Ces citation. ne • 'rai nt i"'-" '''lIIplèll'>- ,i je nc rappelai,; l'('pinitlll
llc l'Empt'rt"ur sur rltalie, :our celle <lU :tiOIl bit'II t\\lUltêc par 1('"
Il

triowpllt~:' ùe ~Jl :-uC(·c.....-C'ur. mai.. ("Ilt'ure ir~llllf'
-

dan.;

qu('Jqu~­

untl::; tJè ~~ ""Hl~lIl'ltt:l'''.

On IiI ùan le; die"'." ùe." 'nlt'·Helène :
,,:\apoléon ,oulait recréer la (latrie italicllnt', ",uuirle. "euitien,.
" les )liIanais, 1 _ Piémonlais, 1 GéllOi., les To~ ans, le; Parme" sans, leE )Iodenai., le,; Romains, le :\apolitaill>, le; icilie05, Il'>
.' s.,nIes, ùans unc 'rnle nation indépendanle. oornée par les Aille•.

~t

-

,le- mtr" .\driati(I'.... dïOlùt' ,'1 )ledilerraJl..~·. Celait 1(' IN'ph':I'
«imm.....lel quïl "Ielail il ,] l'ioire. Ge !!rand et puis,; ot ro~altme
«aurail tonteolt la OlaÎ..<oo d·.\ulrichc sur lerre cl ur mer' .- :
,o.,tt : n'uni: il ccll_ de Toulml auraienl domine la ~looilerranéC
• el protPg\' l'ancieooc roule dn oomOlerce d • Iod • par la mer
.lhu!<C ct Suez, Rome. capitale de cel Élat. Hait la lillc étcroelle,
• .'OUlerlo' l' r le. trois harriè
ù •.\IpeE. dn l'ô el d .\]lCnnio,;.
, l''U, à p..rt,.,. qu,' Ioule anlre d~' 1roi,; !!'Tand • Il :. )(ais :\apoléoll
a..it hir·n d _ ,Jb,;taclc- à laiocre. Il a'llit.dit à la tonwlte de
I.~"n : \1 mc faul ,iu!?! an, IJOllr n'tahlir la nation italj~nnc .•
• l'roi· ..ho>6 ,'oppo.'aicnt il fC !.'rand de,;'ein : 1· le;: (lOsSPo'ion,
• qu'a,. i"111 le< puis~ nt<" ",1 r.ll!.'i·...·-: 2" l'CEpri1 de 1(1('0.1 ito': :l' le
-<'jour de- Jl.'llC; il Romc.
Bi\ an:- ..·(·taif'nt à peine \~·ollit. df'"ui~ la Nlll"UItf' tif' L~()n qu..
, If' rm·mil~ri,h ..t1rl,' ..:t3it rntit\rrmf'nt 1('\(-: autun(\ pui~~anC'(' é-tran• ,,' rc IlC ("" '-dait plu' rirn ~n Italir. clic était ;ous l'influeoce i.m,medi.I" dc l'Emllercllr: la d lrucliou de la n'puhliquc dc "coise.
.Iu n li ,le S nhi",w. dll !.'rand-{)llc dc To>eanc. la ",union il l'Em• pin' du l13trilUoine dr:: ·nt Pierrt". 3,aÎpnt fait di:;,p-1raitre- I(':;{'H"nd oh·l .-(,.: rommc
. '''Idcu - qui. a~ant i, lransfomler'
'14u,i'-II1'- pii" . de petit ,...Iibn' cn nlle . ule de ~ . 1 : jettcnt
d·aho...1 d,n, h' haut-r'lUrtlCall p'>tIr 1 • derompo.cr. Ic, n'dniJ'(' en
ru..iun, .1(' m('nw t..... »<"lit.. f:ra ~ 3HtÎ(\nt "li' rêlUl'" à r.\utrirh(' ou
«il la Frao("(\ 1JU1ir t'Ir(" r"-duib ('II d i.l\It:n~. perore leurs SOU\f'ni~,
.I()u~ pn.tputioll": ('1 5(' tn.mtr Ilrepnre~ au muOIf'nt dr ln fonte.
ft (~~ rt'nili('Il~, n:llui.. 1*lUlullt p)u:-i('u~ anu~ il la mOIli.lrcllil'
u :,utridlit'flIw. ô."ait'nl ~nti thlllf' l'ô.ul1C'rtume d'êtl"(l' :-OliJUis au\
• .\J1~Ill'nù,. 1.0""1'''' CCE })(,III'I," n'ntrén'nl sou. la dominai ion ila.,Iicllll<'. il· IlC ;iuqllielèrenl l',-,i ICllr ,ill~ sprail la (·upil·.lr, ,j
li Il'ur f!ûlIH'nlPITI("nt 5(\rait plu>: ou moin.:: ari:;h>eratiqflt. 1.:1 11lt"mr
• rel ointion o'ol'e18 ~u Pi"IllOUt, à G,'ncs, il RQIllC, hris'''' par h'
• ~ ...nd mOll\~menl dc l'cmpire fran~ai'.
« \1 n'~ al ail plu-, de Yi·nilirus. de Pi"'montai•. dr Tosl'ans: IOu,
1>; habilll.l~ dr la l'cniu';lIle n"'I]if'nl plus qn'ltalirM: t01l1 ..· t.it
If prt-t pour tr~'(\r III ()'rùooC' p,tri{\ italit"ntlf'. "
La trnoition 1H11)(}1,'onirnnf' doit ê,idelUnlC'nt (-IN" difTt?rrnte '11Ijl~l\rhlli dons:"('$ mo~en:;:, llIai~ Il' hut doit rt~tt:'r le nl(,mf;\; non~
";lIon, plu, la f"....c ni I~ de<i,' (l'impo,rr à n:urope nr", ,nloOle,;
l'·· leml" ,,"nI eh.u,,':': ..'e51 cn elle N dan, 1"" allianc,-,; (]e,; pcuple<

-~-

libéralll qu ïl f.ul eherdwr no- .ppui" M.i, .mère
th<."-ori , qui
,culent er.np~- n?e~ le ..enie de 1. FranC<'! Aujourd'hui, 'plu,
!'T.lDd - \lctol - al, tranorer ront toojOUl'5 1 : JX'up . tooaocipi•.
1 - n.tiooali .c reconuu c, Ct- ~nt là 1 . <'l'3lld.'5 tra - que lUI.
., 'lml'.;e, d,n, le l'œur d Jl"nl~ . 1ll.1,,"· Il&.' m.llwt,l':',
CitoD5 eD(l)re .·apol....":
• Ù' premier _,mo qui. au milieu de la pr(-mière !!"ronde 00(• lé(>. embra>: ra d b .nn foi 13 <3115 d - Jl"upl .. ,.(' trou\r'" il b
• tHe de too l'Eurol''' (ol pou"" oter I..ul ffqu il 'oudra.•
L'rmaoclp" i<lo ~ cx40ni an.lai· -. dp L\rn.:riquc du. ·,.rd. la
fondation d'un !!"r3nd E~t n'publirain au delà de l' .n. en('llUra..<>tc
pol' l'appui de 1. Fraocc. Hail un ,,"'rieu, béri !!"C l,,,,,,· parlp ,,;;....
'eroeooent d Loub XYI. où l'nn a,-.il Hl Il portie . 'oc l'\ _ '0<rcu.sc dc la nub " fr3nÇ3.~' arrourir il 1. d.·,,·u.· dr 1. Iibert.; dll
nou<cau mond . comme plu- ~rd ellr >ut .pporter _ l' l'autel de L,
potrie, : immuni ': Cl'- : pri,il!'!!" : c' . t à ROthambe.u ct il i.,fa~ette .•<cc Icul'5 .i, millp Fran",i'. qu·....t dnr en ",'rti.la ~",d"­
Inn d - Ét.t.-rni"
Ce !'T3nd peuple du :\ord n'a poinl oubli, l,- : ni,.,.;: rendu,:. ct 1.'
nom de la France lui _ l'C> ' .~mp3lhiqu', :\apoli,)n cntn',il bim
,itc tout ce quo 1. ")udation d'un pui,: nt Iil.t libre. u-<Iclà d
mel'5, •• :lil de f.,orable .u, int'ri!': CI à 1. politique de la France,
De\'cloppcr un E~t .q~C lequel nou" oc p.llllOn5 a'oir .ucune di: 11."
,ion ni de froutière ni de ""l'n'matie. qui JX'ut Cl d it Nil' lIo1r\'
311Îl; natuN'l; commen;.nt: pn1<lu'· nI d ' m tièrcs première> que
nous ne pou\'Ons pos demander il nos tlim'L", • het.nl nO!' produit,
manufacturés Ilue 53 ti.ili53tion n,i.>ante ne lui permel pos de pro(~ui~; pUi--, III p.1l': m.rine: ne poumnt t'IN', je le répète, que
1alhé d la Frnnce: tout· Cl'> con"dcrntion;: décid rent :\.poléon il
faire de l'amitié d ,tt.ts-I:ni.; uu 3\i me de - politique,
11 ,,",'.it que 1 - démocrati ' 50IIt ;:urtout - n,ible> aux buns procédes, ct que 1 ur, 11'5 at~cher. il ne suffit po. de ...drcSs l' il leurintért:G, m3~ quïl faut i1u~i parlrr à leurs olim nt~ e't;nérNl\ ..\
\8 nou,plle dr la mort de Wa5hin!rton, le 1:; dt'eembN' i799. ~.po­
léon prit le dellil ct le fit porter il toutr l'.rmé<' pnr l'ordrc du jour
$uir:mt:
• "'asIlin/rtOn est mort! Cc Frand homme s' :t battu contre 1.
« tyrannie; i1aconsolidé la liberté de;:a potrie, a m~moire SCra too·
«jours chère.n peuple Cran,ai.. , comme 11 tou, le< hommE'> libre,

-:!J _.

• d . dem monde>. ct .pécialement .u_\ solda - CranÇ3Î. qui, comme
.Iuietee>: Idat' .méricains, - battent pour l'égalité, la liberté,.
\1 ,a plu> loin, alors qn' n 1 03 il œde la Loui.iane. Céder un
territoire rran,;li; pour de l'a'l''enl, replier le drnpeau tricolore,
obandonncr toute po"":: -,i.)O territ riale de la France dan' le nou,eau-monde pou,-a.iL p3raiLre aut 'prit> Hroi - d _ con -'ions bien
~ - f:li . am E~ . Ln;" : m.i. ici encore on retrou,e ce coup
d'œil d·ai"lc. cel ,prit prompt. qui ne marchande pas sur 1 - d 'tails
fi '" droit .u but. Cette question de la Loui:,.ia~e sot:le,-.it quelques
011." - entre 1. France et L\mériquc: :\apoléon la trancbe dao-le
sens de 1. lIlO<k'ration. de 1. : "=: cL des ,nis intérH. françai.;; el
Illi dont 00 ne S3tJrail certes 3CCu>er la politique étrangère de f:liblcs..'C. il ,end pour 0 millinns n 'territoire> 'Ut États-I:ois.
~a l'on e'plique ainsi cet actede,-allt le conseil d'Ét<lt, enl O~:
• Je pn'\'oi. qne la Frnnce - ra rorœe de renoncer à - - coloni :
• de l'O<'éan. Tout· celles de L\rnerique de.iendront a,-ant cinquante affile donuined . ÉUL--Lni., C'estcette ron'id"rnlinnqui
• a détermim' 1. cC"ion de 1. Lou;';iane.•

Ce f:lit me pornil import,nl; Cl, rnpprochement rrapp.,nt! l'amb:L'>aieur e'trnordinoire qui. de con ert
le repré:;enUnt des É~t>­
r IIi, à P.Jri;, 11. Li. in o ton. traile de l'acqui5itioo de 1. :\oU\elle-Or"'-,n' et dc la Loui,i.ne et .igne le traite moins de ,in~t jours apre,:
50n arrirée. mal~rë d ' irn.'-eui:aril·· d~n5 le:; pleins pou\'uir$, c'~l
)1. Monrœ, le célèbre homme d'ÉI3t qui. do:!n" SOD nom à 1. doclrine posonten principe que les !!,ou,-ernemen 'd'Europe ne doirent
point po;..'éder de territoire d.ns r.\ooérique du :\oro, La "ie de :\.poloon e.t pleine de ce:; rnppr:>chemen . si instructif. 1-[ si curieu '
l'ai' os d : Hem pour l''p:li_ ment de ITnioll .rnérir..ine; et ne
nous lai.5.."Ons pa; entrainer par ces a'1'Umen - Call"cielll qui \'OUdraient trnn.f< nller une n"vlte cond.mné(> pol' le droit, la rai' n,
les inté"'!':, : utenue .,cc coura!,e. m.i' qui n'est que l'effort inju,'lifi.ble d'Ilne .ristocrntie de qnelqu - milliers d proprict<lirt'"
d'bomme;:, .u nom dp l'c>clwa!:e. contre la constitution 1. plu> lib<...Ie et la mie", respectée POl' le potl\oir qu'il ~ ait au monde,
Rechercher 1 -: ntiment> reliaielll de :\apolt'on, étudier ses idees
,ur ces gr.nds problèmes qlli de".ienl p"occuper aU>si bien le pen,
;CUI' que l'homme politique, non5 de,on, le faire, quelles que 50ient
ons h~:;.it'ti()n'. 1)lu~ r~ qll~ti()n~ pJ"tÏ;){'("lIppnt IfS: f'::.priL~ au m(\-

.,et

-

parlon>. t p1~ il uou, a panl u· ...:aiff de dm~~r
de Xapol' u >or un pareil 5Ujel.
. 'apoléon était reJi,,;en, d'une ~n_ uérale et.:Jelee, mai" il ·t
difficile de ratl~her: 000\ ictions à une relil:Ïon "nnnlee. ~é catholique, no - ne trou, ns pal' de trace de Pn'occupation rel' 'eU5
~ 1 - premiè • ann - d : n e\Ï,-t nt<'. J
ph. dans une de
Iet~, dit qu'il tait. el le dp Platon ~t d : phi
pbei'.• Arant
qu'il ne fût maJtre de 1 Ré,oIution. il l'a 2"eaÏt ..,idPUlmpnt 1 •
~ pbiJ050pbique;; de
- 1 parI~ n< du Uùtlleau ,,'!rimp; cher
...
d'Etat il ne. i,il 1 - l' : riptioffi d'au<'Un ullP pt refu- m~tuPau
1 pc Pie '·U. pour\eque\ il ,ail une
u - "'n<rali..n. de .m·
munie< 1 .... du. N el du cooronnempnl. .\ "ainl.....Hél..ne
III nt. il appela
ur:, d'un p....ln·. ,ou\ant peu ...4". donner
ain<i un grand e,empl d·humilité. el knJOi!mer de 1. fOrce du : Dtiment reli,,;em quand il 1 dr.!"O"'· de I..ut ron<idératiollE lerrestres.
DaDs 1 : rampa.."11 d·ltalie. le œnéral Bonaparte <e nJ<\lltraillolérant el m.'me re'pectnem pour Ip cnlle de : 1* .: jamai; n,
n'! troUlon.lraCl' d'lInepe .' IIti"n. En L~T'!e. en ~! rie, alors quïl
entrel"oyait 1 : Ind : comn)/' le but
Ci'lt ,
roerre. il 'Onlut se : rlir de la foi m1J3n1mane. S : 1 nln! . conl'M'n : al ilC 1 : che • de al
foi de 11abomet el' .' pl\ldamatio,< en. nt la preUle. Ocrenu con",d, un lmlnd d :ir d', Po,i: meut. de ","nion de tOUi' les Fran i••
lui iD.pire l'id"" d'lIn arran!!1'IllPnl 31('f l'f:~li' : il fait le Cllnl'OMal.
Cc;; conduites ,i dilrén'ntl;' ,oe'pliquent l'~pendaut; il alailla ron·
liclion de la nl\œ-<itéd e> id : r lie'iClc " qui m rali. ni une Il;llion, qlli : rrenl de frrin (Ill' pa;'ion<, Il"i élè,enll'àme d : pellpl,.,.
colllme celle dei' indilidtl.>; Illais il n'alt] hait 1"1.' une Jn'3llde importance am formes qu'ellp> n'I-'tent l't qui d,"pendent de molir> ,j
.lire",.
Le Concordat ne fut IlM l'affirmation de telle ou tehe reli!!ioll:
nOIl; Ic répétous, cc fut lin actp ll'ap:ti,pnl('l(t . ~apo" n le fil al( milieu dc difficulté. infinies; l'omme toutc. Ii'; œUl f('i' de tran: lion.
il ne .' ti,fit complélcmcntlleNmne. ni le> phil: pb ni k'5calll<>iques, nUli- il rétablit he ucoup dc calmc dan. 1 • con. icncc,.
Eût-il pu profitant du rcO\ersemcnt dc tou-I - enlt ~ en France.
ai r "établir unc. paration compl"te entre rÉ~li.;e et l'État? .\u,.nM'bui. bi>au('oup d hou, ",prit. 1"'"lenl h- • roirr. 1..(' n"'""....

m ut où

OOU~

:!l -

opinion~

.

-

,,-

_i)-

t.:ur de l'oMN - ·iaJ. d'''! nt qu'un~ reli, iuu était indispeui;ahle il un
peuple cirilis . prit cel qui exktait encon' inconte.-tahl ment da lB
"!!rande majorit du peuple, e la "'!ablil. non ;;:ms beaucoup d'oh,tacle>. mai; du moin, en : Ule!!ardant 1 droits de la soci( ,; me>deroe et du pou'oir laIque. et la forçant il ne ~ méconnaitre la
li
• de ron_ icnet'. l'é!!3Iiw d . religiolli'. le marial<'P tilil. la
-~Ipp""'-,,-ion dt !OU. 1 l'ri, iI.i' • ~cr :i.l5tiqu ..
P1~'lI5-nou<. pour apprécier le r•. nroMal. en 1 02. et rappeloll.-"'oUSqne.à cùt' d ,tipulat;on, e"néral _ H perm3npnt - il ,oa,,;:>3it
do> ra;", rt'<'\lIInaitT'f' par la cour d Romp dCll-' faits tran,i ires de la
1~Ui' haut im rtan : l ,ell d _ hiell- du clergé. et la ~ rtie d,'
rLofu d pre : <lui "ai nt rompu leurs '-œw.. Il me : mbl~
qll'en appréciant auj...ndllt1i le Concordat. "n oublie trop fal'ilcmenl
~. >u<ci'.' que Xapol. ln ohtint SUrL"'" deux pt.ints acquï,. aujourd·hui.
Il..n pour la FranCi' et pour lui-m~me. qui pou'aient peut-itn' ~'ell
1 -ser. mais pour la NU r de Rome qu'il ro"" à écouter le lalli'ai'e de
la rai; n. Et quand 1\(01S ,,)~<)IJ, aujourd'hui 1impuis: ncc d : plus
~ f:t
à obtenir. d. 11.- l'illtéret m"mt de la rclie'ion. 1 : plu>
min - con :i'Ïons. I\OOn pa, dan, 1 • q~tiolls de dogme, mai, dan.
: qu :tion~ politiqu _. al,,,,"n, que le pn'mipr Consul fut hi~n fort
"1 bien habil~.
~i nn cert:Ùn duute peut plancr .tlr : . 01>illiol1,; rer,,;eu: ,. ll'le
~al'0lo'oll n'a nulle part I1l'1tement romm!' :: si l'un peut croirc quo'
préfén'n~ polir tcllc 011 tell rclie'ion out dé cbauaeantc;;, uu
I,.int >ur lequcl il u'e:-"t l'as pos,ible d'aloir Ic moindre doute. c'esl
la né<: ..-it" de "ul'primrr le pOllloir temporel des I~'pe,.. [ri. 1.'abondent: lettre,.. di<cours, déclarations, faib.
Le 1ï mai 1 09. Xapolèol1 dOline l'ordre il SOli mil1isll'il dc. relaliol1' e,téricuN'i' de lui faire IIU rappvrl précMant le décret qui N'tire 1:C.omf' au 1l3JX". 1] écrit lui-mf'm{' la mlnutp du do<:unlf'nt d"oll
Ï'ltrak 1 ~ p'l..'" i' - suÎlants :
• Les anui : rrall ais : : nt à Xaplc, et <\al1s la haute lIalic:
• rU • se trou,ellt couploe- par II'< États du Palle. La premi~re peno -éc de _ 11aj :té rvt de lai,,pr au Papc a puis:' nec temporellc.
o ainsi que 1'i1lait fait Charlemai"Je. rll lni demandant dr contrac• ter, comme ~u\ernin. une, lliaure offe-ll$i\e et déf('n:;i\t~ avec h~
" royauine de Xapl • et c~ltli de l'lIalie..ponr l'intér"l de la prp<o l[tI'le. L~ Pape rrfn:a .....
(( Il :Hlr.tit rallll ..... ri·AAlIdr..~ it 'Bir HtlnW dl"~llir 1 l'l'tll~''' (1.":..

""'UI .-

-

-:!G-

hrigall{ -.•'" 'il' , ou ,
par: ennemi> dan< le territoirl' de
• :\'p1 ., De là , '
.. ~ r upalion miliùire- ....
• Pendant
• fond teurs de notre relieion n'on point
••-té roi>. U n'e:;! a un docteur. aucun hi- rien de bonne roi qui

romienne que la pu' ,;aoce lemporelle d ~ llape.; a tir tune>
• à la "" ·mn. ï
d~ l1..iOl" 001"j Ion_ ml'" eile rin rieur
• ~ la Franœ. la eau_ en tait n n dans Je pomoir <piritucl. mai.,
• (\'0, 1 pOUloir ll'mpol'l'I de Rome. Si de IlT"nd . nation.' _ : II
•. 'parée; dr r~:"li ,la cau: cu l·tait NICON' d,no rabu, du ",.,• ,,,ir ~ Rom .
• "il> - nt 1 : _
-- r- de J ,...christ. i6 ne (ll'U,eol eIer• œr d'autre empire qoe relui qu'il.' tiennenl de lui. tI >00 cmpi'"
• n'<tail pa.' d
10 ode.....
. .
• i' .\lai sté ne tail pa. œ qu __ ule elle pourr:ut taire. clic
• laL.;,; ra à rEuropl' d" 10 n
de di- u...,ion> et de db rd ..
• L, po.t.:ri '. n la louaDl d'a,oir r ,tahli le mllr rI rclc,,' __ au• 1_1,. la blàmera d'.,oir lai.,,' 1EmpiN'. r·t'>t-it-di.... I. plu> !!"r:lnd
• nujoril' de la chn;ti_nlt'. e,1'O"" à l'inOuen('(' de Cl' I1l"l:\lIl'r hi• Url'\'. IOntraire à la n'Ii.ion rI . 1 Irlllquilli" d_ rEmpire. Î.l'I

o

.ob.;:;t.a le ne peut Hre sumlOOl"

"rn ....· ~nt r;lUtorih: tffilPO--

• relie de l'aul >ril" ,piriluelle...•
,"oici le; con;id "ranl> du di-crel «(lli ,upprimr 1.' l' lu,nir Itmpoerl :
• C.on,id"ranl que lor.;qu" Chari 10 ""e. emp:-r<ur de., Fr:lnçai.·
• et notre ''''!!1I.,te P"'d,~--""r. fil don'Iion d' pl""ieu,.,.
__ .U'
• .'èque' de H~m . il ne le; leur don:!, qu'à litN' de fie(" et pour
« le biell d' __ • Ét1ls; Cl que. par ceW' dOll1lion, Home Ile :'3
• pa, de taire partie d : n Empire:
« Que. depuÏ.5. ce mélan!'C d'un (lOU'oir ,piriluel a,ce une auk>" rilt lemporelle a ét<'. comme il re>l encore. unr ;our,"" de dis u"..
,,;ions el a porté lrop - Ulcnll", IlO:!litl'; à e:uplo~er l"inOuencc de
(. run ~lr - utenir 1 ~ pracntion~ de I"autr(\: qu'aill5-i les int'tr-:.3
• spirituel; et 1 - affaire> du ciel, qui - nl immuabl :, sc wnllrou·
" ,és m"l's aUI affaire> terresl • qui, par leur natuer. chan!!"ent;Ru Ion le> circonstance; Cl la politique d " tempo;
"Que tout ce que nous a'OIl; propos<' pour conci.ier la .arelé de
" no> armée5, la tranquillité el le bien"'lre de nos peupl :. la di"onité
"el l'intégrilé de notr<' empire a,re le5 prel nIions tempor~lIes des
ct Papes, n'a pu sc rt:aliser"
« ~ons tl\on:" d(>('I~Il-, rlr. »

27-

L'a' ir a-I-il a ';('z ju;tifi, le> pn;rÏ.5iou; de :\apol"on? :\e sentez• "à <:eS lu • par le pouroir lemporel d _ Pape>,
qu'il s'oeit ujourd
".de l~ liberté cl de l'espril mOO 'me, d"Cl) er
demi re
du'
à!<e?
Rome aU\ m,in; du Pa 'c'
le royer d la réaction COIÛI'I' la
Fran ,conlre rltalie, ntre notre' -j', . : sin!"Ùiers eatboliqu -"
> ct'tI\ qui, ule,ll faire dépend:rr r.'mir de b
reJi"oion d'lIn
l'"'" .r trmpoN'1 maintenu 11 Hom~ par b forœ! Je ~~ connab pa,
d'opinion plu- d,nzr-reu., . plu; bl -,;anle, plu> humilIante pour 1.'
,'OIhoIi i;me;iil étail.-rai que la reli!'ion ne ptlt rel : r que ,ur 1
"rte. un !!Tand d uil d,rait· birc daos l'âme oon-seulemenl d t2tbo1iqu .. mai' de tous 1 : bomm __ ;incèremenl relill'ieuI.
L'élude la plu' difficile, œlle qui nous donne 1 - meilieUls en' i~ncmen '. qlli pas.ionoe el entraJr,e, paree que dan, le pa< on .l'Dil
poindre l'arcllir. parce que œ n"esl poinl une élude purement bis\(>,
riqoe. ma'- qu'elle \cuche 11 d - prùblèm : d·orpni.<atioo intériellre
lIl,n oomplètemeot ré5olu'. c'esl ce qui nous re;;te 11 aé'"elopj1er.
Les m.:.!it.tiollSde rUe d'Elbe araienl tail de \apoléon un homme
,w,'cau; il arait abandonni'. ainsi quïlle dil dan> le p";ambule de
l'.\cte.\ddilionncl,. __ id :de domination unilerselle; c'éuitsur la
Fr:lnce et ,ur l'amélioration de • - io,lilut:On' iul'rieures que;e
porbientl • ress ur • de • n !!,énie; mai - le fil conducteur, il f~ul
ko rell'OIII r dans un court :pace de cent jour:;, au milieu d pférarotlli d'noe rlernière luIte, :\ous a'on' pour cela ce qu'il a tait pendant rempire "aimenl con,tilutionnel. el ce qll'il a dit i aînte"..Ièn•. :\e clodon. pas à cel espril de déni!!"remenl qui l'eut t~ire dll
mnd homme le com(-diell de la liberté, qui dOline par taiblesse Cl
l'n!r.l.inemp.nt ; non: loul le pas;' de \apoléon proteste conlre œlte
ralomnie; il ne ta;'; itjamai- que ce qu'il 'oulail, et il ;a..il le faire
l'Omplétemem.
Quelle pomail être l'héritière de la l'Ioire, silloll la liber!'?
~I.:.!i.te"renlre rancien monde elle nom·eau. il dit:
• Quelle tatalité que l'on ne' : il pa, tenll à mon retour de l'ile
• d'Elbe! Les ro', ell • pellples m'onl craint, ils ont ellt.ort. Je re«\enai~ lin hommc il m'cau" lb; n'ont pli im~gincr qu"nn homme
• eat l'âme:l>: z torte pour changer - n caractère. Qui ne - il que
«je ne sui, paHIIl homme à demi-m -ures? L·F.urope ne ccssajamlli
• de taire la guerre à la Franœ, à ses principES el à moi; il nou;
Il rallait l'nbattTf', :;ou:o: peine d",\tre abattu:;" L..t coalition exista toll-

-

2 -

-:ou -

• jours, publiql.' "u: rHe. ~'OUt'e u" ,Iementie. plie fuI toujôtl""
«

en permanence. -

Et puis. ~prè5 un momellt d'b' citation. presque de re!!ret et de
reprocbe il lui-même. il dé'leloppe lïdée que. s'il a'ait moinsrn. au,
roi.> et plu. émancipe 1 • peupl '. il moerait eocore.
L3 b-mn lOi de \aptll"'oo fut ,i cotit·re. qu'cllc lui fit donner 1('
• uJ c,cmplp d faibh '" de " \ie: il OP ,,"dut rien teDlI'r rontre
la Cb,mhre de 1 I~, à r. prit fau,. Hroil .'t penrn..\)ant pODr
lui rano~ f'\ le peuplc. il POll\ait Il'UJ" tain' lin ~ppel. l'lime. et il
n' .t permi, à Jl'..... ,nn. de pr ",ir d'un- fal'on t'l'rt.tine le
tat
•Ie l'alli,,,,rc d'un !!Tand peupl., ('1 d'un C'T:l1 d .Iillateur d..nt k>< (13--ion. et 1 farull "'<"illl'l"l'" eu,c ot t'ft- ,urP\rit. :, ••n 1 ....
l'en .mp"· '1.. : il 'ntil qll', l~lI.· Ilu,' t'"lt auln'. il demit ..' re Ill"tI"",. el hl did h.M' du 1:\.•• ' !l'aibli 1
i.\"",'I' du pNnl : il,,..
\uuJut ~ ct p",f..ra l \ u.·r à un ~- "rond t"\il.
Tuu< _ art.·. tou
. - paroi .• d~pub le ." nmr- J l~. tenwi!tncnt d,
prlo,'ru tion,. pour ('l'tte a1li~nl'e
13 libPrte, Il dil
il La;; Cas :. La France. L\D.-Iet !TI'
le- Et k-lni••1'.\0 •
• rique ,oilà le t",pied d'oil j illira la lumi~re du l1l<",de: • l'I I'
il le di' it i. ~~i"t""E1eli'nc. pric nni.r d ..\n!!'1 i,.
• CNte ère nwmorable
ratlarhera. quoi Ilu'on ~it "lUlu .Iin', il
.. ma r~rsoltn('; OIU.:-.. i. m~mf" quand jp nfl :>,lrai lllu;:. jfl df'meUrelili
• ,·noo", pour 1 c IlPupl : l't'Ioil. pt.llain' de I.ur:, droil>; Illon n,),"
ft ~1"3 le fTi dt' !!11~rl"(' tJp Illur.. . rfTlIrt ..... l:e 111\\Î
Of' Ipn~ ~p" ...

.

.'Pl'



ran,·(\':..

li

rnrore ,rdi ~Uju(lld'llui,
Il .\ W~: l'rtolp de Fo\. nous 1I0U.... :-pri,lll';; pntf"ndll.::..... ~(}U~ PlI.':Cl ~ionS' ;}Cl"OlIlpli, l1Jaint nu rtmallcir~ativlI ôt".; pellpl~, le re_ne d :
Cl princi, .~: 11l1ll~ f'll;::;~iün.... !!Oll\prn', It" lIlomlf" ou p~r la fort" ou IJ1r
cc la periua::ion. Oui. ellt'Or,' uw· ft):... ([Ill' flr 11111 IlOU" l'lron.. (lit.
1( que de: bien nOIl:- I)()U\Îon.;::; fair<"! iii
Dans:: Hl hn!!~f' le plu~ ,·'If\(' t'ümlllf" il' plu~ familier. toujùur.:- l'f'
rapprochrnwnl ~\f'C "Iibrrli'; il i'I' rappellr ce, mots d'une de .- ..
lettre> i, Lucien: «L .- frmm<,-,,.ont: mcnl 1'O,a1i,t :, Cr n·..,1 pa.
«étonnant, la libert" e'l Hn,' f.'mme ph.- ;'Iie tlu'cUe> qui 1",
"éelipse.•
Il dit cnrore
t( D
rNOllr f'n Fran\" , au ....'in de la llalrh.·. t-'"rallùe. wrtR, m:I~IIέ
Cl fi'lIlP. tr:mqllillt'. ::!oriPlI-.f. j'foll:-~' pna('lanl~' ~ liHlit~ inllll ll ,(:'('>1

hl ~: toute !!ut:'rn' futlln' IJUI"('IIlI'nt defclI::-Î\('. tuut ;.\:!randis~mcllt
• UOU\C3U an'ti-national. .r('u~':-c~. ié mOIl fil~;l rEl~pire; ma dic• talure t:lail finie l'li... ~.!IIl' cOIl~tituliùnncl commençait. Pari.... rùl
• t't" la caIJila/f' du munde ct Ir, Franç~i> l'cm ie d : nations. "
La liberté. ment.,t un mot, "!!'lIC qui s'interprète di'~erseme" :

fi

'Iuelle intl'rprétation \oul~it lui donner Xal"lion? Le; roi, de FranC"
re'enu, ~'er l' tran"er Ollt 1l:lr1é au,si dc liberté; ma;" il. n'ont ,oulu
~ue refaire le pa> '. \1 n,'a t"ujuul'>' mh!" 'lue I~ liberte n"ée par
.liapol n ...ait bien plu, ,-ell,' qui s'appliquaitil tous. ,IIont tO)u; pou,:tient pruliter. qu retleHbert., M'>lreinte au 1 -lil nombre e qui nht
~u'un 1\1"i, il "'e 0<11'0) é: 1 • poinl- t'~rarteri,.tiqup; de rune: nt : 1.'
.... roc.,' unÎ\rr-e1 lù~al OIent appliqué, l~ \ilJ<'rté l'IJmplète de la
.. _ 'li.' Ir droit OOIDOIun. et 1. droit de réunion: ceu, de rauIre. au l'IJnlraire: le ,u!l'ra.-e re:,1 ....int à un pelit nombre de pri,i1e..
,,; :. un code ,pécial pour la l' _ la D~dtion du droit de reunion,
l,' tout: ""umant dans l'omnipotence d'une "':union de pri,ilbi i "
qui s'appelle le Parlement. \c: ,nt-ce ~5 là 1 : trai\;: ill~n . de te>
deu\ fom} : de la liberté intoori ure? J'aime la liberté' us tout· , •
',nn • ma;" je nc, u,; di,;imulel"li pa> m~ preférence marquée
pour ce que j'appelle la librrte de tou.: elle me >emble plus con~.noe il l' :prit de mon ~~;;: oui. je l'rélère la librrté et une politique influent'. ' pu l'opinion publitlue libre, Inanife.lée p~r la pres>e
.11eo reunions, ad . ministre>, l'\kulwnl U' enl d'une colelÎr p~rle­
menmire 'lui iimpo.e ~u >ou'erain, Un cède plu; facilement à la ,,)-Illnti- d'un peuple qu'à une toalition ~u\ent negalhe. ~e uous fni• n' 1\3' 'illu,ion sur le. cûnsùluenle' de la liberté re>ll'einle; 'lU 'Ile
est la !tr,nllle id 'e que les da,.e, pri, illgiée, auraient.jc ne di- pa;
in.pirée, mai. m'me ~eœplo"r? E.t-ce la !"Uerre d'Italie? [,I-ce la liberté t'ommer 'jale? E;t-ce l'amnistie dc l ,;9? ~ra-ce dans l'a'enir.
h 'uIJpre»iun du pou,uir temporel? \on.
L'hi,toire nuus ~pprend que Ic> ~"el1lblée. onlllipotentc', in,pine . par Ir ;Quffie popul~ire. l'eUH'r>!'nt tou' b ob.tade" ,'onllln;
la Comention; mais quand t'('llI' IlUi;",nle impubion leur frtit défaut
''l\ qu'elle. ne la ,ui,ent 1"'" l'II : de\Îennent profondement COll..ofr,atriee. même dc. abu5, et - u\ent n;'}t'tionnaire,; teUes ont été no·
as;emblées depuis t'inquante an" )l~is, pour réformer - n. rem'er"Cl', pour bâtir un ordre de eh05eS tlui a:<ure r~'~eDir, pour donner
une orgaDi'ation definiti\e à la démocratie, celte nCt'essité de notre
- le!lIPS. le rôle Irau,itoire de, Ch.mhre-. u'est-i1p;~ui d'un con-

-

~(I-

roi.,

-rieu, et u"n d'une a 'lion ou'enl~menlalc ollluipotente.JIIC
le sOIl\erain ~ le peuple n'aimenl pa> à subir?
Q nd la démocratie ra romplélcment 0 n' e. aJor> le Pari..
meut poum , ir. pré
li,- - roll5iderahlem nt au~ . -;
maiE. jU5lJUp...Jà. lai;; z moi croire que. pour une man'be f'nD 1 r.;
le p
. pour reformer radicalemenl sm,. rell\e • r. pour èdifitr
a,-CC _
: cl persé'ërancc. uu pou'oir fort. d J.ibert,;, romple- pour lou> e le conlrôle d Chambre-. tclJe .1 la mie ~,nnule
,le la libcrtë pour la F rnnœ. RelJOU-' parai> n; bumiliantes de la fal& libc . (Umm en .\utriche. co Turquie: • !"O; se,ères emer.; llOl&m· -. _ cho - bien ce que n - dè;iroos aloir
de libert·. mm n rabai,- ""
- n 1re pa! s par d : rom
s
qui OU
nt à la foi' notre honneur el la , rilk.
C' >t dans le _ 0,. 1 rlu,. 1 e qu la libcrtë de la pre,., ful.:tablie en 1 1:> : da - une romersation de :'\apol on a'et Beojamin
Con.t.anL rapportëe, par ce d mier. qui oe fui jamai- l'ami de l'Empereur. qui t'tail lù61e intiroc de la peti ""li; op
de C0ppel, 00 lrou'
• paroi • :

• .-\ ma rentree. de Canne. ici. je n'ai point oonqui;. j'aiatlmini;« lré; au--i. m.lzré Loulle pa;_ .. 'OUSlO!ez le peuple l\),eniràmoi;
• il ! a s! mpalhie entre 000;. Ce n' >t pas oomme alec 1 - priliJé...
«gi : la nobl - m'a seni; j'ai eu 1 - plus zrands nom-: ma'- il
• n'! a jarn.i eu s!n1palhie. Le cbe, al rai it d - courbét -, il étail
« bien dressé mai; jc le: ntais frémir. A,cc le peuple c' -t autre
« chose : 1. fibre poplùaire répond à la mienne. Je sui- : rti de:;
«ran" du peuple. m. ,oh a~il sur lui ....\pportez-moi 1 idées.
« Des élections libres! de:; discu;;ions publiqu -! d - ministres res« ponsables! la libert ! je ,eu, toul cela! ... 1.., liberté de la pres..oe
«surtoul; l't'LoulTer est ab;urde, je suis oonraincu sur cet article!.
Dans la discu;;i n du oonseil d'Etal, il répond à cc." qui ,eulent
rc.1reindre la liberté de 1. pres..-e :
« C'est apparemmenl pour ,ous autres que 'ou' ,oulez dëfendreou
"gèner cette libertë; car, pour moi. dt'50nnais je demeure Hranger
"à toul ccla. La presse ;. -t tpui>ée sur moi en mon ab: nce; je la
" défie bien à p : nt de produire rien de neuf oontl'C moi. •
Fine .lIusion il. c - suballcrn - si emp --. à meUre le Goulernement à l'abri de 1. moindre attaque, mai; qui, dans leur fam délOûment el leurs e'a~rations inLCress , ne cbercbenl qu un mo!en

- al -

.

tk di"imul"r au puhlir el au :'OU,erain leur in.uffie· nœ et leur>
fau -!
Comment n pas cr"ire que :'\apoléon ~1aJ( eompriô que la liberté
_le e\èl'e les caractères. que le des ';me 1 - 3b:tisse loujours1
:,\. ait-il pas l'exemple de 1 I~? n gou\-ernemenl plu, que tout
a t pouvait supporter la liber1ê parce qu-elle l'eûl alTermi; : - rarin - étaient sez probldes pour n'-si,ter à ce qui poumit renlerseT d'aulre. d!
.
."ce la fin de I~ !!'lIerre de,ailau»i: modifier Doire ccnlrali: lion e\ ·,e. :'\apoll'On e.\plique bien que c'ëtait un lerier pour
a,uir la France d.o,. main conlre l'étranger, mais que ce ne puufa- ~r un ,!.tème penn.neot; pour bien fonder la liberté poIilique.
il rau d - liberlè,; ciül .. un peuple libre doil ,e composer dïodi,:d ï'- indt'pendanlcs. a'cc leur entier de'-eloppemenl, et noo de
;min, de sable qui ne 5Onl.2rere; que par le ciment de l'admini;lralion et qui tombenl en po=ière el laiss ni toul crouler quand ce
ciro'nt ,ienl à leur m.nquer.
.
.\It! 1 ... z-moi m'abandonner .,erjoie el comiclÎon .u ;plclade
unique que ce pond homme pomait donner! Il lui Hait penni, de
reculer 1 - horizons de la ,zrandeur bumaine. le. .
. '-eus fi,,·; ;ur l'f~>ile de la Iibertt'; lels te:; R3,i2'3lcurs qui dans lïmmensilk d,'('Ou'reul d - mond - nou'-eau' le mard tourne ,ers le ciel eluon 'er>
la terre. :'\apoleon dicle te:; paroi :« Dites à mon fils qu'il se ral'• l)flle ara nt tout <Iu'il e;t FrançoÎ;. <lUïl donne à la nation au\.aJ't ,Ic
• libertéquej lui ai donné d'é2'3lité. »
J'ai parcouru dev.nt 'ous les rliffërenlcs phasc, de la ,ie de :'\al'0lèon. 'ainte-Hëlènc .urtoul m'a seduit et aUlchë. m~lange d.,
: menirs. d' .pérance;; el de poignantes douleur;! .\in.i :'\apoli'o:l
{y peinllui-mème :
« L'uniyers nous contemple; nous demeurons les martyrs d"une
'c-JU- immortelle! De:; millions d'hommes nous pleurent; la patrie
• roupire, el la ~Ioire hl en deuil! Le> rœux des nations ,onl pour
ft nous.
i je n considerais qu~ moi, pcut-ètre 3urai~je à m"en n:• jouir; 1 - malheurs onl au,;i leur héroï;me et leur 1'loire! L'adCI \"crsilt manqunit à ma C'lrrièN'; si je ru~sc mort sur le trônc, dnns
.1 - nuag . de la toute-pui;- nCC. je serais demeuré un problème
Cl: pour bien d ;:: gen~: aujourd"hui, ~ràec au malheur. on pourra me
(( juger à nu. ))
La France ne fut jamais ingrate en'"ers 5011 hê-ro5; elle l'acclama,

et

("UJU'll""

1 _ droit-

,1""

\olc: du peupif' rralH:ai::-:

3~-

~apolé"ll' "nt NI "'ur ,wn"C dan; l,
jaJlla~ aucun ::ul~ Hom Il °a Hé a."l"lamf'

"epui< ~inquante 311>. quand Ir peuple. dan-. ,n uni,e. 'Le.• c,:
app(M à _ rlloi,ir un cher:, iIà n . parchemin>, je 1 : rapp<>lil' a"~'
nn 1è<.-iLime oreueil. La " ... nd omb.... de :\.poil'on plane - la
Fran~r. elle protezr "'~ -u
: Il,.,..
L"t'I"_';\ni_ tion '" 1. Mill< ralir l'>t le pn>ùr me Ile r3\eIlÎr; partoulLombent le> ari-lo<rati •. 1 1 1111(. Cl.mm 1 Il.aU\ai:. Cil
1'01
comme ail' 1:: l>-Cni<: C _1 à la Franœ. à la orande nalion quïl apparti III d,' n">oodn' celle III -il"' dr ra'enir. parœ
'In'elle L loujou..,. la n.tion inilialrice. jk1r -<Jn 1"-- . co>mmr par

n ~énie.
\Ir -ui>-jr lai> . In,p "ulrainer I,"r mon cmoLion pruto)ndc1
1'''lI\ail- il ('n i-Ire aull'l'llIrnl rn parlanL d,' :\apoloon. de "
rrèN':-. dan ... cr' lieu. dall" 1'1- rin"flll$bll 1 l}t'pui::- I"ot.l'Ur::- 3Un ' .• m n cprit lob. • par
'ra'l> , intrrpn'tali'.l- q...
r..nl dr :\apol 'on œll\ qui nr "'uI nt 'oir en Illi qnr l' L'Cnl d'n'""
,,;action dïnL"n'l> lfra!' . de nw:;quin pa--i"ll> à _ ti.faire, land'· qu'il e5t l'initiateur de t..ul
: zrand id'. et dn l''' '.
YoiJà _; ,raie tradition,

f) C ':! no . de,un. n"lI> eumprendre! \ ..0.< a\Ol1, k mclUc
r<poir. la même rui dan; le tri mph de : principt> i ':parabl :
,•." natiunalité>. la b'r.lnd ur de 1. paLrie. h lilJert.! )18 làche _L
rémplie si. comme moi. 'ou' éte> comaineu; que la mi-'ion llr ~a­
Ilt'Il·'tlll l'lait de ("()nduire lJar la dirlature à rêmanC'ipalion.

---

-------- -

..\ L.\ • È~E L1BIl\IRlE

RO.f. L'E
DE

s.

A. L LE PHl.CE • • POLÊO.

QrE 110_· RO. AL 'E
Dt lllJ.5

DE

s.

A. [. LE PIUKCE lUPOLÉO
,.

"40'ltCD ""

.., \l't

BA.'Q[Ef DE VI TH E DE
DI.

Ul ...

DE S. A. [. LE PIUKCE NAPOLÉON
Prœt ," !

Il

f ... mi'

1

UEZ

Document Viewer

Item Relations

This item has no relations.