Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

San-Gavino-di-Fiumorbo

Titre

San-Gavino-di-Fiumorbo

Alternative Title

San-Gavinu-di-Fiumorbu

Liste des édifices étudiés :

Sujet

Prunelli-di-Fiumorbo, Haute-Corse, 2B, patrimoine, bâti, inventaire, presbytère, école, mairie, église, Saint-Antoine, industrie, FORTEF, fontaine, four, maison, notable, monument aux morts, moulin, séchoir

Description

Commune de l’ancienne piève de Cursa, San-Gavino-di-Fiumorbo fait aujourd’hui partie du canton de Prunelli-di-Fiumorbo et de la Communauté de communes de Fiumorbo Castello. S’étendant sur 2217 hectares, la commune de San-Gavino-di-Fiumorbo est limitée par la commune de Palneca à l’ouest, de Serra-di-Fiumorbo au sud-sud-est et d’Isolaccio-di-Fiumorbo au nord-nord-est. A l’ouest, la chaîne de montagne séparant la commune de la Corse-du-Sud présente plusieurs hauts sommets tels que la Punta di Latuncellu (1722 m), Punta di Campolongo (1695 m), Punta Mozza (1831 m), Punta Bianca (1954 m), Bocca di Laparo (1525 m), le point culminant de la commune étant le Monte Furmicula à 1981 mètres d’altitude. Situé à 450 mètres d’altitude, le village de San-Gavino-di-Fiumorbo se positionne au fond de la rive gauche de la vallée de l’Abatesco. Les principaux cours d’eau de la commune sont le fleuve de l’Abatesco, prenant sa source à 200 mètres au sud du Monte Furmicula (1981 m), ainsi que les ruisseaux de San Gavino et de Buja. Intégrée au Parc naturel régional de Corse, la commune jouit d’une position de choix avec le gîte d’étape de Catastajo, point de départ de nombreuses randonnées. L’habitat de la commune se concentre principalement au village et dans ses hameaux proches tels que Bruschiccia, Frassiccia et Milella. Le territoire communal présente également plusieurs stations d’été pour les bergers comme Bianca, Sconciatella ou Aria. Selon les chiffres délivrés par l’INSEE en 2009, San-Gavino-di-Fiumorbo comptait 177 habitants, 188 logements dont 49,2% de résidences principales ainsi qu’une densité de population de 8 habitants par kilomètres carrés.

"Dossier Collectif Maisons" :

188 INSEE ; 17 repérées ; 10 étudiées

8% des maisons inventoriées datent du 18e siècle, 36% du 19e siècle et 56% du 20e siècle.

Les maisons repérées et étudiées sont en granite. Les toits sont traditionnellement à longs pans et couverts de tuiles.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : granite ; moellon ; maçonnerie ; enduit partiel

Matériau de la couverture : tuile creuse mécanique ; tuile plate mécanique ; tuile creuse ; schiste en couverture ; bois en couverture ; pierre en couverture ; tôle ondulée ; matériau synthétique en couverture

Créateur

Chiari Laurent ; Laborde Mathieu

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Prunelli-di-Fiumorbo

Temporal Coverage

Les traces les plus anciennes d’une occupation humaine, en l’état actuel des recherches, remontent au 18e siècle et hypothétiquement au 17e siècle. En effet, la dénomination « San Gavino » est mentionnée sur la carte de Jaillot de 1738 ainsi que sur le plan Terrier dressé en 1795. Ce dernier présente la « chapelle San Gavino » accompagnée de quelques habitations. Sur le territoire actuel de la commune de San-Gavino-di-Fiumorbo, le plan Terrier de 1795 illustre également les bergeries de Bianca et de Sconciatella. Au Moyen Âge, le territoire de la commune s’inscrivait dans la piève de Cursa (diocèse d’Aleria), dont la piévanie (aujourd’hui disparue) se situait sur l’actuelle commune de Prunelli-di-Fiumorbo. Puis, au 16e siècle, cette zone était comprise dans l’immense fief du Fiumorbo. Il fut la propriété d’un certain Maroselli en 1516, de Bartolomeo Invrea en 1586, d’Ugo Fieschi en 1671 puis, sous l'autorité française, des Morelli de Bastia et des Frediani de Casinca. En 1790, la notion de piève disparaît. San Gavino est alors un hameau d’Isolaccio-di-Fiumorbo faisant partie du canton du Fiumorbo (regroupement des cantons de Covasina et de Cursa), district de Cervione. En 1828, le canton prit le nom de son chef-lieu : Prunelli-di-Fiumorbo. D’après les tabelles génoises de 1774, San Gavino était une station d’été pour les bergers de la plaine de Prunelli et d’Isolaccio, d’où la présence d’un habitat mentionné sur le plan Terrier de 1795. Puis, au 19e siècle, la population semble se sédentariser. En effet, San Gavino est érigé en paroisse 1870, le presbytère est construit en 1880 et le village est désenclavé en 1899 par le biais d’une route carrossable. De plus, on distingue 3 moulins à farine (principalement de châtaignes) sur le cadastre napoléonien dressé en 1863 aux lieux-dits Molino et Frassiccia. La population vivait essentiellement de la culture potagère, de l’élevage (surtout porcin mais aussi caprin et ovin) et très peu de l’oléiculture. Le moulin à huile le plus proche se situait au lieu-dit Tribaldo, sur la commune d’Isolaccio-di-Fiumorbo. La première moitié du 20e siècle marqua une étape forte dans l’histoire de la commune (et du Fiumorbo en général) avec l’arrivée de l’industrialisation. En 1907, par la création de la "Société Civile d'Isolaccio et de Serra" devenue "Société Forestière d'Isolaccio et Serra" (SOFIS) en 1930, les forêts de résineux du Fiumorbo furent exploitées et valorisées à l’usine d’Abbazia et aux ateliers de Catastajo. Puis en 1932, l’activité de cette société prit toute son ampleur, sous la dénomination "Forêts - Terres et Forces du Fiumorbo" (FORTEF) à l’instigation d’Alain et de Michel Ducreux,. Outre l’évolution de l’usine et de la cité ouvrière d’Abbazia, un barrage et un port son construits respectivement à Agnatello et Calzarello sur la commune de Prunelli-di-Fiumorbo. Le site de Catastajo se perfectionne grâce à une centrale hydroélectrique, des ateliers de carbonisation, une cité ouvrière (chalets en bois sur des soubassements de maçonnerie composés de sanitaires et fosses septiques), des garages pour les tracteurs et les camions, un téléphérique pour transporter les grumes (150 par jour) de la haute montagne. La FORTEF connut un essor important et compta 263 ouvriers en 1932, 650 en 1934 et 800 en 1935. Cependant, la mort accidentelle de Michel Ducreux à l’âge de 36 ans, conjuguée à la tourmente des années 1930, eut raison de la société FORTEF : elle fut mise en liquidation en 1936. Aujourd’hui, la centrale hydroélectrique a été transformée en gîte d'étape, point de départ de nombreuses randonnées. Ce n’est qu’en 1939, par une loi du 27 janvier, que San-Gavino-di-Fiumorbo obtint le statut de commune en se détachant d’Isolaccio-di-Fiumorbo. Depuis, sa population ne cesse de diminuer progressivement : 442 habitants en 1946, 310 en 1954, 293 en 1975, 279 en 1982, 207 en 1990 et 177 en 2009.

Item Relations

This item has no relations.