Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Ocana

Titre

Ocana

Alternative Title

Ocana

Liste des édifices étudiés
 : 

Sujet

Corse-du-Sud, 2A, patrimoine, bâti, inventaire, aire de battage, maison école, mairie, moulin, usine, séchoir, presbytère, centrale hydroélectrique, chapelle, Saint-Antoine-de-Padoue, cimetière, église, Saint-Michel-Archange, Saint-Nicolas, fontaine, four, notable, monument aux morts, séchoir, statue, tour

Description

Le village d’Ocana s’élève à 350 m d’altitude dans la Vallée du Prunelli. Et compte aujourd’hui 532 habitants pour une superficie de 26 km2. Ocana est l’un des 6 villages du Canton de Bastelica. Il regroupe 10 hameaux : Capravena, Chialza, Gigliu, Salvolaccia, Vanna, Vallelonga, Arghiaccia, Cavara, Lupena, Pont de la Pierre, Uscione, Romanello. Toutes les maisons de l’époque comprenaient en raison de la pente du site, un rez-de-chaussée inférieur qui constituait les caves et un rez-de-chaussée supérieur qui était la partie habitable comprenant généralement une grande pièce, une partie du sol était de terre glaise pour le fucone. Le sol du reste de la maison était en planches de châtaignier. Les fenêtres étaient petites et peu nombreuses, souvent la fermeture était un simple volet en bois plein. Les murs étaient faits de pierres de tout venant, seuls les quatre angles étaient en pierre de taille. La terre glaise servait de mortier. Les clous étaient fabriqués par le forgeron local. Les tuiles étaient fabriquées sur place et cuites dans des fours destinés a cet usage. Tous les matériaux de construction étaient trouvés sur place. Ocana vivait pratiquement en autarcie. Tout les besoins étaient satisfaits par tout ce que l’on trouvait sur place, rien ne venait de l’extérieur. Il en était de même pour les étoffes et les chaussures. Il y avait des grandes cultures de blé, d’olivier, de vigne, de châtaigniers, de mais. Par ordre d’importance on élevait à Ocana : la chèvre, la volaille, les bovidés, les ânes, quelques chevaux, très peu de mulets. L’élevage de brebis était inexistant dans la région d’Ocana. Les artisans étaient très nombreux, tout les corps de métier existaient : les cordonniers, les menuisiers, les forgerons, les « faiseurs » de corde en poil de chèvre, un fabricant de cierge, un tailleur de pierre.

"Dossier Collectif maisons"

310 bâti INSEE ; 41 repérées ; 43 étudiées

1% des maisons repérées datent du 16e siècle ; 2% du 17e siècle ; 26 % du 18e siècle ; 43% du 19e siècle ; 28% du 20e siècle.

Toutes les maisons repérées sont en granite. Les toits sont traditionnellement couverts de tuiles.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : granite ; enduit ; moellon

Matériaux de la couverture : tuiles en couverture

Créateur

Bernardi Marina ; Luciani Antonu

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Corse-du-Sud, 2A, Canton de Bastelica

Temporal Coverage

En Février 1944 l’inscription rupestre fut signalée, elle nous apprend qu’en 1375, le Seigneur Ghilfuccio d’Ornano, fils de Messire Lupo, fit bâtir et habita le premier l’Orèse en 1354 et mourut le 10 Janvier 1410. C’est la première inscription rupestre découverte dans l’île. Vincentello d’Istria, Comte de Corse, était Seigneur féodal du château d’Orèse de 1418 à 1434. Ami du Roi d’Aragon il avait reçu à plusieurs reprises, des hommes et des armes qu’il amena au château de Cirnaca et de l’Orèse, prison d’état alors. Une garnison s’y installa. Etant espagnols, ils auraient donné aux premières maisons construites le nom de leur ville natale : Ocaña, prés de Tolède en Espagne. Cette hypothèse semblerait la plus vraisemblable car il existe aucune trace d’Ocana avant 1531.Le village d’Ocana s’est installé sur le site qu’il occupe vers la fin du 16e siècle et au début du 17e siècle. Auparavant il y avait « U Gigliu », situé plus bas dans la direction d’Ajaccio, à environ deux kilomètres du village actuel. « U Gigliu » a dû sans doute être détruit à la suite de faits de guerre, les habitants s’étant repliés sur le site actuel d’Ocana plus à l’intérieur, plus caché, plus difficilement accessible. Il s’etendait du lieu dit « Barraconu » au lieu dit « Machjucciu ». Une preuve quasi irréfutable qui montre que la partie la plus ancienne du village a été édifiée en même temps en raison d’une arrivée importante de la population, réside dans le fait que l’on peut encore constater en plusieurs endroits que plusieurs maisons construites en alignement sont séparées entre elles par des murs aussi épais que les murs extérieurs mais que les murs d’angle n’existent qu’aux extrémités de l’ensemble. Sa démographie ne cesse d’augmenter en 1586, 167 habitants ; en 1785, 318 ha ; en 1826, 520 habitants ; en 1850, 546 habitants ; en 1893, 679 habitants ; en 1940, 649 habitants, 2009, 532 habitant. En 1877, ouverture de la route départementale reliant Ocana à Ajaccio. En 1883, le chemin entre Ocana et Tolla fut ouvert.En 1924 première avalanche du Parnieddu ne causa pas énormément de dégâts. Le 18 Décembre 1928, le Maire François Muselli et son conseil municipal avaient adhéré au Syndicat International de Distribution d’Energie Electrique du secteur Corse du Sud crée par arrêté préfectoral du 11 juillet 1928. En 1933, Ocana fut doté de l’électricité. Septembre 1929, avalanche de A Valcatoghja, le ruisseau est en crue mêlant eau et boue, le bilan sera terrible, trois morts et deux maisons rasées, ainsi que les cultures dévastées. Le 13 septembre 1943, depuis quelques jours la Corse était libérée. Les Allemands risqueraient de faire une incursion sur Ajaccio, les hommes du village devaient donc descendre au Ponte della Pietra pour faire barrage. Un incendie se déclencha dans la matinée et le lendemain la commune était brulée a 98%. Aucune perte humaine mais l’étendu des dégâts était incalculable. Le 17 août 1944, une avalanche se déclenche de nouveau, portant sur son passage de nombreuses maisons, jardins, cultures et faisant 5 morts.

Geolocation

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking