Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Fonds Chiatra – Les marchands ambulants

Titre

Fonds Chiatra – Les marchands ambulants

Alternative Title

I tragulini

Sujet

mulatteru, mulateri, mula, asinu, sumeru, cavallu, mule, mula, cavizzonu, tintenna, ritrattu, paese, sunagliera, imbastu, trasportu, carica, photographie, iconographie, mémoire, histoire, Alesani, Castagniccia, Verde, commerce, traculinu, bât, âne, jument, mulet, mule, muletier, clochette, cloche, sonnaille, licol, village, transport, charge

Description

Chjatra hè un paese di Corsica suprana chì face parte d'una pieve anziana chjamata Verde chì si trova à l'orlu urientale di a Castagniccia. Oghje, face parte di a cumuna di l'Oriente è di u cantone di Moita-Verde. U paese hè in cima d'una culetta è hà un'appertura impurtente nant'à u liturale, ciò chì li dà un impiazzamentu strategicu. Adupratu tempi fà per curà u mare, è oghje per via di u turisimu. À u principiu di u XXe seculu, a pupulazione hè di 500 persone ma dopu à guerra di 39-45 hè cascata à 163. Oghje, per via di a so carta maestra, a pupulazione si rinforza è si sviluppa pocu à pocu. Certe sfundazione è ruderi, mostranu chì l'attività agricola face parte di quellu paese dapoi i tempi landani.

U mulatteru era un puntellu maiò di l'ecunumia Corsa durante parechji seculi. Da 1877 sin'à 1914, una lege cuntabilizava è impusava una tassa per ogni fera (fora di l'asinu). E mule ghjuvavanu à traspurtà a roba troppu pisia per l'omu. U mulatteru viaghjava assai è a spessu si n'andava parechji ghjorni. E mule eranu affigliati giovani giovani è messi in u batterecciu incù roba tanta pisia à u principiu per abituà li, è po di più in più seguitendu l'evoluzione. Una musetta impiuta di pruvenda era azzincata à u colu di a bestia per fà la manghjà strada facendu. Certi lochi avianu picculi manghjatoghji previsti incù ligatoghji per i mulatteri chì vulianu piantà si. U mulatteru facia casu à u benestà di e so mule perchè à so vita era picciata à a saluta di quesse. Avianu un cavizzone di coghju incù chjodi di ramu, mappachjuli di lana culuriti è un'ochjatura in coda di volpe. E sopr'à tuttu una cullana incù una (o parechje) tintenna per pudè ricunosceli da luntanu è francà si d'una perdita.

I tragulini facenu parte di a sucetà corsa dapoi seculi è seculi. Panatteri, urtulani, macelli, lattaghji è tant'altri. Facenu u giru di i paesi, per vende a roba. Viaghjanu à pede incù una cascia, aduprendu una carretta o un animale (cavalu, asinu, mula, ecc) per u trasportu. Piglianu sempre u listessu caminu , è tornanu à e listesse stonde per via di l'avventori.

Chiatra est un village de Haute-Corse qui fait parti d'une ancienne pieve appellée Verde, située en bordure orientale, au sud-est de la Castaniccia. Aujourd'hui, elle fait partie de la commune de l'Oriente et du canton de Moita-Verde. De part son ouverture panoramique sur la mer Tyrrhéniennes et ses îles, le village détient une position géostratégique. Utile dans le passé pour guêter le littoral d'un potentiel ennemi, et dans le présent pour le tourisme. Au début du XXème siècle, la population était d'environ 500 habitants mais après la guerre de 1939-1945 elle a chuté à 163. Depuis cette époque, la démographie croît de par ses atouts patrimoniaux, et agricoles pour se stabiliser dans les 200 habitants. Des vestiges de différentes époques démontrent une activité agricole omniprésente dans la microrégion: clémentines, noisettes, châtaignes, etc. Le muletier a été un pilier majeur de l'économie insulaire durant plusieurs siècles. De 1877 à 1914 (Première Guerre Mondiale), une loi déstinée à recenser et à taxer les bêtes de sommes (sauf les ânes) avait été instauré.

Les mulets étaient employés pour transporter toutes sortes de choses avec des charges trop élever pour l'homme. Leur force et leur endurance leur permettaient de voyager durant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. C'est à l'aide de bât, que les mules et mulets transportaient la marchandise. Ils étaient dressés et mis dans le troupeau très jeunes avec des charges plus légères que l'on alourdissait au fur et à mesure qu'ils grandissaient, pour les habituer à suivre la mule de tête. Certains muletiers accrochaient au cou de leurs bêtes un sac de toiles pour qu'ils se nourissent tout en marchant. Dans certains endroits, sur des façades, des mangeoires étaient aménagés. Près d'eux des anneaux métaliques ou encore des perforations dans les roches servaient à attachés les animaux. Le muletier prenait bien soin de ses bêtes car leur déstin étaient scéllés, l'un ne pouvait vivre sans l'autre. Les mulets étaient très bien entretenus, leur robe était bien taillée, leur maître leur mettait un licol de cuir avec des clous en cuivre, des oeillères en queues de renard et des ponpons décoratifs. Sans oublié la sonnaille et les clochettes qui permettaient au muletier de reconnaitre ses bêtes.

Les photos représentent des marchants ambulants. Ceux-ci font partie de la société corse depuis des siècles. Les colporteurs peuvent représenter différentes professions comme  poissonnier, boucher, boulanger, etc. Ils voyagent à pied, à dos d'âne ou en carriole à travers les villages pour vendre toutes sortes de marchandises de première nécéssité. Leurs circuits sont toujours pré-déterminés, ils suivent un ordre bien défini puis reviennent à des périodes fixes de l'année connu des acheteurs potentiels.

La Municipalité de Chiatra est propriétaire d’un fonds comprenant deux-cents plaques photographiques au bromure d’argent. Ces dernières immortalisent des scènes majeures de la vie agro-pastorale entre la fin du XIXème siècle - les tous premiers clichés datent de 1891 - et la première moitié du XXème siècle. Outre les portraits de familles aux origines sociales diverses, qui témoignent des usages vestimentaires de l’époque, on distingue clairement les centres d’intérêt autour desquels sont réalisées des séries complètes de clichés : le site du village et ses montagnes attenantes, les lieux remarquables du patrimoine qui ont rythmé la vie quotidienne villageoise aux siècles passés (lieux-dits, tours, maisons, fontaines, moulins, lavoir, chapelle, place du village), les progrès marquants liés à l’avènement de l’ère moderne (électricité, premières voitures, train régional), les grands conflits humains (soldats en costume de guerre ou d’apparat, compagnies, campements), l’éventail alors vivace des savoir-faire traditionnels liés à l’exploitation des ressources agrestes, cynégétiques ou halieutiques (pêcheurs, chasseurs, cueilleurs de châtaignes, vendangeurs, charbonniers, bergers, menuisiers, rémouleurs, agriculteurs, travailleurs journaliers), les familles nombreuses ou les figures marquantes de l’environnement social (habitants de la localité, instituteurs, facteurs, accordéoniste, muletiers, vendeurs ambulants, femmes en diverses tenues d’époques, bandits). L’ensemble de ces plaques de verres au bromure d'argent à la richesse remarquable est pour l’heure inédit d’argent, a été tiré sous forme de clichés photographiques.

Créateur

Municipalité de Chiatra

Contributeur

Santini,Tilena (stagiaire M3C)

Droits

Municipalité de Chiatra
UMR CNRS 6240 LISA ; Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses

Relation

Fonds Chiatra

Type

Image

Couverture

Corse, Chiatra, Castagniccia, Alesani, Verde

Temporal Coverage

Fin du XIXème siècle - Première moitié du XXème siècle

Item Relations

This item has no relations.