Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Fonds Amadori – Sporting Club de Bastia – Coupe des coupes de 1972 : Bastia/Atletico Madrid

Titre

Fonds Amadori – Sporting Club de Bastia – Coupe des coupes de 1972 : Bastia/Atletico Madrid

Sujet

sport, football

Description

Lors de la saison 1971-1972, le SECB parvient à se hisser en finale de Coupe de France mais est défait par l’Olympique de Marseille, 2 buts à 1. Cette même saison, l’Olympique de Marseille est sacré champion de France et donc déjà qualifié pour une Coupe d’Europe : dans ce cas, c’est le finaliste de la coupe de France qui se qualifie directement en 16èmes de finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe. Ainsi, la saison 1972-1973 voit le Sporting jouer pour la première fois de son histoire en coupe d’Europe : les bleus y affrontent le prestigieux Atletico Madrid à Ajaccio sur le stade de Timizzolu, Furiani n’étant pas aux normes européennes. Lors du match aller, le score final est de 0-0 et des incidents éclateront à la fin du match, suite à quoi le SECB sera interdit de compétitions européennes durant 5 puis 3 ans. Le match retour se déroulera à Vincente Calderon où les Colchoneros s’imposeront 2 buts à 1 malgré l’ouverture du score de Fanfan Félix. éliminé , le SECB retrouvera une compétition européenne à partir de la saison 1977-1978 avec la réussite qu’on lui connaît.

La finale contre l'OM et les matchs contre l'Atletico interviennent dans un contexte politique en pleine mutation qui donne au parcours des bastiais un aspect d’affirmation identitaire inconnu jusqu’alors sur cette forme, notamment avec la présence importante de drapeaux corses. Significativement, le magazine Kyrn titra l’un de ses articles « il était une fois la révolution ». (Kyrn n°22 de juin 1972). Cependant, malgré ces mutations identitaires dans les pratiques partisanes, les banderoles restent encore empreintes de la mythologie intégrationniste où Napoléon tient le premier rôle. Le « Forza Bastia » n’a pas encore supplanté « Allez Bastia ». Symboliquement, l'écusson à tête de maure qui figure pour la première fois sur le maillot des joueurs est bien petit par rapport à ce qu'il sera cinq ans plus tard.

Louis Amadori est un photographe, toujours en activité, sis au 12, boulevard Gaudin, à Bastia. Il est également collectionneur. Il possède, selon ses estimations, près de 5 millions d’entrées photographiques, sous forme numérique, d’ektas, de diapositives, ou négatifs. Une infime partie est stockée numériquement sur des disques durs dans son établissement. Elle est sommairement indexée par quartiers, métiers, époques, fêtes religieuses, sportives, etc. Ses clichés concernent presque exclusivement la ville de Bastia. Néanmoins, des collections acquises par ses soins sont représentatives de l’ensemble des microrégions de la Corse. Mais elles renvoient principalement à la vie politique et sociale de la Corse, essentiellement Bastia. Les photographies présentées ici font partie d’une acquisition d’un fonds concernant le club de football du Sporting Club de Bastia : SC Bastia/Atletico Mardid de 1972, l’épopée en coupe de l’UEFA en 1978, la victoire en coupe de France en 1981, la catastrophe de Furiani en 1992…

Créateur

Louis Amadori

Item Relations

This item has no relations.