Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

chapelle funéraire de la famille Saliceti

Titre

chapelle funéraire de la famille Saliceti

Alternative Title

10e édifice

Description

Chapelle funéraire de plan centré aux faces scandées de pilastres supportant un entablement à ressauts couronné d'un dôme de ciment. Une imposante niche de dévotion au dessus de la porte d'entrée, elle même en bois sculpté et à double battants. Corniche et trous à boulins.

Créateur

Marchini Vannina ; Trojani Vincent

Date

18e siècle

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, 2B, Saliceto, Coppiatello, 42°23'59, 09°17'35

Temporal Coverage

Chapelle funéraire présente sur le cadastre napoléonien. Selon la tradition orale, sa construction serait l'initiative du Conventionnel Saliceti. Cependant, celui-ci n'y repose pas. Né à Saliceto en 1757 et décédé le 23 décembre 1809, il offre un parcours peu commun d'homme engagé dans la période révolutionnaire. Député du Tiers Etat (juin 1789), il défend l'œuvre de l'assemblée constituante, il accueille Pasquale Paoli à Paris et participe, sous l'autorité de ce dernier à la mise en place de département de la Corse après l'assemblée d'Orezza. L'histoire retient qu'il est le seul député de l'île à voter la mort du roi, le 17 janvier 1793. Il se trouve à la jonction de Paoli et de Bonaparte qui tous deux, l'ont tenu à l'écart à cause de ses idées jacobines arrêtées. C'est d'abord, en Corse son rôle dans la crise qui sépare Paoli du gouvernement parisien, rôle somme toute modérateur à l'inverse d'Arena et de Bonaparte. C'est ensuite son rôle comme adjoint de l'armée d'Italie ou il pousse Bonaparte au commandement de l'artillerie à Toulon. Après que ses liens avec la famille Robespierre l'aient mis en difficulté, il reprend ses prérogatives de commissaire à l'armée d'Italie sous le Directoire alors qu'il défend le projet d'installer une République en Italie. Il porte Bonaparte à la tête de cette armée. Son maximalisme républicain, ses liens avec Buonarotti poussent les autorités françaises à l'écarter du
théâtre italien
. Il est missionné en Corse ou il participe à la reconquête de l'île alors contrôlée par les anglais. Il instaure une organisation républicaine et installe les départements du Golo et du Liamone. Député du Golo au Conseil des Cinq Cents (avril 1797), il poursuit ses tentatives en Italie autour de l'affirmation d'un mouvement républicain. Il rejoint finalement Joseph Bonaparte alors roi de Naples dont il devient ministre de la police puis de la guerre. Il suit ensuite le roi Joachim Murat. Il participe finalement à un projet d'annexion de Rome pour le compte de Murat. Il est assassiné le 23 décembre 1809.

Provenance

proriété privée

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking