Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Saliceto

Titre

Saliceto

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, séchoir, école, chapelle, église, lavoir, moulin, pont

Description

Ce village morcelé, héritier des « ville » médiévales, il offre un bel exemple du rapport de l’homme à l’eau. Les hommes l’ont développé en tirant parti du réseau des ruisseaux qui abondent et se rencontrent à l’endroit où s’est implanté le village de Saliceto, au fond d’une vallée creusée au débouché de trois ruisseaux qui s’ordonnent du nord au sud, de la façon suivante : Ruisseau d’Uscio a e Porte ; ruisseau de Casella ; le ruisseau de l’Occhio a u Cappo. Ils se regroupent dans le ruisseau de Salgindinco qui arrose la vallée qui relie Saliceto à Vicinato. Les gens de Saliceto nomment cette rivière qui traverse le village, U Pirachu. Les références à l’eau y sont multiples. Ainsi, le mot Saliceto (U Salgetu) entretient un rapport étymologique à un lieu humide planté de saules. L’Annunziata, église de Saliceto, présente un exemple exceptionnel d’architecture posée sur l’eau. En effet, le corps du bâtiment enjambe la rivière dont le passage est à jour. D’aucun ne résistent pas à la lecture symbolique de cette implantation qui, il est vrai, ne procéde pas du hasard. Les hommes ont placé l’autel sur la rivière : la vie symbolisée par l’eau rencontre donc l’élévation.

"Dossier collectif Maisons" :

58 bâtis INSEE ; 9 repérés ; 12 étudiés

37% des maisons datent du 16e siècle,7% datent du 17e siècle, 43% datent du 18e siècle, 10% datent du 19e siècle et 3% du 20e siècle.

Toutes les maisons repérées sont en schiste, la couverture des toits est traditionnellement en schiste.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit

Matériaux de la couverture : schiste en couverture ; tuile mécanique

Créateur

Marchini Vannina ; Trojani Vincent

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Castifao-Morosaglia

Temporal Coverage

Placé sur le rebord extérieur ouest de la Castagniccia, sur l’un des versants du San Pedrone, Saliceto s’étend sur une superficie de 1254 hectares. Durant la période génoise, il relève de la juridiction de La Porta tout en participant à la pieve civile et religieuse du Rostino. Sur le plan religieux, il appartient au Diocèse de Mariana (Accia). Après 1769, avec la période française, le village est lié au district éphémère  de La Porta, puis appartient à l’arrondissement de Corte. Durant la période révolutionnaire il figure dans le canton du Rostino, nouvelle entité qui reprend les contours de la pieve civile. A partir de 1828, ce canton est dénommé canton de Morosaglia, du nom du chef lieu. Depuis la fin du 20e siècle à la faveur d’un regroupement cantonal, le village est inséré dans le canton de Castifao-Morosaglia. Son évolution démographique prise en longue durée, depuis le XVI° siècle, montre qu’il dépasse rarement les 300 habitants, le pic se situant en 1841 (322 hab.).  Dès le XVII° siècle (1646), sa population atteint le seuil de 200 personnes, seuil qui semble situer le potentiel démographique moyen du village sur les trois siècles qui précèdent le 20e siècle. Durant les années 1900, le village amorce une décrue continue qui porte le nombre d’habitants à une cinquantaine au seuil du 21e siècle. Le village est attesté à la fin du Moyen Age dans la pieve de Rostino. Il relève alors de la Capella Santo Pantaleone de Rostino, appelé aussi Querino de Gavignani. On y trouve en effet, lo Saliceto, Vicinato (dit aussi Avicinato) qui composent avec Vicinatello le village actuel. Ils sont alors regroupés avec lo Borgo, le Chiamaccie (savinaccie), Gavignani, la Petragrossa, Castineta (ou Castenata), lo Poggio, li Olmi. Dès cette époque, et au début du 16e siècle, lo Saliceto, Vicinato montrent des velléités de séparation puisqu’ils élisent, parfois, un podestat à part sous l’égide de la Capella San Cesareo, devenue aujourd’hui l’église de Vicinato. L’histoire qui débute au 16e siècle s’articule sur un double mouvement de séparation-regroupement. Vicinato et Saliceto se séparent d’abord de l’ensemble du Querino de Gavignani, puis se regroupent sous l’appellation Saliceto, à partir de la fin du 18e siècle. Dans ce mouvement, ils emportent Vicinatello et Sevinaccie, qui, cependant, revient à Gavignano à partir de la fin du 19e siècle. Le système économique semble reposer sur l’association de la culture des céréales, de la châtaigneraie et de l’olivier. Le village se compose de 58 maisons (12 maisons étudiées ;  9 maisons repérées), deux moulins hydrauliques, un séchoir à châtaignes, un lavoir, deux églises, une chapelle, une chapelle funéraire.

Item Relations

This item has no relations.