Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Gavignano

Titre

Gavignano

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, chapelle, écurie, église, fontaine, four, lavoir, pont, remise, séchoir

Description

Au 16e siècle, Gavignano appartient au quartiere ou querino Santo Pantaleo de Gavignano qui contient en outre Borgo, le Saminaccie (aujourd’hui Sevinacce), la Petragrossa, l’Ormi (aujourd’hui l’Olmi) ; à cette époque, Castineta en fait partie ainsi que Vicinato (qui appartient aujourd’hui à Saliceto). Aujourd’hui la commune se compose des hameaux de Borgo, Olmi, Sevinacce, Poggio, Pietra-Grossa et Pieditermini. Du point de vue économique l’agriculture paysanne met en œuvre un système combinant la production de céréales, celle de châtaignes, et de l’huile d’olive quoiqu’en faible quantité. La commune évolue à 700 mètres d'altitude.

"Dossier collectif Maisons" :

2% des maisons datent du 15e siècle ; 7% des maisons datent du 16e siècle; 20% des maisons datent du 17e siècle ; 39% des maisons datent du 18e siècle ; 27% des maisons datent du 19e siècle ; 5% des maisons datent du 20e siècle.

La majorité des maisons repérées et étudiées sont appareillées en schiste. La couverture des toits est généralement en schiste.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ;  enduit

Matériaux de la couverture : schiste en couverture

Créateur

Marchini Vannina ; Trojani Vincent

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Castifao-Morosaglia

Temporal Coverage

Placé sur le rebord extérieur ouest de la Castagniccia, sur l’un des versants du San Pedrone, Gavignano s’étend sur une superficie de 1094 hectares, drainés en partie par la rivière du Gavignaninco. Celle-ci appartient au réseau hydraulique polarisé par A Casaluna. Son patrimoine bâti procède d’une organisation territoriale morcelée où ressortent les structures médiévales de son habitat. Les « ville » forment, encore aujourd’hui, la référence de la perception de leur espace par les habitants.  Durant la période génoise, il relève de la juridiction de La Porta tout en participant à la pieve civile et religieuse du Rostino. Sur le plan religieux, il appartient au Diocèse de Mariana (Accia). Après 1769, avec la période française, le village est lié au district éphémère de La Porta, puis appartient à l’arrondissement de Corte. Durant la période révolutionnaire il figure dans le canton du Rostino, nouvelle entité qui reprend les contours de la pieve civile. A partir de 1828, ce canton est dénommé canton de Morosaglia, du nom du chef lieu. Depuis la fin du 20e siècle à la faveur d’un regroupement cantonal, le village est inséré dans le canton de Castifao-Morosaglia. Son évolution démographique prise en longue durée, depuis le 16e siècle, montre qu’il évolue entre 300 et 500 habitants, le pic se situant en 1911 (582 hab.). Dès le 17e siècle (1646), sa population atteint le seuil de 500 personnes, seuil qui semble situer le potentiel démographique moyen du village sur les trois siècles qui précèdent le 20e siècle. Durant les années 1900, malgré le pic des 582 habitants ; en 1911, le village amorce une décrue continue qui porte le nombre d’habitants à une cinquantaine au seuil du 21e siècle (228 habitants en 1946, 105 en 1975).

Item Relations

This item has no relations.