Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Castello-di-Rostino

Titre

Castello-di-Rostino

Alternative Title


Liste des édifices étudiés
 :

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, aire, gendarmerie, Ponte Novu, chapelle, église, fontaine, four, gare, lavoir, pont, remise, rucher, séchoir

Description

Castello-di-Rostino,  est une commune française située dans le département de la Haute-Corse, sur le canton de Castifao-Morosaglia, sur la rive droite du Golo, dans sa moyenne vallée, au nord-est de la Castagniccia, plus précisément  dans le vallon du ruisseau d'Acqua Fredda, un affluent  du Golo. Castello-di-Rostino était une commune de l'en  deçà des monts, ou Cismonte, qui appartenait à l’ancienne pieve du Rostino et au diocèse de Mariana (Accia). La commune a son point le plus haut à environ 1 200 m d'altitude, puis descend  jusqu'au lit du Golo à son point le plus bas, 142 m, au nord de Ponte Novu. Elle est sur la partie schisteuse de la Corse, s’étend sur une superficie de 12,4 km², avec plusieurs hameaux qui sont : Pastoreccia le hameau principal, puis Baranciasche, Piano (suttanu et Supranu), Ponte-Novu, Poggiola, Frasso, Gialghe, Gustalbio. Les communes limitrophes sont : au Nord Lento, au Nord/Est et à l’Est Bisinchi, au Sud/Est Ortiporio, au Sud Morosaglia, au Sud/Ouest et à l’Est Bisinchi et au Nord/Ouest Canavaghja et Lento.

"Dossier collectif Maisons" :

3,3% des maisons datent du 17e siècle ; 50,8% des maisons datent du 18e siècle ; 36% des maisons datent du 19e siècle ; 9,8% des maisons datent du 20e siècle

De manière générale, les maisons repérées et étudiées sont construites en schiste, plusieurs sont enduites, et les couvertures sont généralement en schiste et tuile, à longs pans, à 1 pan et en croupe.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit partiel ; enduit

Matériaux de la couverture : schiste en couverture ; tuile ; terre en couverture

Créateur

Marchini Vannina ; Trojani Vincent

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Castifao-Morosaglia

Temporal Coverage

La commune de Castello-di-Rostino atteste d’une occupation humaine datant du moyen âge, et tire son nom d'un château médiéval bâti sur un piton rocheux dominant la vallée du Golo. Château construit au 11e siècle, pendant l’occupation pisane, par le marquis DE MASSA de Toscane, il sera démoli en 1358 lors d'une révolte populaire dirigée par Sambucucciu d'Alandu. Le hameau de Ponte Novu fut le lieu d'une bataille décisive pour la Corse le 8 mai 1769, qui opposa les soldats corses, aux troupes de Louis XV. Cette bataille coûta à la Corse son indépendance. Le pont fut détruit par les allemands à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au 16e siècle, la commune faisait partie de la pieve de Rostino dans l'ancien diocèse d'Accia. Cette pieve, en 1520, comptait environ 3 250 habitants et était constituée de Saliceto, Vicinato, Borgo, Chiamachie, Gavignani, la Petragrossa, Castineta, Sevasi, Terchina, Fogatella, Brocca, Casa Pitti, Tarlagia, Collo, Grate, Valle, Frasso, Pastoreccia, Balleciasce, Piano, Caniolo, Petralata, Vignale, Mileto, Bisinchi, Lesca, Espaco. C’est en 1857 que Pastoreccia absorbe la commune voisine de Frasso pour devenir la commune de Castello-di-Rostino. La pieve de Rostino devient en 1793 le canton de Rostino, en 1828 il fusionne à celui de Morosaglia qui devient en 1973, le canton de Castifao-Morosaglia. La démographie varie de manière importante selon les périodes. Au début du 19e siècle, en 1800 la population est de 218 habitants, elle croît pour atteindre un pique en 1881 de 706 habitants, puis décroît jusqu’en 1990 pour atteindre 252 habitants. Aujourd’hui la population est de 409 habitants (données INSEE 2011). L’économie de la commune se basait essentiellement sur l’agriculture, la culture des céréales, de la châtaigne, et l’élevage, en témoigne un nombre d’édifices agricoles.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking