Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

couvent Saint-François

Titre

couvent Saint-François

Description

Couvent aujourd'hui en ruine dont on devine deux corps de bâtiment: le couvent avec une façade imposante et les vestiges de l'église conventuelle. Cette dernière présente également des fresques encore visible " C'était un édifice solide, d'une excellente architecture. Il y avait deux dortoirs et pouvait contenir sept religieux et même plus. L'église avait six chapelles que l'on apercevait à la fois de la porte d'entrée. Dans l'une d'elle on remarquait une statue de Saint Antoine en marbre, qui paraissait être l'œuvre d'un sculpteur habile. Le maître-autel, ses marches, le tabernacle, le linteau des portes étaient en beau marbre. Il ne reste plus rien de tous ces objets d'art" (source : Cunfratera di a serra).

Créateur

Michel Mélanie ; Soldati Agnès

Date

17e siècle ; 19e siècle

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, 2B, Matra, Couvent, 42° 16' 45.2, 9° 23' 52

Temporal Coverage

Couvent figurant sur le plan terrier achevé en 1795 (pour la pieve de Serra) vraisemblablement fondé en 1642 (selon les archives communales les plus anciennes). "Le Provincial au début fut le père Giovanni de Tallano. Les premières années furent heureuses, mais une bulle d'Innocent X datée de 1652 ayant supprimé les petits couvents, il resta fermé jusqu'en 1669. A cette date le père Giovanni de Campoloro obtint de la Sacrée Congrégation la grâce de le reprendre". En juin 1985, Charles-Jean Giordani complète les archives communales en nous donnant cette indication : « Qu'il me soit permis cette anecdote : nous possédons un testament odaté du 15 février 1783. C'est celui de feu Gordani François Antoine dit Tattone, par lequel il demande à être enterré (seppelitu) en l'église du couvent de Matra sur "tola" et dans le "catalettu" avant d’être déposé dans "l'arca", ceci en présence de ses deux fils qui étaient tenus de faire célébrer "nonanta" (quatre-vingt dix) messes pour le repos de son âme dans l'année qui suivrait son décès. » (source Cunfraterna di a serra).

Provenance

propriété publique ; propriété privée

Item Relations

This item has no relations.