Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Zalana

Titre

Zalana

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, presbytère, église, fontaine, mausolée, moulin, pont, séchoir

Description

La commune de Zalana anciennement située au cœur de la pieve de la Serra, fait aujourd'hui partie du canton de Moïta-Verde et de la communauté de commune de l'Oriente. Elle est accrochée à flanc de montagne à une altitude de 700m et s'étend sur 13km2. Le village possède ainsi une vue sur la côte orientale et la mer (exposition Sud et Est) située à 25km. L'habitat est concentré autour des cinq hameaux nichés dans une forêt de châtaigniers dont certains ont plusieurs siècles: l'Aghjale, u Vignale, u Pianellu, a Costarella, a Belfasca. L'ensemble des maisons sont traditionnellement organisées autour de la culture de la châtaigne et de l'olive et on peut observer encore bon nombres de pressoirs à huiles et de "fucone", foyers centraux des maisons corses qui servaient à la cuisson des aliments et au séchage des châtaignes.

"Dossier collectif Maisons" :

148 bâti INSEE ; 9 étudiées ; 17 repérées

15% des maisons repérées datent du 16e siècle ; 35% du 17e siècle ; 4% du 18e siècle et 46% du 19e siècle.

Les maisons repérées sont en schiste. Les toits sont traditionnellement couverts de dalles de schiste, mais certaines présentent une couverture de tôle ondulée et tuiles.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit ; enduit partiel

Matériaux de la couverture : schiste en couverture ; tuile en couverture

Créateur

Michel Mélanie ; Soldati Agnès

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Moïta-Verde

Temporal Coverage

Cinq hameaux composent l'entité communale de Zalana, alimentés par quatre fontaines toujours en place : a Subialaccia, e Strambellaccie, a Trovandina, a Licciola. La principale activité économique à Zalana reposait sur l'élevage et les activités connexes : fabrication de fromages et transformation de la laine de chèvre et de brebis. Un pont génois sur la rivière Bravone, à une demi-heure de marche permet toujours la circulation entre le village de Matra et Zalana. Le recensement de la population de 1779 reporté sur le plan Terrier indique près de 400 habitants pour la communauté qui dispose en bien propre d'environ 2800 arpents de terre, dont la moitié seulement est mis en culture en oliviers, vignes, et près des deux tiers en plantes annuelles, les bois et châtaigniers représentant le tiers des terres restant. Les agents de la République lors d'une visite en l'An IV notent que les habitants semblent ne pas savoir mettre au mieux en valeur l'ensemble de leurs terres et de leurs installations mécaniques. Leur jugement à cet égard s'étend d'ailleurs aux cultivateurs de la pieve entière. En 1795, le Plan Terrier mentionne des "veines ferrugineuses chargées en aimant" découvertes en 1773 et dont Pasquale Paoli, en 1759, connaissait l'existence puisqu'il avait envisagé d'alimenter la "ferriera" de Chjatra grâce à ces filons. Dans les années 1860, plusieurs moulins sur la rivière Bravone, deux pressoirs à vin et à huile sont répertoriés en archives, ainsi que des bergeries situées en écart. Comme c'est le cas pour les autres villages de la pieve, la chiffres de la démographie de Zalana indiquent une certaine stabilité du 16e siècle au premier tiers du 17e siècle, puis une chute remarquable entre 1787 et 1790 où Zalana perd les deux tiers de sa population, pour se conformer à la reprise et au développement constatables partout ailleurs tout au long du 19e siècle. S'ensuit une chute du nombre d'habitants, amorcée entre le milieu des années 1950 et le milieu des années 1960 et plus marquée à partir seulement du début des années 1980. La communauté dispose de deux lieux de culte chrétien, une église paroissiale et une chapelle de grandes dimensions, toutes deux dédiées à la Vierge. Le village bénéficie de l'électricité en 1930 et de l'eau courante en 1965.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking