Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Matra

Titre

Matra

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, couvent, église, fontaine, four, moulin, séchoir, mine, mausolée

Description

La commune de Matra anciennement situé dans la pieve de Serra fait aujourd'hui partie du canton de Moïta-Verde et de la communauté de commune de l'Oriente au centre de la plaine orientale. La superficie de la commune est de 6,5 km² avec une population de 49 habitants (densité de 7,6 hab/km²). Elle est bordée à l'Ouest par le village de Pianellu, à l’Est par celui de Matra et au Sud par Zalana. L'habitat est concentré sur le village situé à 560 mètre d'altitude. Il s'allonge sur un éperon rocheux surplombant la vallée de la Bravone et ouvert sur un paysage vallonné ainsi que sur la mer tyrrhénienne. La culture de la châtaigne et de l'olive sont les principales activités avec les autres taches liées à l'agropastoralisme. Puis la commune fut le siège de l'exploitation d'une mine d'arsenic au cours de la première moitié du vingtième siècle (1889-1946) dont on peut encore observer les vestiges aujourd'hui.

"Dossier collectif Maisons" :

69 bâtis INSEE ; 7 maisons repérées ; 4 maisons étudiées

19%  des maisons repérées datent du 16e siècle ; 9% du  17e siècle ; 36% du 18e siècle ; 36 % du 19e siècle

Toutes les maisons sont en schiste et sont couvertes par des dalles de schiste. 

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit ; enduit partiel

Matériaux de la couverture : schiste en couverture

Créateur

Michel Mélanie ; Soldati Agnès

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Moïta-Verde

Temporal Coverage

Le village de Matra est largement lié à la famille de Matra, seigneurs qui ont dominé la plaine orientale pendant le Moyen Age. On peut voir dans le village une ancienne demeure leur ayant appartenu. Cette dernière est érigée sur les bases d'une maison forte et possède une tour de défense. Ce village situé sur un éperon rocheux ouvert sur la mer et la plaine, faisait office de vigie pour lutter contre les invasions et répondre aux attaques liées aux luttes internes. Une deuxième maison forte surplombe le village de toute sa hauteur et offre une vue imprenable sur le vallon. La récolte des châtaignes était la principale activité, on dénombre ainsi un grand nombre de moulin ainsi que des séchoirs à châtaignes et des fours à pain. Le plan Terrier dressé en 1795, indique que Matra compte 150 âmes et l'agent de la République note que cette faiblesse démographique est liée aux conséquences des guerres qui ont ravagé la contrée, comme pour Pianellu. Sur un territoire de 1416 arpents, 1360 appartiennent aux citoyens et 56 à la commune. Sur ces 1416 arpents, 773 sont cultivés (40 en vignes, 519 en bois et châtaigniers, 233 en plantes annuelles et 36 incultivables. Comme dans la plupart des autres communes, le cheptel animal (bovins, chevaux, ovins et caprins) est "médiocre et abatardi". En ressources naturelles, la communauté dispose de pierres à bâtir, de pierres à chaux et d'une "mine de fer qui paraît intéressante". D'après les chiffres disponibles dans l'ouvrage de l'Abbé Casta la population de la commune est à peu près stable durant le 19e siècle ( en moyenne 280 habitants) pour augmenter sensiblement au début du 20e siècle jusqu'en 1936 ( 348 habitants). Le village qui a connu l'industrialisation avec l'exploitation de la mine d'arsenic à partir de la fin du 19e siècle jusqu'en 1946 voit sa population fluctuer en fonction des périodes de productions plus ou moins intense de cette activité. Pour exemple en 1911, 40 ouvriers d'origine étrangère sont employés à la mine auxquels s'ajoutent des muletiers chargés du transport des sacs jusqu'à la gare de Tallone. Puis en dix ans le village va perdre plus de la moitié de sa population (passant de 402 habitants à 173) correspondant aux pertes de la deuxième guerre mais également à l'arrêt de l'activité de la mine. Avec la déprise agricole ce chiffre ne cessera de baisser jusqu'à atteindre en 2009 une population de 49 habitants avec une densité de population de 7.6 hab/km2.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking