Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Canale-di-Verde

Titre

Canale-di-Verde

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, presbytère, chapelle, église, fontaine, mausolée, séchoir

Description

La commune de Canale-di-Verde anciennement rattachée à la pieve de Verde fait aujourd'hui partie de la communauté de commune de l'Oriente en Plaine orientale ainsi que du canton de Moïta-Verde. Elle s'étend sur 15 km² de la plage d'Alistru en plaine, à l'altitude de 1100m. Le village est situé à 450m d'altitude, construit sur une des crêtes du Mont San'Appiano et domine la plaine, avec une vue panoramique sur la mer tyrrhénienne. Il est entouré par les communes de Linguizzetta, Sant'Andrea-di-Cotone et Chiatra. Le ruisseau de Chiosura, la rivière d'Alistro, le ruisseau de Siala sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Canale-di-Verde. Canale est composé des quartiers de l'Ajugula, de Petornello, de ceux de Contornu, de Pianottolo et Tozza  ainsi que d'un hameau en contrebas du village appelé Pastrucciale où se trouve toujours la chapelle San Martino que Mme Moracchini-Mazel a estimé avoir été édifiée au 10e siècle.

"Dossier collectif Maisons" :

300 bâtis INSEE ; 13 maisons repérées ; 7 maisons étudiées

20% des maisons repérées datent du 16e siècle ; 25% du 17e siècle ; 15% du 18e siècle ; 30% du 19e siècle et 10% du 20e siècle.

Les maisons repérées sont en schiste. Les toits sont traditionnellement couverts de dalles de schiste, mais la plupart on été remplacés par des tuiles.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit partiel

Matériaux de la couverture : schiste en couverture ; tuile

Créateur

Michel Mélanie ; Soldati Agnès

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Moïta-Verde

Temporal Coverage

L'histoire de Canale-di-Verde est largement liée à celle de la pieve de Verde et des Cortinchi qui durant tout le Moyen-âge ont dominé la région. Le chroniqueur Giovanni della Grossa nous apprend que la famille Canale est sans doute fondatrice du village du même nom et était en charge d'une fonction de transmission des appels devant Gugliemo Cortinchi de Pietrellerata dont les archives permettent de dater l'installation dans la pieve de Verde dès le 14e siècle. Plusieurs tours de surveillance seront établies au 16e siècle. Un rapport du commissaire à l'exploitation agricole, Francesco Maria Giustiniano sur la pieve de Verde au 17e siècle, indique que "en raison de la bonne qualité du terrain, ces arbres donnent chaque année une récolte excellente. Canale possède une grande quantité d'oléastres dont le tiers sont désormais greffés et tous les villages ont en abondance des eaux potables et d'accès facile".  Le recensement le plus ancien de la commune est établi en 1589 ; il fait état de 45 âmes. La population connait son niveau le plus haut en 1891 avec 570 habitants pour retomber brutalement à 195 habitants en 1954. Depuis la population augmentent peu : de 215 habitants en 1962 à 335 en 1999. L'économie locale à toujours été essentiellement tournée vers l'agriculture et notamment la production de farine de châtaigne et d'huile d'olive. Dans ce même rapport on peut lire que le hameau de Pastricciale n'existe pas encore. Actuellement l'économie est à dominante touristique avec l'exploitation de sa petite façade littorale mais l'agriculture est toujours présente notamment avec la viticulture et l'élevage du veau corse.

Item Relations

This item has no relations.