Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

église paroissiale Saint-Jean-l'Evangeliste

Titre

église paroissiale Saint-Jean-l'Evangeliste

Description

Edifice religieux de plan allongé, à chevet semi-circulaire, formée d'une nef à vaisseau unique, éclairée par 6 fenêtres : nef voûtée en berceau à lunettes prolongée par une abside voûtée en cul-de-four et chapelles latérales voûtées en berceau plein-cintre. Élévation antérieure à travée unique animée de pilastres à chapiteaux corinthiens surmontés d'un entablement mouluré et chantourné, sommé d'une corniche moulurée présentant des denticules. Le tout est sommé d'un fronton chantourné et d'une croix latine. Porte d'entrée à deux vantaux de bois moulurés surmontée d'un fronton présentant des denticules. Édifice accessible par un emmarchement à trois degrés. Présence de deux niches aux saints. Tirants en façade. Trous de boulin.
Tour-clocher sur cinq niveaux : une base, présentant des pilastres à chapiteaux toscans encadrant un passage couvert, voûté en berceau plein-cintre, surmonté d'une baie libre, séparée du second niveau par une corniche en cavet moulurée, un troisième niveau présentant une horloge , séparé du quatrième niveau par une corniche moulurée, un cinquième niveau, abritant la chambre des cloches, à baies libres cintrées. Dôme conique, sommé d'une croix latine, reposant sur un tambour polygonal, en couverture.

Créateur

Cesari Sandrine ; Geronimi Josepha-Daria

Date

17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle ; 21e siècle

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, 2B, Santo-Pietro-di-Tenda, San Giovanaccia, 42°36'16.75, 9°15'38.90

Temporal Coverage

L'église Saint-Jean est devenue église paroissiale depuis au moins le 17e siècle. Des synodes se tinrent en 1675, 1677, 1678,1680, sous la direction de Mgr Giovanni Geronimo Doria, "nella chiesa di San Giovanni parochiale di Santo Pietro". L'église actuelle date pourtant de la toute fin du 18e siècle, édifiée par l'entrepreneur Charles Maggini en 1780. Le décor déborde largement sur le 20e siècle. (Nicolas Mattei in "Le baroque religieux corse") La série 4V10 des archives départementales de Corse-du-Sud indique, selon un document daté du 9 avril 1827 que l'église a besoin de plusieurs réparations : à la toiture et au frontispice. La voûte menace également de s'écrouler. La série 4V10 des archives départementales de Corse-du-Sud indique, selon un document daté du 29 mars 1868, que 600 francs sont nécessaires afin d'effectuer de grosses réparations sur la voûte de l'église. La série 4V31 des archives départementales de Corse-du-Sud, indique, selon un document daté du 5 décembre 1869, que dans la nuit du 15 ou 16 août dernier, un ouragan fit affaisser la charpente sur la voûte de l'église paroissiale, qui fût entraînée, et dans sa chute, elle ébranla les clefs, une partie des murailles latérales et presque toute la façade. Les murs latéraux cimentés de terre ne sauraient résister longtemps. Le 1er août 1872, le ministre de l'Instruction Publique et des Cultes informe le préfet qu'il accorde à la commune de Santo-Pietro-di-Tenda, un secours de 5000 francs, pour la reconstruction partielle de son église. Le 29 juin 1874, Biaggi François-Jean, maître-maçon, domicilié à Occhiatana, s'engage à exécuter les travaux concernant le frontispice et la réparation du clocher de l'église. Le 18 janvier 1875, il s'engage à exécuter les travaux et ouvrages de réparation pour garantir et assurer la solidité de l'église paroissiale. La série 4V31 des archives départementales de Corse-du-Sud, selon un extrait du registre des délibérations du conseil municipal, daté du 21 février 1909, indique que par suite de la tempête extrêmement violente qui a sévi dans la nuit du 23 novembre dernier, la toiture et la charpente de l'église paroissiale ont été fortement endommagées. Réparations doivent être faites d'urgence. Devis de Pietrelli Paul François, charpentier, d'un montant de 561,20 francs. Le conseil à l'unanimité a voté les crédits nécessaires. Présence d'un tableau d'autel : la remise du Rosaire à Saint Dominique, attribué à Conca Tommaso Maria, (neveu du peintre romain Sebastiano Conca) daté de 1788, inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du ministère de la Culture et de la Communication, le 24 juillet 2002. Présence de la date 1705 et des initiales IHS sur la façade antérieure. Sur le cadastre napoléonien de 1874, le clocher mitoyens aux deux édifices religieux n'apparaît pas.

Provenance

propriété de la commune

Item Relations

This item has no relations.