Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

chapelle Saint-Nicolas dite Chiesa Negra dite San Niculaiu d'Asiglianu

Titre

chapelle Saint-Nicolas dite Chiesa Negra dite San Niculaiu d'Asiglianu

Description

Edifice religieux de plan allongé à vaisseau unique débouchant sur une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four, éclairée par un jour. Entrée latérale présentant des corbeaux ornés de frises décoratives, soutenant un bandeau d'imposte et un tympan semi-circulaire dont il manque la clef d'arc centrale. Il s'agit du seul élément décoratif subsistant.

Créateur

Cesari Sandrine ; Geronimi Josepha-Daria

Date

6e siècle ; 7e siècle ; 10e siècle ; 13e siècle

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Crose, 2B, Pieve, San Niculau, 42°34'0.41, 9°17'29.92

Temporal Coverage

Construite au début du 13e siècle, la chapelle Chiesa Nera placée sous le vocable de Saint Nicolas était autrefois rattachée au village disparu d’Asigliani. Mgr Giustiniani dans sa monographie sur l’histoire de la Corse en parle : « dans le Nebbio, se trouve également le village d’Asigliani, avec une église dédiée à S. Nicolao, bâtie avec de très belles pierres et un art non moins remarquable. » La chapelle doit son nom de Chiesa Nera ou Chjesa Negra aux matériaux qui ont servi à sa construction : une serpentine noire locale. La base de l’abside présente trois appareillages différents : sous cette construction du 13e siècle, s’érigeait une chapelle datant du Xème siècle et un sanctuaire primitif, bâti entre le 6e et 7e siècle. Il semble que l’équipe de bâtisseurs ayant œuvré sur le monument actuellement ruiné, soit la même que celle ayant œuvré sur l’église S. Agostino de Bigorno. Voici ce que nous savons grâce à certaines archives : En 1665, le titulaire de cette chapelle était un certain Paul Savelli. En 1678, Mgr Doria, évêque du Nebbiu, accepta qu’un habitant de Pieve, Antoine Joseph, soit nommé ermite de San Nicolas. . En 1839, Prosper Mérimée, Inspecteur des Monuments Historiques, alors en tournée en Corse, se rend sur le site de la Chiesa Nera et atteste qu’elle est désaffectée depuis la fin de la Révolution française. En 1920, l’archéologue C. Enlart en fait des clichés, servant de départ pour le descriptif et la reconstitution de ce qu’était l’édifice. En 1943, les soldats qui libérèrent le col de San-Stefano y firent halte. Dans les années 1970, à la demande du conseil général de Haute-Corse, l’association archéologique du Nebbiu, présidée par monsieur Boinard entame des travaux de repérages préliminaires. Cette campagne préliminaire se concrétisera en 1979, grâce à l’aide de la Fagec, où l’on procède aux premières consolidations indispensables sur les murs ruinés. En 1996, une nouvelle équipe complète les travaux par quelques consolidations indispensables sur les murs arasés (pierres se détachant, beaucoup de fissures).

Provenance

propriété privée

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking