Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Santo-Pietro-di-Tenda

Titre

Santo-Pietro-di-Tenda

Alternative Title


Liste des édifices étudiés
 :

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, aire, chapelle, fontaine, four, moulin, pont, remise

Description

La commune de Santo-Pietro-di-Tenda est l’une des dix communes faisant partie du canton du Haut-Nebbio.  Elle est l’une des plus vastes commune de Corse avec une superficie de 125,66 km² et s’étend du massif de Tenda jusqu’au désert des Agriates qu’elle couvre sur une grande partie. Elle est aujourd’hui limitrophe des communes de San-Gavino-di-Tenda, de Saint-Florent et de Pieve, et sa population en constante augmentation depuis 1800 ayant atteint 1200 habitants à l’aube de la première guerre mondiale, est actuellement de 259 habitants selon l’INSEE avec une densité de 2.9 habitants au km².

"Dossier collectif Maisons" :

369 bâtis INSEE ; 30 étudiés ; 28 repérés

6.9% datent du 16e siècle ; 12.07% datent du 17e siècle ; 46.55% datent du 18e siècle ; 34.48% datent du 19e siècle

Toutes les maisons repérées sont en schiste ou en granite. Certaines enduites à la chaux ou au ciment. Les toits sont traditionnellement couverts d'ardoises ou de tuiles mécaniques.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; granite ; moellon ; enduit ; ciment ; enduit partiel

Matériaux de la couverture : schiste en couverture ; tuile plate mécanique ; tuile creuse mécanique

Créateur

Cesari Sandrine ; Geronimi Josepha-Daria

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton du Haut-Nebbio

Temporal Coverage

La commune de Santo-Pietro-di-Tenda atteste d’une occupation humaine très ancienne qui remonte à la préhistoire. Ces traces d’occupation datant du néolithique sont nombreuses sur l’ensemble de la commune, particulièrement dans les désert des Agriates sur la zone militaire de Casta. En témoignent les nombreux habitats mis à jour autour du Monte Genova et sur le Monte Revincu (dolmens témoignant d’une occupation de site dès le 6e siècle avant Jésus Christ.). D’autres part, les traces de l’occupation romane sont elles aussi marquées, comme en témoigne sur les hauteurs du village, le baptistère d’une chapelle romane seul vestige subsistant d’une chapelle érigée entre le 6e siècle et le 11e siècle ou encore la chapelle romane Saint-Joseph, érigée en contrebas du village. De même facture que les églises romanes de Pieve et Sorio, et ancienne église piévane, elle a été classée aux Monuments Historiques en 1926. Historiquement, la commune de Santo-Pietro-di-Tenda est une commune agricole prospère et ce depuis l’Antiquité. La zone du désert des Agriates était en effet considérée comme « le grenier à blé de la Corse » par Gênes, et dès le moyen-âge sont mis en place des statuts de terres publiques pour les populations qui venaient de la Corse entière cultiver les terres ou faire paître les troupeaux. Le désert des Agriates est resté une zone de transhumance très fréquentée jusque dans les années 1940 comme en témoigne la présence de nombreux bâtis agricoles. Il a également été le lieu d’organisation de la résistance Corse durant le seconde guerre mondiale, notamment aux alentours de Casta. Le nom de Santo-Pietro-di-Tenda apparaît avec certitude dès 1520, mais il s’agit à l’époque d’une pieve qui compte 1200 habitants. Certains hameaux du village sont déjà cités à cette date, comme le hameau des Vezzi, ou celui de Pianello. Construit au pied du monte Brumica, un sommet du massif de Tenda, le village de Santo-Pietro-di-Tenda se développe aujourd’hui sur plusieurs hameaux : Vezzi, Lavandaggio, Castagno, Pianello, Campiendi, Poggio, Corso et celui de Casta distant du village de 16 kilomètres. Certains de ses bâtis sont très anciens et présentent des pierres gravées 1400. Par la suite, durant la période des temps modernes, de part sa position stratégique, le village sera au cœur des révolte contre Gênes et plus tard des batailles contre la France. Pascal Paoli convoque d’ailleurs une « cunsulta » le 04 décembre 1755 à l’église Saint-Joseph. En 1768, après 4 interventions militaires françaises, l’île devient française, la pieve de Santo Pietro devient alors la pieve di Tenda. En 1793, la commune porte le nom de Santo Pietro, et la pieve di Tenda devient alors le canton de San Gavino. En 1801, le canton de San-Gavino devient le canton de Tenda jusqu’en 1828, où la commune portera alors son nom actuel Santo-Pietro-di-Tenda. Il faudra attendre 1973 et la fusion des cantons pour que Santo-Pietro-di-Tenda fasse partie du canton du Haut-Nebbio.

Item Relations

This item has no relations.