Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Poggio-d'Oletta

Titre

Poggio-d'Oletta

Alternative Title


Liste des édifices étudiés
 :

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, aire à battre, chai, chapelle, église, fontaine, vigneron, moulin, remise, tombeau

Description

La commune de U Poghju d'Oletta, dans le canton de la Conca d'Oru, est située au pied du massif de la Serra qui vient prolonger la dorsale en grande partie schisteuse du Cap Corse. Son point culminant, le Monte à a Torre à 852 mètres domine une vaste plaine alluviale encadrée au Nord-Ouest par le ruisseau de Brietta (frontière avec Barbaghju) puis de U Poghju (frontière avec Oletta dans sa limite basse) qui trouve son embouchure dans le port de San Fiurenzu. Cette plaine regroupe une grande partie des domaines du vignoble AOP de Patrimonio, elle témoigne d'une prospérité agraire très ancienne. Les limites Nord-est de la commune sont marquées par une séparation naturelle avec San Fiurenzu : les collines calcaires emblématiques de Silva Mala et du Sant' Anghjulu et les fameuses Stretti di U Poghju. Au sud, le col de Sant'Antonu à 743 mètres (frontière avec Furiani) domine le ruisseau de Santa Lucia et le Monte Canneghje à 665 mètres au dessus du hameau ancien de Romanacce (commune d'Oletta). Le village est constitué de plusieurs hameaux: U Poghju Supranu, Olivacce, Monticellu et Campu Galu dans la plaine. Le nom u Poghju est fréquent en Corse, il désigne selon le grec podium une petite hauteur.

"Dossier collectif Maisons" :

140 maisons INSEE ; 27 maison repérées ; 6 maisons étudiées

14,7% des maisons étudiées et repérées sont de la fin du Moyen Age ; 20,5% des maisons étudiées et repérées sont du 17e siècle ; 35,3% des maisons étudiées et repérées sont du 18e siècle ; 26,5% des maisons étudiées et repérées sont du 19e siècle ; 3% des maisons étudiées et repérées sont du 20e siècle

Les murs sont majoritairement en schiste enduit. Les toits sont traditionnellement en schiste mais beaucoup de maisons du 19e et du début 20e siècle sont couvertes de tuiles canal ou de tuiles mécaniques. Beaucoup de maisons sont remaniées.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit

Créateur

Andreani Christian ; Machline Sarah

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de la Conca-d'Oro

Temporal Coverage

De nombreux vestiges archéologiques (abris de Scaffa Piana) attestent d'une occupation humaine dès le Néolithique Moyen ( 3400 av J.C.) avec des activités agricoles diversifiées: élevage (porcs, moutons), artisanat (vannerie en joncs fossilisés avec restes de grains et de noyaux d'olives, céramiques, outillages)... De nombreux vestiges semblent attester d'une présence romaine importante. En 595, Grégoire Ier crée l'évêché du Nebbiu. On assiste à la construction de nombreuses chapelles notamment en plaine sur le territoire de la commune de U Poghju d'Oletta à partir du 7e siècle (San Vittoriu, San Quilicu, San Petru, San Bernardinu, San Ghjuvanni (?), San Parteu (?)). Au 9e siècle, après les incursions Sarrasines qui ravagent la région, on voit arriver dans le Nord-est de la Corse des lignées seigneuriales (Marquis) venus de Toscane, encouragées par la République de Pise. Ils développent des Castelli dès les 11 e -12 e siècles, en s'appuyant sur des familles de notables et de commerçants comme les Bagnaria, et entretiendront jusqu'au 13e siècle des conflits territoriaux avec les Pieve voisines (Ortu, A Marana et Custere). En 1091, l'évêché du Nebbiu dépend de l'archevêché de Pise. Puis en 1133, le Pape Innocent II donne le diocèse de Nebbiu à Gênes. On connait de nombreuses chartres attestant de donations de terres et de chapelles sur ce même territoire au Monastère de la Gorgone au 14e siècle puis jusqu'au 18e siècle à la Chartreuse de Calci. A partir de la Révolution, beaucoup de ses biens ont été vendus par la Chartreuse de Claci aux familles de notables et propriétaires de la région (famille Piazza, Cardi, Potentini, Gentile...). A la fin du 17e siècle, la commune compte 200 âmes. La population s'accroît 290 âmes en 1729 et jusqu'à 373 en 1787. La commune était depuis l'Antiquité cultivée en céréales, vignes, oliviers et châtaigniers. L'élevage était aussi important avec des zones d'estives et un bâti correspondant. Le bâti lié à la transformation de ces matières premières agricoles est présent sur la commune et a évolué de façon notoire au 19e siècle (moulins, pressoirs à vins, chais...). Les moulins, en particulier, grâce à des cours d'eau importants sont nombreux sur la commune. Début 20e siècle, la vigne se développe au détriment de la culture des céréales qui ont disparu à la fin 19e siècle. Au cours du 19e siècle, U Poghju d'Oletta connait un fort essor de population, elle passe de 378 habitants en 1806 à 540 en 1876. Le nombre d'habitants baisse ensuite, 334 en 1911, 223 en 1946...

Item Relations

This item has no relations.