Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Santa-Lucia-di-Mercurio

Titre

Santa-Lucia-di-Mercurio

Alternative Title


Liste des édifices étudiés
 :

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, chapelle, église, bergerie, fontaine, four, lavoir, moulin, remise, séchoir

Description

Santa-Lucia-di-Mercurio est formée du village principal qui domine la vallée du Tavignano et de 3 hameaux, Pian di Vallu, Pughjolu, Ghjelsa. Aujourd’hui, les terres sont pour la plupart recouvertes de maquis a part celles de Fiuminale où subsiste encore une activité agro-pastorale. Les maisons sont pour la plupart inhabitées surtout au village même. Au cours de notre inventaire nous avons pu constater que la partie la plus haute du village était « la plus récente » et c’est là où habitaient la plupart des grandes familles tel que les Tiberi, Fiuconi, Galvani et plus tard les Zuccarelli. Le bas du village Pian di vallu est lui plus ancien et se compose de petites maisons autrefois couvertes d’un toit plat. La partie la plus ancienne semble être l'ancien hameau de Borta, aujourd'hui devenu un quartier, où subsistent  seulement quelques ruines et linteaux de taille plus qu’imposante. Pour le reste, la commune se divise en différentes aires d’occupation dans les plaines (fiuminale) où l'on retrouve beaucoup de pressoirs a vin (d’après les habitants plusieurs ont été détruits), en s’approchant du village on retrouve les anciens jardins où subsistent quelques remises au toit en tuf. Toujours près du village, on trouve les oliveraies (le moulin a huile toujours existant se trouve dans le village), au dessus du village il y a quelques châtaigniers et des séchoirs témoignent encore de cette activité. Le reste des terres cultivées, environ 70%, étaient semées de blé comme le prouve bon nombre d’aires a blé présentes sur presque tout le territoire même en montagne. De plus, le village comptait un fabricant de chaussure, aussi appelé "scarparu" en corse, et des forgerons: d'ailleurs, nous avons retrouvé une forge conservée par les propriétaires dans son état d'origine, au hameau de Pian di Vallu ou selon la tradition orale, les habitants du Boziu venaient faire ferrer leurs chevaux.

"Dossier collectif Maisons" :

87 bâti INSEE; 35 édifices étudiés; 27 maisons repérées

Parmi les maisons repérées: 13,3% peuvent dater du 16e siècle ; 20% peuvent dater de la fin du 17e ou du début du 18e siècle ; 13,3% peuvent dater du 18e siècle ; 13,3% de la fin du 18e ou du début du 19e siècle; 13,3% du 19e siècle et 20% de la fin du 19e ou du début du 20e siècle. Parmi les 47 édifices étudiés, seulement 10 sont des maisons à proprement dites (21,27%): 20% peuvent dater du 16e siècle, 30% du 17e siècle, 10% du 18e siècle, 10% de la fin du 18e ou du début du 19e siècle et 30% du 19e siècle .

Parmi les maisons repérées, 86,66% ont un toit en tuile mécanique dont 53,84% sont à long pans, 6,67% ont un toit à deux pans et 20% ont un toit à un pan. Le reste des maisons repérées ont un toit en schiste ou en tôle. Parmi les édifices étudiés, 60% ont un toit en tuile mécanique; 30% ont un toit en schiste et 10% ont un toit en tuf.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon : ciment ; enduit ; maçonnerie

Matériaux de la couverture : tuile creuse mécanique ; schiste en couverture ; tôle ondulée

Créateur

Bernardi Jean-François ; Roy Marie-Dominique

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Bustanico

Temporal Coverage

L’histoire de Santa-Lucia-di-Mercurio remonte probablement à la préhistoire: en 1995, lors de travaux agricoles, une grande statue menhir de nature schisteuse, haute de 198 cm et de 45 cm de large, a été découverte. Le visage légèrement en biais laisse voir deux yeux réduits de part et d’autre d’un nez assez long et épais. Au moyen âge, il n’existe pas selon les documents de « piève du mercurio ». Un relevé de tailles de 1461 mentionne la piève de Talcini. D’autres documents du 13ème siècle parlent de Santa Lucia di Talcini. Mais d’où vient l’étymologie du nom MERCURIO ? Deux théories s’opposent : Dérivation directe du dieu Mercure ? Ou une dérivation du terme germanique « marche, limite, passage, col » ? Dans les formes écrites les plus anciennes(1365) ; c’est celle de Marchurio qui apparait (Santo Kyricho de Marchurio). Au cours du 16ème siècle, le territoire a du appartenir à la seigneurie des Amandaschi puisque les évêques génois parlent, vers 1530, de gentilshommes de Santa Lucia di Mercurio. Dans nos recherches nous avons constaté que la partie qui semble être la plus ancienne est le quartier de Borta, autrefois appelé hameau de Borta. C'est à ce même endroit que l'on retrouve ce qui  semble avoir été une ancienne maison tour, appelée encore aujourd"hui, "A Torra". Le hameau de pian di vallu (autrefois appelé hameau de Pianello comme en témoigne le Plan terrier) doit être à peine plus récent et c’était surement l’endroit où habitaient les plus pauvres du village: selon la tradition orale, ce hameau était destiné à l'élevage des animaux. Quant ‘au haut du village « a cima » c’était le village des notables (où se trouvait d’ailleurs la confrérie et l’église parroissiale). De nombreuses maisons gardent encore les traces de ces puissantes familles comme les Tiberi et puis les Zuccarelli qui firent construire de magnifiques maisons. D’après les recherches de Paulu Santu Parigi et de son mémoire "L'occupation de l'espace dans la Corse médiévale : les territoires de Santa-Lucia et de Castellare-di-Mercurio", il y avait sur la commune de Santa-Lucia-di-Mercurio 17 chapelles ruinées ou encore en état. Nous avons donc inventorié les chapelles où subsistait encore quelque chose. Il faut aussi remarquer que chaque hameau possède une chapelle voir plus ce qui témoigne du passé religieux très riche sur la commune. De plus, d'après les recherches de cette même personne, la commune de Santa Lucia di Mercurio étaient dressés 4 chateaux dont il ne reste que peu de construction : U Castelucciu, U Castelerellu, U Castellu di u Mercurio et U Castellu di I Mori. D’après la transmission orale, au lieu-dit Anchisa, se trouvait un ancien village qui aurait été abandonné à cause des attaques des aigles qui venaient prendre les jeunes enfants: il ne subsiste qu’une seule maison au milieu du maquis.

Geolocation

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking