Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Bustanico

Titre

Bustanico

Alternative Title


Liste des édifices étudiés
 :

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, aire à battre, bergerie, chapelle, cimetière, église, fontaine, four, maison, remise, séchoir, moulin

Description

Le village de Bustanico se situe dans le canton de Bustanico dans la piève de Bozio en frontière avec le Cortenais et la Castagniccia. La commune de Bustanico s’étend du lieu-dit Onagu (597m) mitoyen avec la commune d’Alando  jusqu’à la pointe des Caldane (1721m). La commune se compose, aujourd’hui, de parcelles de maquis, de chênes, châtaigniers et hêtres dans la partie la plus haute notamment. Autrefois, les terres recouvertes de maquis étaient vouées à la culture du blé qui était, avec le châtaignier, la principale ressource économique du village.

"Dossier collectif Maisons" :

66 bâti INSEE ; 12 repérées ; 32 étudiées

Parmi les maisons repérées : 8, 33% des maisons repérées peuvent dater du 16e ou 17e siècle (?) ; 8,33% du 17e siècle ; 8,33% du 17e ou du 18e siècle (?) ; 33,3% peuvent dater du 18e siècle (?) ; 33,3 % du 18e ou du 19e siècle (?) et 8,33% du 20e siècle. Parmi les édifices étudiés, seulement 8 sont des maisons à proprement dites (25%) : 8,33% peuvent dater du 16e siècle ; 8,33% du 16e ou du 17e siècle ; 8,33% du 17e siècle ; 25% du 18e siècle ; 8,33% du 18e ou du 19e siècle ; 8,33% du 19e siècle et 8,33% du 20e siècle.

Toutes les maisons repérées sont en schiste et enduites pour la plupart à la chaux. Les toits étaient initialement couverts en schiste (50% actuellement) mais aujourd'hui sont couverts de tuile mécanique (50%) suite aux remaniements. L'ensemble des maisons étudiées sont appareillées en schiste et moellon ; 87,5% sont couvertes de schiste contre 12,5% couvertes par de la tuile creuse mécanique.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit ; maçonnerie

Matériaux de la couverture : tuile creuse mécanique ; tuile plate mécanique ; schiste en couverture

Créateur

Bernardi Jean-François ; Roy Marie-Dominique

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Bustanico

Temporal Coverage

Bustanico est certainement un lieu important dans l’histoire de la Corse car c’est de là qu’en 1729 part la première révolte anti génoise du XVIIIème siècle. C’est à cause d’un homme appelé Cardone Defranchi que se déclenche la révolte de 1729. L’homme ne pouvant pas payer les impôts en constante augmentation refusa de donner plus au génois et le village entier le suivi dans sa démarche et les génois furent ainsi chassés. Par la suite les villages aux alentours se mirent à faire de même. Mais l’histoire de Bustanico ne commence pas là, dans l’antiquité déjà la commune actuelle était traversée par une importante voie de communication romaine comme le prouvent les sépultures romaines retrouvées au lieu dit E Schippiate. Au sein de l’église paroissiale construite au XVIIIème siècle se trouve un Christ en croix classé datant de la même époque. Plus récemment, en 1976, un événement qui bouleversera la commune et la corse entière sera à l’ origine d’un grand changement dans le centre corse. C’est le meurtre de deux bergers (Xavier et Pasquin Ruggieri) dans leur bergerie de Camperunacciu, au pied des Mufraghje, par un légionnaire qui avait fuit du camp de Corte. Ces événements ont contribué à la disparition de la légion à Corte et de son camp de redressement. La démographie du village quant à elle a augmenté considérablement du milieu du XVIIIème à la moitié du XIXème (199 habitants en 1732 contre 398 en 1851) puis a diminué pour atteindre en 1990, 66 habitants. L’économie du village était basée autrefois essentiellement sur la culture du blé et des châtaigniers. En 1780, 71% des terres de la commune sont cultivées et parmi elles, 58.9% sont des terres, 0.26% des vignes et 11.8% des châtaigniers. Et en 1862, 80% de la surface de la commune est cultivée dont 63.53% de terres et 16.5% de châtaigniers. Sur la commune subsistent encore des traces de ces activités passées comme des séchoirs à châtaignes en montagne ou bien de multiples aires à battre.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking