Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

ossuaire dit Sacr'arca di San'Chilgu

Titre

ossuaire dit Sacr'arca di San'Chilgu

Description

Sépulture collective constituée de deux chambres souterraines voûtées en berceau accessibles grâce à quatre trappes, fermées par des dalles de pierre. D'après la tradition orale, une chambre aurait été réservée aux enfants et aux ecclésiastiques, comme en témoignent les deux dalles de marbre gravées. La première semble représenter un enfant dans les bras de la mort et la seconde les attributs des hommes d'églises. Les deux portent la date de 1729. Les supports de ces dalles sont plus anciens et portent les inscriptions: in idipsum et requiescam dormiam in pace pour la première, donec mea veniat immutatio our la seconde. L'autre chambre aurait été destinée au reste de la population et comporte deux dalles de granite, autrefois deux simples dalles de marbre.

Créateur

Luciani Noëllie ; Massiani Sandrine

Date

1650 ; 18e siècle ; 20e siècle

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, 2B, Haute-Corse, Poggio-di-Venaco, N 42° 15' 25, E 9° 11' 09

Temporal Coverage

Sépulture collective où reposent les ossements mêlés, dans leurs compartiments respectifs, des ecclésiastiques, des hommes et des femmes babtisés ainsi que des non baptisés, de Poggio, Riventosa et Casanova, de l'ancienne pieve de Venaco. Cet édifice souterrain fut érigé hors de l'église paroissiale par les soins de l'archiconfrérie Cumpania del' Santissimo rosario del'Poggio-di Venaco, della chjesa parrochjale di San Chilgu autour de 1650. Il a été réaménagé en 1720 selon les formulations canoniques du Concile de Trente, afin de se prémunir des maladies contagieuses et des épidémies. La sépulture fut progressivement abandonnée à partir de 1804, date du décret impérial de Napoléon interdisant les sépultures collectives, mais on continua à l'utiliser jusqu' à la fin du 19e siècle. Elle fut restaurée par la commune en 1997. Les dalles de marbres qui ferment la sépulture ont été refaites à l'identique par des compagnons. Les originales sont conservées dans l'église paroissiale.

Provenance

propriété publique

Geolocation

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking