Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Lozzi

Titre

Lozzi

Alternative Title

Liste des édifices étudiés :

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, aire à battre, bergerie, chapelle, église, fontaine, four, maison, monument aux morts, pont, remise, séchoir

Description

La commune de Lozzi est située dans le Niolu, au nord ouest de la ville de Corte, dans le « Deça-des-Monts » ou « Corse cristalline ». Elle est nichée à 1 044 mètres d'altitude. Elle est dominée par le plus haut sommet de l'île, le Monte Cinto qui culmine à 2 706 mètres. La commune de Lozzi occupe le bassin versant de la rivière Erco qui prend sa source au Lac du Cinto (2 300 mètres) pour se jeter à Cuccia, dans le Golo, le plus grand fleuve de Corse. Le village comporte un écart Poghju di Lozzi. La commune a une superficie de 3079 ha.

"Dossier collectif Maisons" :

12.5% des maisons datent du 17e siècle ; 12.5% des maisons datent du 17e ou 18e siècle ; 5% des maisons datent du 18e siècle ; 45% des maisons datent du 18e ou 19e siècle ; 15% des maisons datent du 19e siècle ; 7.5% des maisons datent du 4e quart du 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle ; 2.5% des maisons datent du 18e siècle

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : granite ; pierre locale ; moellon ; enduit ; maçonnerie

Matériaux de la couverture : tuile creuse mécanique ; ciment amiante en couverture ; tuile creuse

Créateur

Benedetti Laura ; Hornung-Flori Antoine

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Niolu-Omessa

Temporal Coverage

Cette localité a souffert des guerres menées par l’Office de Saint-Georges contre les derniers seigneurs Cinarchesi au cours de la deuxième moitié du 15e siècle. La pieve du Niolu a été punis pour son soutient à la Seigneurie Leca. L’Office de Saint-Georges fait détruire les habitations et déporte la population. Ce n'est que le 7 novembre 1544 que les habitant du Niolu sont autorisés à regagné leurs terres. Le hameau d'Ercu détruit à cette occasion ne sera jamais reconstruit. En 1773 a lieu une révolte du Niolu contre les troupes françaises, elle est impitoyablement réprimée par les troupes du général Sionville et ses supplétifs corses dont François-Antoine Gaffori, fils de Jean-Pierre Gaffori. Le 23 juin 1774, Sionville fera pendre aux châtaigniers du couvent Saint-François-di-Niolu de Calacuccia, onze paysans Niolins dont Cesaru (dit Ciccione) et Raimondu Acquaviva de l'Acquale. Le plus jeune avait 17 ans. En 1793 la pieve de Niolu devient le canton de Niolo, dans le district de Vico et dans le département du Liamone. En 1811 le canton de Niolo, passe dans l'arrondissement de Corte, Golo et Liamone fusionnent pour ne former qu'un seul département, celui de Corse. En 1973 de nouveaux cantons sont créés dont le canton de Niolu-Omessa, créé avec la fusion imposée des anciens cantons d'Omessa et de Calacuccia. Calacuccia en est le chef-lieu. En 1975 Calacuccia est dans le département de Haute-Corse nouvellement créé, l'île étant divisée en deux départements. La commune compte 568 habitant en 1729, 667 habitants en 1770, 572 en 1818. 971 en 1851. La population atteint son niveau le plus élevé en 1906 avec 1204 habitants puis décroît. 1104 en 1921. 769 en 1946 et 136 en 1990. En 2011 on compte 126 habitants selon l'INSEE.

Geolocation

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking