Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Rospigliani

Titre

Rospigliani

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, presbytère, école, maison, église, fontaine, four, moulin, remise, séchoir

Description

La commune de Rospigliani est l'une des 7 communes du canton de Vezzani. Elle est située à 655 mètres d'altitude, avec une densité de population de 8,6 habitants au km², sachant que la commune s'étend sur 9,8 km².. Les principal cours d'eau qui traverse la commune est le Ruisseau de Tragone. La commune ne contient pas d'écarts ni de hameaux. La lisibilité du bâti est aujourd'hui très réduite à cause des nombreux remaniements qu'ont subit les édifices.

"Dossier collectif Maisons" :

76 bâti INSEE ; 7 repérées ; 9 étudiées

8 % des maisons datent du 18e siècle, 70 % datent du 19e siècle et 22 % datent du 20e siècle. 

Les maisons sont en moellons de schiste et leurs toits sont traditionnellement couverts de schiste. Aujourd'hui, quasiement tous les murs sont recouverts d'enduit et les toits de tuiles.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit ; maçonnerie

Matériaux de la couverture : schiste en couverture ; tuile creuse mécanique ; tuile plate mécanique ; tôle ondulée


Créateur

Fresi Laura ; Mosso Jérôme

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton de Vezzani

Temporal Coverage

La commune de Rospigliani est rattachée à la piève civile de Rogna. Elle appartient à la juridiction et au district de Corte. La piève Religieuse de Rogna, appartient au Diocèse d'Aléria, avec comme vocable Saint Martin. En 1793, Rospigliani passe au Canton de Castello qui prend le nom de Sorba. Depuis 1828, elle fait partie des sept communes du canton de Vezzani. Les recensements démographiques entre 1586 et 1726, ne donnent pas d'indication sur la population. Il faut attendre 1729, pour avoir une première information, précisant que la population s'élève à 72 habitants. En 1787, 107 habitants. On remarque qu'en 1790, une baisse démographique après la Révolution, indiquant 40 habitants. Il faut attendre 1810 pour voir la population monter à 161 habitants. On remarque tout au long du 19e siècle une progression démographique, qui aboutit en 1861 a 354 habitants. Ce chiffre constitue la pus forte démographie qu'ai connu la commune. Celle-ci chute à partir de la fin du 19e et tout au long du 20e siècle, pour atteindre son taux le plus bas en 1990, avec seulement 62 habitants. A ce jour, le dernier recensement de 2009 nous indique que la commune compte 84 habitants. Selon le Plan Terrier dressé en 1779, la commune de Rospigliani appartenant au département du Golo, a pour limite Altiani, Foccichia, Vezzani, Pietroso, et Noceta. Les ressources principales étaient l'agriculture, même si celle-ci reste relativement une agriculture de survivance et non destinée au commerce. On y sème principalement du seigle et de l'orge. Pour ce qui est de l'élevage, on recense comme espèces les plus connues : chevaux, bœufs, chèvres, et porcs. On dénombre comme espèces d'arbres qui croissent sur la commune, des arbres fruitiers, mais principalement des châtaigniers. En ce qui concerne le règne minéral, la commune possède plusieurs carrières de pierres, qui sont à la fois propre à la chaux et à bâtir. On dénombre également des ardoisières. Les habitants vivaient étroitement du peu de produits des terres et des troupeaux, sachant que la commune est trop éloignée de la mer, et les voies de communication jusqu'en 1870, étaient restreintes. En 1870, l'ouverture d'une nouvelle route a permis de rendre le village plus accessible. En 1886, la commune de Rospigliani et celle de Noceta ont été redécoupées pour permettre la constitution d'une nouvelle commune qui est celle de Casevechie. L'histoire du village est rattachée à la pratique de la transhumance d'estive. Les plus anciens bâtis de la commune ne remontent qu'au 18e siècle. Les traces d'implantation antérieure ont disparues ou ne sont plus visibles aujourd'hui. Il faut néanmoins mentionner le tournant qu'a connu le village au 19e siècle, période où la densité de population est la plus importante, comme le prouve en 1846 un renseignement statistiques sur les églises et presbytères de l'arrondissement de Corte, précisant que l'église est trop petite pour la population et qu'il faudrait ainsi l'agrandir. Celle-ci étant en trop mauvais état, la décision est prise en 1896 de construire une nouvelle église, dans le cœur du village, alors que l'ancienne se trouvait au-dessus de route. Il nous faut préciser qu'à partir de 1843, l'église de Rospigliani est érigée par ordonnance royale en église succursale. L'église paroissiale restée celle de la commune de Noceta toute proche. Au 19e siècle, un nouveau quartier se crée autour de la nouvelle route ouverte en 1870, avec des habitats typiques de cette époque, notamment des maisons de notables. La présence de carrières de pierres ont permis d'ériger le cimetière en 1872. Les habitants de la commune ont du connaitre une certaine prospérité au vu du changement du type d'habitat. Le patrimoine industriel de la commune est très restreint, on ne compte aujourd'hui plus aucun moulin en activité, seuls deux possèdent encore leur meule d'origine. On dénombre trois fontaines dans le village, celle qui alimente principalement le village est la fontaine de Prato. Celle-ci est déjà mentionnée dans le plan Terrier, comme la fontaine la plus abondante du village. Les différents cadastres signalaient plusieurs fours à pain dans la commune, seuls trois sont encore visibles aujourd'hui, mais aucun est en activité. Sur l'ancien cadastre dressé en 1870, des ruines d'une ancienne église sont mentionnées, avec pour vocable "San Sisto", mais celles-ci ont complètement disparues aujourd'hui.

Geolocation

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking