Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Volpajola

Titre

Volpajola

Sujet

Haute-Corse, 2B, patrimoine, inventaire, bâti, gendarmerie, maison, chapelle, école, église, mairie, fontaine, gare, mairie, moulin, remise, tombeau

Description

La commune de Volpajola se situe dans le canton de l'Alto-di-Casaconi, elle est rattachée à la communauté de communes de Marana-Golo. Sa superficie est de 13,03 km². Le point culminant de la commune est la Punta a la Madia à 1231 mètres au point nord de la commune. Tout le territoire est en pente raide jusqu'à la vallée du Golo à environ 100 mètres d'altitude. Sur ces pentes, on voit les restes des terrasses témoignant des cultures céréalières d'autrefois. Les châtaigniers et les oliviers sont aussi encore présents. La vallée du Golo sépare au sud Volpajola des communes de Campile et de Prunelli-di-Casaconi. Au nord-est, se trouve la commune de Scolca et au nord-ouest, la commune de Campitello. Les nombreux cours d'eau sillonnent ces pentes raides forment des vallées: Cipetto, Vallitrave qui prend ensuite le nom de Puretto, Vadella qui prend le nom de Nocetto et Pila qui devient Cannetto. Le village et ses hameaux (Volpajola, Quarceto, Torra, Costa Sorbo, Casellaje et Trave) se situent autour du cours du ruisseau de Vallitrave entre 350 et 400 mètres d'altitude. Un autre hameau plus récent, Barchetta se situe le long du Golo. C'est ici que c'est installé l'usine de tanins de Barchetta. C'est aussi un carrefour important permettant de traverser le Golo pour atteindre les communes au sud et d'aller vers Bastia et vers Corte. On y trouve aussi la voie ferrée.

"Dossier collectif Maisons" :

218 maisons INSEE ; 16 repérées ; 23 étudiées

2,5% des maisons étudiées et repérées datent du 16e siècle, 23% du 17e siècle, 43,5% du 18e siècle, 28,5% du 19e siècle, 2,5% du 20e siècle.

Les murs sont majoritairement en schiste. Les toits sont traditionnellement couverts de lauzes de schiste.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : schiste ; moellon ; enduit

Matériaux de la couverture : schiste en couverture

Créateur

Andreani Christian ; Machline Sarah

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Haute-Corse, 2B, Canton d'Alto-di-Casaconi

Temporal Coverage

La commune de Volpajola faisait parti avant la conquête Française, de la Pieve de Bigorno. Le territoire est mentionné dans le Plan Terrier sous la dénomination de Costiera. Son nom évoque une côte raide avec un fort dénivelé (plus de 1100m de dénivelé en 5 km à vol d’oiseau). La Pieve de Bigorno est divisée depuis le début du 16e siècle en trois terzeri : (Di quà, di mezo,di là ) qui correspondent à trois vallées différentes. Toujours au 16e siècle, dans sa « Description de la Corse », Mgr Giustiniani indique pour la commune: « La Volpajola , Lo Carcheto ». Autour de la chapelle San Biaggio ruinée aujourd’hui (dont les pierres ont été réutilisées pour construire le tombeau de la famille Vescovati), on trouvait les anciens hameaux de Chiovini, d’Abbe, de Trovindi, de San Biaggio, de Pila, de Piano et de Teddi qui devaient constituer Volpajola au 16e siècle, la population devait être alors plus importante et les maisons plus nombreuses. En 1568 un registre de taglie du Civile governatore indique : La communauté « de la Volpagiola » se compose de « Lo Quereccieto (ou Quarceto), Trave, lo Piano, la Costa dite aussi Capella Santo Cisario de la Gulpajola ou Golpachiola de Bigorno, plus tard Santissima Annuntiata ... La pieve est très abondante en cours d’eau qui donnent tous dans le Golo. Elle produit des céréales, du bétail, et un peu de châtaignes ». La forêt de Stella, fournit du bois pour la construction des bateaux. En 1646, la visite pastorale de Mr Marliani signale à une demi-heure de marche sur une crête (Teddi), l’existence des ruines de la chapelle San Martino. Il signale aussi l’église San Cesario comme l’église paroissiale en titre mais éloignée, on y disait donc la messe seulement le dimanche et on y enterrait les morts. Elle est transformée par la suite en tombeau de famille. A cette époque, on compte 350 âmes. Le Démembrement de juillet 1769 fait état de 334 habitants, de productions agricoles (froment, orge, vin, olives, châtaignes), on peut d'ailleurs noter la présence de nombreux moulins (environ 11) qui attestent de la fabrication de farine de céréales et de châtaignes et d'huile d'olive. En 1803, un questionnaire fait état d’un certain nombre de données sur la communauté de Volpajola: « exposé au midi, pierreux et moyen pour la culture, 70 immeubles de la pierre et de la terre (glaise), il n’y a pas de biens communaux dans la localité … » et laisse apparaître une grande pauvreté de celle ci, malgré le fait qu’elle produise presque tout, les récoltes ne sont pas suffisantes pour les besoins. Des recensements de la population font état de 346 habitants en1803, de 384 en 1818, de 549 en1849, avec une répartition à peu près égale sur les trois hameaux, le centre du village étant plus important. On assiste ensuite à un certain développement économique de la commune notamment dans l’agriculture. Le hameau de Barchetta compte alors 7 habitants, deux familles : aubergistes et bateliers passeurs en barque du Golo, pour accéder à la pieve d’en face. L’arrivée de la ligne de chemin de fer en 1880 et la construction de l'usine de tanins de Barchetta entre 1899 et 1907 change la physionomie de la commune. Cette usine est active jusqu'en 1963. Barchetta qui était un tout petit hameau devient un point important de la commune. De nombreux ouvriers y travaillent. Les témoignages de cette activité sont encore visibles: l'usine et ses dépendances, les maisons « ouvirières », la gare... En 1911, peu de temps après que l'usine soit achevée, la population a augmenté jusqu'à 679 habitants, elle augmentera encore jusqu'à 743 en 1926 puis diminuera à partir de la fin de la guerre (491 en 1946).

Sources :

- A.D. Corse du Sud ;
- "La communauté de Volpajola vers 1800 et une brève analyse de sa population au XIXème siècle" Jean Orsini ;
- "Volpaiola par l’abbé Gabrielli", BSSHNC. Bastia 1924 ;
- "Description de la Corse" Agostino Giustiniani . Ed Alain Piazzola. 1993 ;
- "Les Eglises Romanes de Corse" Geneviève Moracchini-Mazel)

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking