Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Villanova

Titre

Villanova

Sujet

Corse-du-Sud, 2A, patrimoine, bâti, inventaire, aire, caserne, école, poste, mairie, croix, église, fontaine, four, lavoir, maison

Description

Villanova est constitué du village proprement dit et de 4 hameaux : San Fedeli, Poghju, Scaglioli et I Costi di Villanova en bord de mer dans le golfe de Lava. Les 351 habitants de Villanova vivent sur une superficie totale de 11,3 km2 (1) avec une densité de 31,2 habitants au km2 (1) et une altitude moyenne de 220m. La commune de Villanova est desservie par la route départementale D261 et est limitrophe aux communes d’Alata à l’est et d’Ajaccio au sud. Villanova dispose d’une façade maritime au sud (golfe de Lava). Irriguée par de nombreux ruisseaux dont les plus importants sont Vignola et Valle Buja, la commune est entourée par 4 massifs : Punta d’Aquilone au nord, Punta Lisa (790 m) au sud, Punta Pozzo di Borgo (771m) au sud-est, Punta di l’Avena à l’ouest.

(1) INSEE – Résultat du recensement de la population (2009). Consulté le 25 juin 2013 de http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/esl/comparateur.asp?codgeo=COM-2A351

"Dossier collectif Maisons" :

252 bâtis INSEE ; 8 repérés ; 30 étudiés

1% des maisons repérées et étudiées datent du 18e siècle, 80 % du 19e siècle et 19% du 20e siècle.

Toutes les maisons sélectionnées et repérées  sont en granite. Les toits sont couverts pour la plupart de tuiles creuses.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : granite ; moellon ; pierre de taille ; brique ; enduit ; enduit partiel ; argile

Matériaux de la couverture : tuile creuse ; tuile creuse mécanique ; tuile flamande ; tuile mécanique

Créateur

Benedetti Davia ; Cosimi Lyvia

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Corse-du-Sud, 2A, Canton d'Ajaccio VII

Temporal Coverage

Sur l’actuel territoire de Villanova se trouvent des traces d’habitations remontant à la plus haute Antiquité et sans doute à la Préhistoire. En effet, on y a découvert un certain nombre de Taffoni (abris sous roche). La toponymie atteste de la présence passée des Celtibères, des Carthaginois et des Romains (2) : l’ancien village du 9e siècle nommé Vicchione s’appelait à l’origine Ve-ghione, nom d’origine celtibère. Le lieu-dit Campu d’Unicu est la déformation de Campu Punicu qui rappelle l’occupation carthaginoise, A Punta d’Aquilone pourrait avoir pour origine un camp romain, le camp des aigles (2). D’après la tradition orale, au 9e siècle, Vicchione et le golfe de Lava subissent les invasions sarrasines : les maisons de Vicchione et de Campu d’Unicu sont rasées et une partie des habitants est emmenée en esclavage. Les rescapés se réfugient dans la chaîne de Lisa (790 mètres) qui surplombe le village actuel. Le sentier A Stretta di i Mori, encaissé entre deux murs qui relient la mer et l’ancien village de Vicchione et qui débouchent au clocher de Villanova, serait celui qu’empruntaient les envahisseurs maures jusqu’au 16e siècle. Au 14e siècle, sous la conduite de la veuve d’un seigneur de Lisa, les réfugiés de Lisa auraient fondé Villa-Nuova (Ville nouvelle) autour de la source d’A Murgana, fontaine actuelle du village. Villanova commence à apparaître sur les cartes de Corse dès 1506 et le village est dessiné sur le Plan Terrier. A l’époque moderne les habitants de Villanova vivent de l’agriculture et l’élevage ; des vestiges d’aménagement agricole (aghje, fours etc.) restent visibles. Jusqu’en 1862, Villanova et ses hameaux sont rattachés aux communes d’Ajaccio et Alata (1). Ensuite, Villanova, avec 1 134 hectares et 325 habitants, devient une commune rattachée au canton de Corse du Sud dès 1975 (1). Le village se dépeuple lors de la première guerre mondiale puis, après 1918, avec l’émigration vers le continent français et les colonies. En 1942, il est occupé par les italiens et un réseau de résistance s’y développe. Après 1945, le village continue de se dépeupler souvent au profit d'Ajaccio. Avec le goudronnage de la route entre 1950 et 1960 et l’arrivée de l’eau courante dans les maisons au cœur du village en 1964, la population s’établit à Villanova de manière durable (source orale : Dominique Bianchi, ancien maire de Villanova). A partir des années 1990, Villanova se repeuple plus largement, notamment avec la construction du hameau en bord de mer, I Costi di Villanova. On compte en 1921 : 435hab ; en 1964 : 162hab ; en 1982 : 171hab ; en 1990 : 240hab (1) et en 2009 : 351hab (3).

(1) Casta, François Abbé (1993). Paroisses et communes de France, Corse. Paris : CNRS.
(2) Rapport de la Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien, consulté le 25 juin de http://www.ca-ajaccien.fr/connaitre-la-capa/les-communes/villanova
(3) INSEE – Résultat du recensement de la population (2009). Consulté le 25 juin 2013 de http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/esl/comparateur.asp?codgeo=COM-2A351

Item Relations

This item has no relations.