Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Afa

Titre

Afa

Sujet

Corse-du-Sud, 2A, patrimoine, bâti, inventaire, chai, remise, presbytère, maison, école, église, fontaine, lavoir, four, café

Description

La commune s’étend sur une superficie de 1192 hectares et est limitrophe de 4 communes : Alata au sud-ouest, Ajaccio au sud, Sarrola-Carcopino à l’est et Appietto au nord. Une partie du rocher du Monte Gozzi borne la limite d’Afa au nord et une partie de la RN 194 ferme sa limite sud. A l’ouest et à l’est, le contour communal emprunte tantôt le lit du cours d’eau (A Giunchiccia, U Stagnolu, U Mandriolu, A Valle Piate), tantôt une partie du chemin des lignes topographiques fortes (les lignes de crêtes et collines).

"Dossier collectif Maisons" :

2 152 bâtis INSEE ; 9 repérés ; 22 étudiés

1% des maisons repérées et étudiées datent du 18e siècle, 80 % du 19e siècle et 19% du 20e siècle.

Toutes les maisons sélectionnées et repérées  sont en granite. Les toits sont couverts pour la plupart de tuiles creuses mécaniques.

Matériaux du gros-oeuvre et mises en oeuvre : granite ; moellon ; pierre de taille ; brique ; enduit ; enduit partiel ; argile

Matériaux de la couverture : tuile creuse ; tuile creuse mécanique ; tuile flamande ; tuile mécanique

Créateur

Benedetti Davia ; Cosimi Lyvia

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, Corse-du-Sud, 2A, Canton d'Ajaccio VII

Temporal Coverage

Le Plan Terrier indique que jusqu’au milieu du 19e siècle Afa faisait partie intégrante de la commune de Bocognano. On retrouve, sur le terrain, des traces de la réunion de ces deux communes actuelles. Ces traces concernent essentiellement une activité pastorale. L’habitat le plus ancien est généralement dispersé, conséquence de l’activité temporaire qui était liée au pastoralisme (Casanova, 2008 (1)). Ce n’est qu’avec la création de la commune d’Afa érigée en 1851 (Casta, 1993 (2)) (5) que l’habitat se regroupe autour du bourg central. Afa se compose d'un bourg central : Afa Ogliastrone et de trois hameaux : Piscia Rossa, Pastriccialoni et une partie de Baleone. La sédentarisation à entrainé l’expansion de l’agriculture, orientée principalement vers la viticulture, l’oliveraie, les cultures maraichères et les agrumes. Cette activité n’est plus représentée, actuellement, que par l’exploitation de quelques vignes et surtout l’élevage bovin et ovin. La population qui s’élève en 1856 à 478 habitants augmente en 1886 pour atteindre son maximum au cours du 19e siècle avec 1072 habitants. Elle décline durant la première moitié du 20e siècle pour atteindre 606 habitants en 1946. La guerre et l’exode sont les principaux facteurs de l’importante décroissance démographique que subit la commune. La tendance s’inverse à la fin du 20e siècle : on compte 1726 habitants en 1990 : (Casta, 1993 (2)). La population se stabilise au 21e siècle autour de 2949 habitants en 2010 (INSEE, 2010 (3)). Afa est la piaghja (plaine) de Bocognano, où les bergers transhumaient l’hiver. Les rapports entre plaine et montagne ont pu être à un certaine moment le reflet de l’existence d’une communauté de bergers qui falava à fà in piaghja (descendait faire en plaine) : expression qui pourrait, selon la tradition orale être à l’origine du nom de Afà (Muffragi, 1981 (4)). Le nom du village pourrait également venir de l’italien afa (chaleur étouffante) ayant pu avoir été attribué par les travailleurs immigrés italiens.

(1) Casanova Laurent (2008). Rapport de fouille de la commune d’Afa.
(2) Casta, François Abbé (1993). Paroisses et communes de France, Corse. Paris : CNRS.
(3) INSSE – Résultat du recensement de la population (2010). Consulté le 12 mai 2013 de http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/commune.asp?an nee=2010&depcom=2A001
(4) Mufraggi, Mathilde (1981). De l'origine de la commune d'Afa : les hommes et les cadres économiques, sociaux et politiques. Mémoire de maîtrise. Nice : Université de Nice UFR Lettres et Sciences Humaines.
(5) Guide de la Corse mystérieuse (1968). Paris : Claude Tchou éditeur. coll. Les guides noirs.

Item Relations

This item has no relations.