Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Eglise de San Michele de Ortiporio

Titre

Eglise de San Michele de Ortiporio

Sujet

inventaire, architecture, archéologie, culte, édifice, médiévale, appareillage, complexe, équarri, Casacconi

Description

L’église de San Michele de Ortiporio est localisée dans le hameau de Pianelli, à dix minutes de marche du village de Ortiporio.

Elle se présente avec plan rectangulaire (5, 60x 8,53 m.) avec une nef unique et une abside voûtée orientée.
L’édifice, qui se présente en bonne partie recouvert d’une superficie d’enduit, se caractérise, dans la partie inferieure de l’abside par un appareillage à rangées alternées avec des éléments disposés en lit et en délit. La pierre se présente soigneusement travaillée, les joints sont assez réguliers, constitués de minces couches de mortier. On dénote aussi des marques laissées par les outils (pointe ou piquet pour le nivellement de la surface et non ciseau droit pour la ciselure des bords).

Les côtés de la nef, auxquels ont été rajoutées successivement trois contreforts de modeste section, sont presque entièrement crépis en revanche où l’enduit est désormais lacunaire sont visibles portions de maçonneries caractérisée par des matériaux, principalement en schiste, qui ne sont pas travaillés, obtenus par simple débitage. Dans la portion inférieure de la façade occidentale est remarquable le remploi de la pierre de taille soigneusement travaillée provenant de la primitive phase de construction de l’édifice. Les dalles sont ici disposées de façon irrégulier et liées avec un abondant mortier de chaux, par contre dans la partie sommitale nous retrouvons le même appareillage irrégulier, observé dans les murs de la nef.

Les entrées sont en nombre de deux. Celle dans la façade principale ouest est caractérisée par un linteau monolithe évidé en sa partie centrale selon un arc au tracé plein cintre surbaissé délimitant un tympan nu. Ceux ci, comme les dalles des piédroits sont le résultat du remploi comme est bien observable depuis leur grossière mise en place. Identiques considérations pour l’entrée sud constituée d’un mince linteau monolithe surmonté d’un arc en plein cintre.

Les ouvertures sont en nombre de deux : celle de deuxième phase de la façade occidentale et celle de l’abside qui est recouverte de crépi.
Un modeste clocher s’élève au sommet de la façade principale.

Créateur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : phase I courant du du 12e siècle , phase II 15e -16e siècles

Référence bibliographique

CAMUFFO P., 2012, Gli edifici di culto medievali nella valle del Golo. Analisi archeologica sull’evoluzione delle tecniche murarie in pietra tra XI e XVI secolo, thèse de doctorat soutenue à l'Université de Corse.

MORACCHINI-MAZEL G., 1967, Les églises romanes de Corse, Paris, pp. 240-241.

Spatial Coverage

Commune : Ortiporio
Référence carte IGN : 4349 OT
Coordonnées Lambert : X : 576302 Y : 4241734
Altitude : 559 m
Références cadastrales : 2012 C 813

Temporal Coverage

L'analyse archéologique de l’église de San Michele de Ortiporio montre deux fondamentales phases de construction de l’édifice.

Sur la base de l’étude des rapports stratigraphiques d’antériorité et de postériorité des maçonneries la phase primitive serait reconnaissable dans la portion inferieure de l’abside où est encore visible une typologie de maçonnerie à dalles équarries de petites dimensions, disposées en lit et en délit, dont la cathédrale de Santa Maria Assunta e l’église de San Parteo a Lucciana sot l’exemple le plus significatif.
Sur la base comparative, la première construction de l’église de San Michele de Ortiporio serait attribuable au XIIe siècle. La deuxième phase concernerait les restants murs de la nef en direction ouest et la façade occidentale. Le changement de technique constructive, caractérisé ici par une maçonnerie irrégulière à moellons à peine retouchés où informe, liés avec abondant mortier de chaux, reprochable au contexte tardif du XVe et XVIe siècles, pourrait être le témoignage d’une importante réfection de l’édifice dans une période successive.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking