Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Baptistère de San Giovanni Battista de Rescamone

Titre

Baptistère de San Giovanni Battista de Rescamone

Sujet

inventaire, architecture, culte, édifice, médiévale, appareillage, baptistère, Rostino, Rescamone, équarri, octogonal

Description

Le site archéologique comprenant l’église de Santa Maria di Rescamone et le baptistère de Saint-Jean-Baptiste est situé sur un plateau, carrefour des routes muletières, isolé dans la campagne à environs vingt minutes de marche du hameau de Valle.

Le baptistère qui a subi une sorte d’éclatement suite à un glissement de terrain se présente avec un plan octogonal d’environ onze mètres de diamètre. La toiture, dont la typologie est reproduite dans un dessin du major Kerenveyer lors de son passage sur le site en 1771 (AMBROSI 1929), est désormais perdue. Objet de consolidation et reconstruction autours des années ’50-60, l’édifice est conservé en élévation pour une hauteur de quatre mètres environ.

La maçonnerie se caractérise par une différenciation nette entre les faces externes et le noyau interne constitué de moellons non travaillés et écailles liés avec du mortier. Ici l’épaisseur des moellons est encore très importante (entre 70 et 80 cm), avec la distinction entre les parements externes et le noyau interne. Les dalles en schiste gris foncé sont de moyennes et de grandes dimensions et disposées de manière semi-régulière et parallèle. On remarque parfois le dédoublement des assises et la présence d’éléments de petites dimensions disposés verticalement pour régulariser les rangées. Les claveaux sont parfaitement équarris, les joints très fins, les marques laissées par les outils (pointe, piquet) sont encore visibles. Les trous de charpente sont outrepassants et parfois ils résultent d’une entaille dans l’angle des dalles (joints à L). Malheureusement, une grande partie du revêtement en pierre de taille a été enlevée et réutilisée ailleurs.

A l’intérieur de l’édifice et le long de son périmètre externe se trouvent, au sol, les restes de la maçonnerie écroulée ainsi que deux tympans semi-circulaires qui ont été murés au sol. Un représente en faible relief Adam et Eve et l’arbre du péché (décor que nous retrouvons aussi dans le tympan occidental de l’église de San Quilico de Cambia), l’autre un serpent en train de se mordre la queue.

Les deux entrées, ouest et nord, sont très dégradées, il reste que les seuils et les bases des piédroits moulurées. Les ouvertures sont en nombre de quatre : deux avec linteau monolithe avec arc en plein cintre, deux en arc brisé. Au dessous du soubassement du bas des murs est encore visible une corniche avec profil mouluré qui se poursuit sur tout le périmètre de l’édifice. Dans la partie sommitale est observable une corniche réalisée en blocs monolithes rectangulaires échancrés en plein cintre soutenues par des petites consoles sculptées et moulurées.

Créateur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : 12e siècle

Référence bibliographique

CAMUFFO P., 2012, Gli edifici di culto medievali nella valle del Golo. Analisi archeologica sull’evoluzione delle tecniche murarie in pietra tra XI e XVI secolo, thèse de doctorat soutenue à l'Université de Corse.

CORONEO R., Chiese romaniche della Corsica, Cagliari, p. 167, 171-172.

MORACCHINI-MAZEL G., 1967, Les églises romanes de Corse, Paris, pp. 123-125, 293.

MORACCHINI-MAZEL G., 1972, Corse romane, Saint-Léger-Vauban, pp. 55-58.

MORACCHINI-MAZEL G., 1982, Les églises pievanes de Corse de l’époque romaine au Moyen Age, XI - La pievanie de Rescamone, in “Cahiers Corsica” 98-99, pp. 1-28.

MORACCHINI-MAZEL G., Corsica Sacra, 2004, Portovecchio, pp. 207-208

Spatial Coverage

Commune : Valle di Rostino
Référence carte IGN : 4349 OT
Coordonnées Lambert : X :570701 Y : 424010
Altitude : 487 m
Références cadastrales : 2012 G 41

Temporal Coverage

Le baptistère de San Giovanni Battista de Rescamone se trouve dans un très mauvais état de conservation et sa lecture architecturale est donc partiellement compromise.
Sur la base de l’observation de la typologie d’appareil ainsi que des éléments stylistiques et formels (décor et typologie d’ouverture) il nous paraît envisageable de rapprocher le baptistère de certains édifices insulaires attribuables à l’horizon chronologique du XIIe siècle (Sant’Agostino de Bigorno, Sant’Andrea de Fabbrica, San Sarsorio etc.)

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking