Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

glacière

Titre

glacière

Description

Edifice de forme «ovale» avec sur la face nord-ouest deux ouvertures voutées en plein cintre appareillées de claveaux de schiste permettant d’accéder à deux profonds puits. Il s’agit de deux énormes trous circulaires d’environ 6 mètres de diamètre et 6 à 8 mètres de profondeur. Chaque puits est surmonté d’une très haute arche soutenant le toit. Présence de niches internes et de trous de boulins en façade.

Créateur

Gaffory Véronique; Giuliani Audrey

Date

17e siècle (?)

Droits

(c) Collectivité Territoriale de Corse ;  (c) Università di Corsica Pasquale Paoli

Spatial Coverage

Corse, 2B, Haute-Corse, Ville-di-Pietrabugno, Nivera Nuova
42°43'26.62, 9°25'6.77

Temporal Coverage

Cet édifice architectural servait à conserver la neige jusqu’à la saison chaude, le but étant de fournir de la glace aux hôpitaux de la ville et aux familles aisées friandes de boissons fraîches et soucieuses de conserver leurs denrées. De grandes quantités de neiges superposées de fougères afin de faciliter l’extraction étaient conservées dans de profonds puits. La nivera de Ville di Pietrabugno apparaît dans des documents juridiques dès 1632. Elle fait l’objet d’un procès entre le propriétaire Pietro di Giovan Francesco di Bastia et Giovan Matteo, fils de Oratio di Canale qui aurait vendu de la glace à l’insu du propriétaire. La nivera apparaît une seconde fois en 1651 : un responsable de l’administration génoise donne l’ordre à la communauté de Pietrabugno de remplir la glacière. En 1839, le propriétaire Sauveur Galeazzini, conseiller à la Cour Royale, demeurant à Bastia, refuse l’établissement d’une troisième glacière sur le territoire. Tel est le cas du propriétaire de la seconde glacière, l’avocat Etienne Camoin-Vence. Dans une lettre écrite adressée au Préfet de Corse datant du 15 aout 1839, tous deux précisent : « Elles font travailler convenablement les gens de la commune de Ville, employés soit à recueillir la neige pour remplir les vases, soit à les transporter à Bastia. Nous nous opposons à la demande de Chiersa François, cafetier, car deux suffisent ». Enfin, un acte juridique du 6 juillet 1859 prouve que celle-ci est toujours en activité car Sauveur Galeazzini loue la nivera à Francesco Michele Graziani de San Martino pour un loyer de 14 francs annuel qui pourra la vendre au détail. Son activité baisse jusqu’à disparaître avec l’arrivée de l’électroménager moderne

Provenance

propriété communale

Item Relations

This item has no relations.