Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

ancienne église paroissiale, actuellement chapelle Saint-Cyriaque dite San-Ciriaco

Titre

ancienne église paroissiale, actuellement chapelle Saint-Cyriaque dite San-Ciriaco

Description

Édifice de plan allongé à chevet plat. Située dans le cimetière communal actuel, la chapelle présente une entrée couverte d'un arc cintré de pierres appareillé en claveau et une fenêtre haute. A l'intérieur de l'édifice, trois ouvertures au niveau du sol, anciennement fermées par des dalles de cipolin, desservent les deux grandes fosses communicantes de la sépulture profonde de 2,30 m. 11,80 m par 6,30 m. Trous de boulins.

Créateur

Chiari Laurent ; Laborde Mathieu

Date

15e siècle (?) ; 1560 ; 1818

Droits

(c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse

Spatial Coverage

Corse, 2B, Haute-Corse, Lugo-di-Nazza, 42° 4' 19'', 9° 18' 13''

Temporal Coverage

Ancienne église paroissiale pouvant dater du 15e siècle. Mentionnée pour la première fois en 1560 en tant qu’église paroissiale pour remplacer la chapelle San Quilicu au lieu-dit Nazza, Mgr Mascardi la décrit en 1589 lors de sa visite : « San Ciriaco est distant des habitations d’un quart de mille. On y accède par cinq marches. L’église est assez grande pour contenir le peuple mais elle est mal crépie et elle est un peu sombre, éclairée seulement par deux fenêtres. Elle possède deux portes côté de l’Evangile ; l’autel est sous une tribune en bois, surmonté d’une ombrelle mais dépourvu de croix. Il n’y a pas de clocher mais deux cloches suspendues à un portique, près des maisons. […] On n’enterre pas dans l’église San Ciriaco et il n’y a pas de cimetière autour ». Ancienne sépulture collective (« l’arca ») utilisée jusqu'au début du 20e siècle, elle est rétablie en 1820 d’après les archives de la commune. Des fouilles archéologiques ont révélé une tombe aménagée à l’intérieur même de l’autel qui renfermait les restes d’une petite fille habillée avec les mains jointes en position de prière perpétuelle. Elle était accolée à l’oratoire de la confrérie de Santa Croce aujourd’hui disparu. Déjà en ruine au début du 19e siècle, elle fut acquise par acte notarié en 1818 par le maire Sarrachioli pour le compte de la commune. (Source : ANDREANI (J.), Lugo-di-Nazza, des origines à nos jours, Société historique de Corte, 2010.)

Provenance

propriété de la commune

Item Relations

This item has no relations.