Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

église paroissiale Saint-Michel

Titre

église paroissiale Saint-Michel

Description

Edifice de plan en croix latine formé d'une nef à vaisseau central en voûte d'ogives à quatre quartiers et de deux chapelles latérales respectivement vouées à Saint Michel et Saint Antoine de Padoue constituées de voûtes d'ogives bombées à sept quartiers rayonnants. Le chœur est formé d'une première travée en voûte d'ogives à quatre quartiers prolongée par une abside en voûte d'ogives bombées à sept quartiers rayonnants. Le pignon de la façade nord est orné d'une arcature aveugle en granite, sur cette même façade se trouvent deux œils-de-bœuf de part et d'autre du clocher porche. On retrouve une baie cruciforme sur chaque façade du clocher. Le clocher porche se trouve au dessus de la porte d'entrée principale, l'encadrement de cette porte en arc en plein-cintre outrepassé est composé de trois voussures en granite. Une porte latérale en arc en tiers-point dont l'encadrement est composé de quatre voussures en granite surmontées d'une archivolte permet d'accéder à l'église par un emmarchement. Les fondations de l'église composées de granite et moellon sont toujours visibles sur la façade sud de l'édifice.

Créateur

Bernardi Marina ; Luciani Antonu

Date

11e siècle (?) ; 17e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 20e siècle

Droits

(c) Collectivité Territoriale de Corse ; (c) Università di Corsica Pasquale Paoli

Spatial Coverage

Corse, 2A, Corse-du-Sud, Bastelica, Santu, N 42°00'02'', E 9°02'59''

Temporal Coverage

Edifice présent sur le plan Terrier dressé en 1785 ainsi que sur le cadastre napoléonien réalisé en 1867. Auparavant l'église Saint Michel était une chapelle ayant une base romane, sa date de construction initiale est imprécise, elle aurait été édifiée en des temps lointains. Au delà d'être un lieu de culte cette chapelle était également un lieu d'étape pour les bergers en transhumance ou les ermites de passage. En 1587 Mascardi parle d'une "église assez grande "capax populi". Pas assez lumineuse. Poutres près de l'autel pour soutenir le toit à cause de fortes chutes de neige. 3 fenêtres, une en façade et 2 sur les côtés. 4 portes, 2 de chaque côté. Campanile détaché de l'église, côté épître 2 cloches. 2 petits vases en pierres fixés au mur pour bénitier. Maître autel table en pierre sur une "nichia" icone vétuste et antique. Autre autel en bois à S. Catarina côté évangile, peintures bois vétustes (une image sur l'autel de la Vierge). Autre autel en bois de Ste Croix côté épître icone antique. Sacrarium mais pas de baptistère.". C'est au XVIIe siècle que la chapelle sera remaniée pour devenir l'église paroissiale Saint Michel. Un des temps fort de la vie villageoise au 19e siècle sera la reconstruction de cette église alors dans un état de dégradation important et ne pouvant plus contenir la population toujours croissante de Bastelica. Le 6 juin 1857 est exposé au conseil municipal le projet de reconstruction de l'église paroissiale, dressé par l'architecte Paul Poggi, inspecteur des édifices diocésains. La municipalité devant faire face également à des travaux de reconstruction du couvent Saint François, elle n'hésitera pas à mettre en adjudication certaines de ses propriétés forestières ainsi que de contracter un emprunt afin de réunir les fonds nécessaires à l'édification de l'église Saint Michel telle que nous la connaissons aujourd'hui. Les motifs invoqués par le conseil municipal de Bastelica auprès du préfet sont les suivants : "en effet, l’église Saint-Michel, église paroissiale, qui se trouve sur la place de ce nom, est petite, basse, humide, elle ne peut contenir la moitié des habitants qui sont au nombre de plus de 3 000 et qui s’accroissent chaque jour. Les frais à faire pour empêcher l’église actuelle de suinter l’eau par les murs pendant l’hiver, pour la consolider ou pour l’agrandir seraient inutiles. L’évêque d’Ajaccio, les hommes de l’art ont tous pensé qu’une église nouvelle et plus grande était un besoin pour Bastelica… des études préparatoires ont été faites, elles sont terminées. L’emplacement est désigné, les plans et devis sont tracés et achevés par M. Poggi, sous-agent voyer en chef… l’emplacement de la nouvelle église est celui de l’église actuelle… les devis sont portés à 80 000 francs…Le conseil municipal autorise le maire à contracter un emprunt de 40 000 francs." Le conseil municipal du 26 juillet 1890 dresse un procès-verbal d'adjudication de l'achèvement des travaux de l'église paroissiale.

Provenance

propriété publique

Item Relations

This item has no relations.