Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Eglise de Santa Maria de Corsoli

Titre

Eglise de Santa Maria de Corsoli

Sujet

inventaire, architecture, religieux, culte, médiévale, appareillage, équarri, Corsoli, Vallerustie,

Description

L'église de Santa Maria, située à quelques kilomètres de l'église de San Quilico de Cambia isolée dans la campagne, se présente avec un plan rectangulaire (6,61x12,24 m.), une nef unique et une abside voûtée orientée et un toit de la nef à longs pans.

L’appareillage est, pour l’essentiel, caractérisé par des éléments en schiste gris équarri de moyenne et de grande dimension disposées de manière semi-régulière et parallèle (appareillage à éléments équarris pseudo isodome). On remarque parfois le dédoublement des assises et la présence d’éléments de dimension plus petite disposés verticalement pour régulariser la disposition des rangées. Les claveaux sont parfaitement équarris, les joints très fins et les marques laissées par les outils (pointe, piquet) sont encore visibles.
La maçonnerie du flanc sud en direction est se caractérise par des blocs disposés en rangées à hauteur différente en fonction de la taille et de la dimension des dalles. On note l'emploi de petits blocs carrés et rectangulaires posés à plat pour régulariser les assises.

Au dessous de soubassement du bas des murs ainsi que à la base du toit se trouve un bandeau avec profil mouluré qui se poursuit sur tout le périmètre de la nef, y compris de l'abside.
L’entrée principale se situe sur la façade ouest tandis qu’une secondaire est localisée dans le mur sud. Les deux sont pourvues d’une architrave monolithe rectangulaire et un tympan nu surmonté par un arc semi-circulaire en plein cintre. Celle du mur ouest est caractérisée par des piédroits monolithes reposant sur deux consoles moulurés comme le linteau. Trois étroites fenêtres sont surmontées d’un arc en pleine cintre : deux dans les cotés de la nef et une dans l’abside. Nous observons la présence de quelques trous de boulins obtenus selon la disposition des dalles ou résultant de l’entaille de certains claveaux (joints en L).

Un modeste clocher, réalisé en appareillage irrégulier et érigé dans le flanc sud direction est, a été rajouté par la suite.
L'intérieur de l’édifice présente la même typologie d’appareillage.

Créateur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : courant du 12e siècle

Référence bibliographique

ARCHIVIO VATICANO Visita Apostolica Monsignore MASCARDI, 1589, Congregazione Vescovi Regolari, inventario
133, Aleria, Archivio Vaticano.

CAMUFFO P., 2012, Gli edifici di culto medievali nella valle del Golo. Analisi archeologica sull’evoluzione delle tecniche murarie in pietra tra XI e XVI secolo, thèse de doctorat soutenue à l'Université de Corse.

CAMUFFO P., L’architecture religieuse médiévale insulaire : modèles architecturaux et identité culturelle des bâtisseurs, in Actes du Colloque “La Franciscorsa, témoin de l'histoire de la Corse”, 23-24 mai 2013, Bastia, à paraître.

CORONEO R., Chiese romaniche della Corsica, Cagliari, pp. 168-169, 175.

ISTRIA, D., 2005, Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse, XIe- XIVe siècle, Ajaccio, p. 114.

MORACCHINI-MAZEL G., 1967, Les églises romanes de Corse, Paris, pp. 17, 19, 155-156, 323.

MORACCHINI-MAZEL G., 1972, Corse romane, Saint-Léger-Vauban, p. 228.

Spatial Coverage

Commune : Cambia
Référence carte IGN : 4351 OT
Coordonnées Lambert : X : 572308 Y : 4232390
Altitude : 680 m
Références cadastrales : 2012 B 26

Temporal Coverage

L'église de Santa Maria présente de fortes similitudes avec celle de San Quilico de Cambia ; bien que son registre architectural soit plus modeste il est possible que l’édifice soit l’œuvre de la même équipe de bâtisseurs qui a concouru à la réalisation de l’église de San Quilico.

Santa Maria de Corsoli, ainsi que tout une série d’édifices tels que San Michele de Murato, la Santa Trinità d’Aregno et San Quilico de Cambia, est attribuable, sur la base de comparaisons stylistiques, au deuxième quart du 12e siècle.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking