Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Eglise de San Quilico de Cambia

Titre

Eglise de San Quilico de Cambia

Sujet

inventaire, architecture, religieux, édifice, médiévale, appareillage, équarri, Cambia, Vellerustie

Description

L'église de San Quilico de Cambia, située dans la campagne en contrebas du hameau de Cambia et à quelques kilomètres de l'église de Santa Maria de Corsoli, se présente avec un plan rectangulaire (6,10x12,20 m.), une nef unique et abside voûtée orientée et un toit de la nef à longs pans.

L’appareillage est caractérisé par des éléments équarris en schiste gris de moyennes et de grandes dimensions disposées de manière semi-régulière et parallèle (appareillage à éléments équarris pseudo isodome). On remarque parfois le dédoublement des assises et la présence d’éléments de dimensions plus petites disposés verticalement pour régulariser la disposition des rangées. Les claveaux sont parfaitement équarris, les joints très fins et les marques laissées par les outils (pointe, piquet) sont encore visibles.

Au dessous du soubassement du bas des murs ainsi que à la base du toit se trouve un bandeau avec profil mouluré qui se poursuit sur tout le périmètre de la nef, y compris de l'abside. En dessous du rebord mouluré du toit se trouve sur tout le périmètre de l’édifice une corniche composée d’une série d’arcatures monolithes en plein cintre (en nombre de un, deux ou trois) taillées dans des claveaux rectangulaires et soutenues par des petites consoles richement moulurées et sculptées avec des motifs géométriques, végétaux, têtes humaines, monstrueuses ou animales.

Dans la façade occidentale sont présentes, en dessous de la corniche à arcatures, deux consoles monolithes de grandes dimensions qui auraient pu servir de soutien pour un porche. L’entrée principale est pourvue de deux hauts piédroits monolithes, d’un linteau rectangulaire mouluré et d’un tympan monolithe sculpté en fort relief surmonté par un arc semi-circulaire en plein cintre. La scène représentée est celle de la tentation d’Adam et d’Eve, entre les deux se trouve le serpent enroulé autour de l’arbre du péché. L’ouverture secondaire du flanc sud est réalisée de la même façon : piédroits monolithes, linteau mouluré et tympan monolithe sculpté en fort relief reproduisant un homme en train d’étrangler un serpent, encadré par un arc semi-circulaire en plein cintre décoré avec des motifs à entrelacs.

La façade orientale est pourvue elle aussi d’une corniche avec arcatures soutenues des consoles sculptées. Le modillon central, figurant un homme nu debout réalisé en ronde bosse, nous rappelle le sculptures de la Santa Trinità d’Aregno ainsi que de San Michele de Murato. L’abside, composée de la même façon présente, en dessous des arcatures, une deuxième corniche à cordelière sculptée.
Cinq étroites fenêtres sont surmontées d’un arc en pleine centre : deux dans chaque côté de la nef et une dans l’abside.
Un modeste clocher, réalisé en appareillage irrégulier et érigé en direction est, a été rajouté par la suite.

A l’intérieur, la voûte de l’abside ainsi que les murs lateraux de la façade orientale sont décorés par un cycle de fresque attribuable au XVI siècle. Dans le cul-de-four est représentée la scène de la Trinité : Dieu Père autoritaire, maître du ciel et de la terre, avec son Fils sur la croix et une colombe. Autour de la mandorle ovale qui les encadre se trouvent deux anges, les symboles des Apôtres et l’image de saint Julitte. Dans le registre inférieur de l’abside et aussi sur les murs latéraux, nous observons la Vierge et l'Enfant entourée des Apôtres. Dans l’arc triomphal sont représentés saint Michel, sainte Julitte et saint Cyr (San Quilico, saint patron de la chapelle).

Dans le mur nord, en direction est, à environ 1,50 m du sol, se trouve une inscription gravée partialement compréhensible « IANO 1596 FU FATTA LA FONTE E LAS ... ... ... M ALISANDRO CASANO FECIT ».
Est possible que la date 1596 soit attribuable à quelque travail de réfection de l’église effectué par le maître Alisandro Casanova dont nous retrouvons le nom gravée aussi sur la façade externe sud de l’église de San Giovanni di u Ponte u Larice.

Créateur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : courant du 12e siècle

Référence bibliographique

ARCHIVIO VATICANO Visita Apostolica Monsignore MASCARDI, 1589, Congregazione Vescovi Regolari, inventario
133, Aleria, Archivio Vaticano.

CAMUFFO P., 2012, Gli edifici di culto medievali nella valle del Golo. Analisi archeologica sull’evoluzione delle tecniche murarie in pietra tra XI e XVI secolo, thèse de doctorat soutenue à l'Université de Corse.

CAMUFFO P., Protomi antropomorfe, spunti di riflessione sulla decorazione architettonica negli edifici religiosi della Corsica, in “Tribune des chercheurs. Histoire Médiévale”, Atti del Convegno, Bastia, 24 giugno 2011, Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, à paraître.

CAMUFFO P., L’architecture religieuse médiévale insulaire : modèles architecturaux et identité culturelle des bâtisseurs, in Actes du Colloque “La Franciscorsa, témoin de l'histoire de la Corse”, 23-24 mai 2013, Bastia, à paraître.

CORONEO R., Chiese romaniche della Corsica, Cagliari, pp. 168-169, 173-177.

ISTRIA, D., 2005, Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse, XIe- XIVe siècle, Ajaccio, pp. 114-115.

ISTRIA D., 2005a, L’hégémonie politique économique comme cadre de diffusion des techniques de construction au Moyen Age: la Corse entre Toscane, Ligurie du XIe au XIVe siècle, in “Arcquelogia de la arquitecture. Aparejos constructivos medievales en el Mediterraneo de las técnicas constructivas”, 4, a cura di Azkarte A., Quiros J. A., p. 135.

MORACCHINI-MAZEL G., 1967, Les églises romanes de Corse, Paris, pp. 153-155, 324.

MORACCHINI-MAZEL G., 1972, Corse romane, Saint-Léger-Vauban, pp. 227-228.

ORSOLINI J., L’art de la fresque en Corse de 1450 à 1520, 2003, Genova, pp. 74-82.

Spatial Coverage

Commune : Cambia
Référence carte IGN : 4351 OT
Coordonnées Lambert : X : 572473 Y : 4232944
Altitude : 745 m
Références cadastrales : 2012 B 64

Temporal Coverage

L’église de San Quilico de Cambia, doit être rapprochée du point de vue architectural et stylistique des églises de San Michele de Murato et de la Trinità di Aregno qui sont considérées dérivées du modèle local de la cathédrale du Nebbio d’emprunt buschettiano (ISTRIA D., 2005b, pp. 134-136).

La répétitivité du programme iconographique et le même procédé technique de réalisation observé dans les trois édifices font supposer qu’ils soient l’œuvre de la même équipe de bâtisseurs active dans les trois chantiers.
San Quilico de Cambia, ainsi que tout une série d’édifices tels que San Michele de Murato, la Santa Trinità d’Aregno et aussi Santa Maria de Corsoli, bien que son registre architectural soit plus modeste, sont attribuable, sur la base de comparaisons stylistiques, au deuxième quart du 12e siècle.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking