Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Eglise de Sant'Agostino

Titre

Eglise de Sant'Agostino

Sujet

inventaire, architecture, religiuex, culte, édifice, médieévale, appareillage, équarri, Bigorno

Description

L'église de Sant’Agostino désormais dans un état de complet abandon est située une quinzaine de minutes de marche au dessus du village de Bigorno.
Elle se présente avec un plan plan rectangulaire (5,92x12,12 m.), unenef unique et une abside voûtée orientée.
Le toit à longs pans est entièrement effondré. L’édifice est conservé en élévation pour une hauteur de deux, trois mètres environ.
Malheureusement, une bonne partie des dalles de revêtement, soigneusement travaillés, a été enlevée et réutilisée ailleurs.
A l’intérieur de l’édifice et le long de son périmètre externe se trouvent, au sol, les restes de la maçonnerie écroulée ainsi que deux tympans.

La maçonnerie qui reste encore visible, à l’extérieur aussi bien que à l’intérieur se caractérise par une différenciation nette entre les faces externes et le noyau interne constitué de moellons non travaillés et écailles liés avec du mortier. Le revêtement des faces externes est polychrome : dans la portion inférieure des murs sont employées des dalles en chlorite vert foncé, en revanche la partie sommitale est constituée de claveaux en schiste feuilleté vert clair. Cette répartition à égale hauteur est maintenue pour tout l’édifice.
L’appareillage est composé de dalles de moyennes dimensions, disposées de manière semi-régulière et parallèle. On observe l’emploi de petits blocs rectangulaires disposés verticalement où à plat pour régulariser les assises. Les claveaux sont parfaitement équarris, les joints très fins, les marques laissées par les outils (pointe, piquet et gradine) sont encore visibles.

Dans le flanc sud, en direction est, juste en dessus de l’entrée secondaire, est visible une portion de maçonnerie fruit d’une reconstruction. Sont ici remployés et remis en place les éléments provenant de l’écroulement des murs ainsi que des petites écailles pour régulariser l’appareillage.
La façade occidentale se présente tripartite par une série de quatre pilastres : deux contreforts aux angles du mur, dont il reste désormais presque seulement la trace en négatif des dalles, et les deux lesene qui encadrent l’entrée principale. Ces deux dernières reposant ainsi que les piédroits, sur deux consoles moulurés.
Deux consoles monolithes richement décorées en haut relief surmontant le deux piédroits soutiennent le linteau monolithe sur lequel devait se poser d’un coté et de l’autre de la façade les deux tympans nus qui aujourd’hui se trouvent au sol.

L’abside est presque entièrement dépourvue de son revêtement externe. A l’intérieur la voûte en cul-de-four est constituée de petits blocs rectangulaires et l'arc triomphal qui est soutenu par deux étroites consoles gravées, est composé de claveaux soigneusement travaillés et disposés alternativement en chlorite vert foncé et en schiste feuilleté vert clair.
Au centre de l'abside se trouve une étroite fenêtre surmontée par un archivolte monolithe échancrée en arc brisé.
Dans les deux côtés de la nef sont encore visible les départs des quatre fenêtres désormais disparues.

Créateur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : courant du 12e siècle

Référence bibliographique

CAMUFFO P., 2012, Gli edifici di culto medievali nella valle del Golo. Analisi archeologica sull’evoluzione delle tecniche murarie in pietra tra XI e XVI secolo, thèse de doctorat soutenue à l'Université de Corse.

CORONEO R., Chiese romaniche della Corsica, Cagliari, p. 169.

ISTRIA D., 2005a, L’hégémonie politique économique comme cadre de diffusion des techniques de construction au Moyen Age: la Corse entre Toscane, Ligurie du XIe au XIVe siècle, in “Arcquelogia de la arquitecture. Aparejos constructivos medievales en el Mediterraneo de las técnicas constructivas”, 4, a cura di Azkarte A., Quiros J. A., p. 136.

MORACCHINI-MAZEL G., 1967, Les églises romanes de Corse, Paris, pp. 151-152, 221.

LETTERON, L. A., 1890, Relazione della prima vista pastorale di Monsignor Marliani, Vescovo di Mariana ed Accia, in “Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse”, n° 113, edizione a cura di Letteron L. A., pp. 129-130.

Spatial Coverage

Commune : Bigorno
Référence carte IGN : 4349 OT
Coordonnées Lambert : X : 572380 Y : 424982
Altitude : 766 m
Références cadastrales : 2012 A 465

Temporal Coverage

L'église de Sant'Agostino de Bigorno se trouve aujourd’hui dans un très mauvais de conservation et la lecture architecturale est partiellement compromise.
L’observation de certains éléments stylistiques et formels (décor et typologie d’ouverture) nous permet de rapprocher l’édifice d’un certain groupe d’églises dont le registre architectural et décoratif est assez homogène.
Nous nous référons en particulier à la chapelle de San Nicolao de Pieve, et à celle de San Cesario de Rapale et aussi aux pievi de Santa Maria de Canari et Santo Pietro di Tenda mentionnées pour la première fois respectivement en 1124 (Archives départementales de la Haute Corse, Bastia, série 1H1, 8, 6 janvier 1124) et en 1137 (Archives départementales de la Haute Corse, Bastia, série 1H1, 13, 31 mars 1137).

Mgr Marliani, lors de sa visite pastorale en Corse en 1646, atteste que l’église de Sant’Agostino était en mauvais état « ... la suddetta chiesa (Santa Maria Annunziata) ha tre annessi, che sono S. Agostino, S. Stefano, S. Clemente, che sono dirutte, S. Agostino manca male, e l’effigie di questi Santi sono nell’icona della chiesa dov’è l’ Assunta ... ».

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking