Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Eglise de Sant’Andrea

Titre

Eglise de Sant’Andrea

Sujet

inventaire, architecture, religiuex, culte, édifice, médiévale, appareillage, Biguglia, équarri, ouverture

Description

L'église de Sant’Andrea de Biguglia désormais à l’abandon et en état de ruine est située sur un col en dessus de Biguglia, à environ 30 minutes de marche du village. Elle se présente avec plan rectangulaire (3,75x10,30 m.), avec une nef unique et une abside voûtée orientée.

Les murs latéraux de la nef et façade principale ouest sont presque entièrement effondrés et ils ne sont conservés que sur une hauteur d’un mètre o deux environ. A l’intérieur de l’édifice et le long de son périmètre extérieur se trouvent, au sol, les restes de la maçonnerie écroulée ainsi que deux tympans et des archivoltes monolithes.

L’appareillage qui est encore visible dans l’abside et en partie dans la façade ouest est caractérisée par une différenciation nette entre les faces externes et le noyau interne constitué de moellons non travaillés et écailles liés avec du mortier. Le revêtement externe est réalisé avec des dalles en schiste gris de moyennes dimensions, disposées de manière semi-régulière et parallèle. On observe l’emploi de petits blocs rectangulaires disposés à plat pour régulariser les assises. Les claveaux sont parfaitement équarris, les joints très fins, les marques laissées par les outils (pointe, piquet) sont encore visibles. Au centre de l'abside se trouve une étroite fenêtre surmonté par un archivolte monolithe échancrée en arc brisé qui s’appuie, à l’extérieur, sur une dalle rectangulaire monolithe moulurée.
Cette même typologie d’ouverture est observable dans l’abside de l’église de San Iacopo de Zambra (Toscane) attribuable à la deuxième décennie du 12e siècle (REDI F., 1984, p. 149, TESTI CRISTIANI M. L., 2011, pp.39, 346-349).

Dans sa partie sommitale (bien qu’elle ait été reconstituée récemment) l’abside présente un bandeau avec profil moulurée et en dessous une série d’arcatures monolithes aveugles échancrées en plein cintre soutenues par des petites consoles sculptées et moulurées. Les tympans des arcatures se caractérisent par des cercles en relief parfois gravés. La même typologie de décoration est également visible dal l’abside de San Sarsorio à Bastia.

Au dessous de soubassement du bas des murs (à la hauteur de la deuxième et troisième rangé) est encore visible un bandeau avec profil moulurée qui se poursuit pour tout le périmètre de la nef, y compris de l'abside. Deux entrées, dont se conservent encore les seuils et les piédroits, sont dans la façade principale ouest et dans le côté sud.

La voûte en cul-de-four de l'abside est constituée de petits blocs rectangulaires et l'arc triomphal se compose de claveaux soigneusement travaillés et bien disposés.

Créateur

Camuffo, Paola

Date

Hypothèse d’attribution chronologique : courant du 12e siècle

Référence bibliographique

Archives départementales de la Haute Corse, Bastia
Série 1H1, 32, 25 février 1260

CAMUFFO P., « Gli edifici di culto medievali nella valle del Golo. Analisi archeologica sull’evoluzione delle tecniche murarie in pietra tra XI e XVI secolo », Thèse de doctorat, Université de Corse, 2012.

CARRATORI L., 1979, Una visita in Corsica del nunzio apostolico Giovanni Scarlatti, arcivescovo di Pisa (1359), in “Bollettino storico pisano”, XLVIII, pp. 45, 52.

ISTRIA, D., 2005, Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse, XIe- XIVe siècle, Ajaccio, p. 114-115.

ISTRIA D., 2005a, L’hégémonie politique économique comme cadre de diffusion des techniques de construction au Moyen Age: la Corse entre Toscane, Ligurie du XIe au XIVe siècle, in “Arcquelogia de la arquitecture. Aparejos constructivos medievales en el Mediterraneo de las técnicas constructivas”, 4, a cura di Azkarte A., Quiros J. A., pp. 134-136.

MORACCHINI-MAZEL G., 1967, Les églises romanes de Corse, Paris, pp. 152, 216.

REDI F., 1984, Cascina, edilizia medievale e organizzazione del territorio, Pise, p. 149.

TESTI CRISTIANI M., L., 2005, Arte Medievale a Pisa tra Oriente e Occidente, Rome, pp. 39, 346-349.

Spatial Coverage

Commune : Biguglia
Références carte IGN: 4348 OT
Coordonnées Lambert : X : 579839.999 ; Y: 4260100
Altitude : 286.45 m.
Références cadastrales : 2012 A

Temporal Coverage

L'église de Sant'Andrea de Biguglia est attestée pour la première fois dans un document de 1260 dans le cartulaire des possessions monastiques de l’abbaye de la Gorgone et marginalement dans un document successif (rapport de Mgr Scarlatti en 1359 “... Rectori ecclesie Sancti Andree di Bighugla, diocesis Marianensis ...”).

Du point de vue stylistique et formel (décoration de l’abside et typologie d’ouverture), l’église de Sant’Andrea de Biguglia peut être rapprochée d’un groupe d’édifices dont le registre architectural et décoratif est assez modeste mais homogène (c’est les cas par exemple de San Sarsorio à Bastia ou Santa Margarita de Sorio, etc.) et qui revoie, sur une base stylistique comparative, au cours du 12e siècle.

Il semblerait possible, vu les étroits caractères techniques, que ce group d’édifices soit l’œuvre d’une même équipe de bâtisseurs.

Item Relations

This item has no relations.

Social Bookmarking