Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

Étude iconologique, iconographique et plastique des édicules votifs

Depuis 1380, date de la fondation de Bastia par la République de Gênes, les deux cités seront liées à la fois sur le plan politique, économique et artistique. À partir du XVIe, Bastia devient la capitale génoise de la Corse et le restera jusqu’au XVIIIe siècle. Ainsi, cette cité deviendra un foyer artistique important pour la Corse et qui sera également reconnu au sein de la Méditerranée. Les chercheurs de l'Université de Corse ont voulu mettre en exergue un axe artistique lié à une tradition populaire qui s’opère à partir de l’époque Moderne (XVIe - XVIIIe siècle) dans la capitale ligure et gagnera rapidement la Corse à travers sa capitale. Cet art populaire prend l’aspect d’édicules votifs qui se traduisent sous la forme de niches érigées sur la voie publique comportant une image pieuse à destination des passants. Les édicules votifs illustrent parfaitement un art à la portée du peuple qui s’introduit dans les quartiers, les rues et s’affichent sur les façades des maisons de notables. Ils incarnent la volonté du peuple de bénéficier de la protection divine en dehors des murs sacrés. Ces oratoires seront alors embellis tout au long des siècles tant à Gênes qu’à Bastia. Vénérés, les édicules deviennent des lieux de prière incontournables de l’époque Moderne à l’époque Contemporaine (XIXe - XXIe siècle).