Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche seulement sur ces types d'enregistrements :

Contenu
Collection
exposition
Page de l'exposition
Simple Page

Recherche avancée (contenus seulement)

L’aspect linguistique

L’aspect linguistique de la Corse est assez peu évoqué (seulement 11 manuels de notre corpus), ce qui correspond aux caractéristiques générales des manuels relevés par A.M. Thiesse.

Langue, dialecte ou patois

Aucune mention n’est effectuée concernant une « langue corse », contrairement aux autres régions. Ceci est conforme au sentiment de l’époque où le corse est considéré comme la version parlée de l’italien.  Ceci est le cas surtout pour les auteurs les plus anciens :

On parle en Corse la langue italienne, et c’est, après la Toscane, la Romagne et les Etats de Lucques, le pays où cet idiome est le plus pur. (Friess, p. 1, 1852)

Pour les autres auteurs, le corse dérive de l’italien. Les expressions utilisées sont « langue » ou « dialecte ». Le terme de « patois » n’est employé qu’une seule fois dans un manuel sur la constitution du territoire français : 

Existe-t-il une race française ?

Pour la langue, l’unité est la plus complète ; les anciens idiomes et patois s’effacent aussi devant le français, langue claire, précise et élégante[1]. 

Cette situation de « dialecte italien » peut expliquer l’absence du corse dans le relevé des langues régionales effectuées par certains ouvrages scolaires.

Par exemple, Clozier en 1947 :

L’unité morale de notre pays s’exprime dans la langue française, que parlent tous les Français. Sans doute, continue-t-on à se servir dans les campagnes des anciens dialectes appelés patois. Près des frontières, en même temps que le français, on utilise encore le flamand dans le nord, l’alsacien dans l’Est, le catalan dans le Roussillon, le basque dans les Basses-Pyrénées et le celte en Bretagne. Mais bien rares sont les personnes qui ne savent pas se servir de la langue nationale.

C’est alors une langue ou un dialecte utilisé uniquement par une classe sociale : le peuple.

Le peuple parle la langue italienne (Saint Roman, p 13, 1840)

La langue parlée en Corse est un dialecte italien (Guillot, p 117, 1898)

En Corse, la langue officielle est le français mais la langue du peuple  est un dialecte qui se rapproche beaucoup de l’italien ; il lui ressemble même plus que certains dialectes de l’Italie.

Seul, Ambrosi-Rostiino explique qu’il s’agit d’un dialecte provenant du latin :

Mais ils [les Corses] ne se distinguent ni par la langue qui est un dialecte latin, mélangé de mots ligures et grecs, enrichi de mots étrangers (Ambrosi, p. 63, 1924)

 Les progrès de la langue française

Cependant, certains auteurs évoquent également les progrès du français par le biais de l’école.

La Corse, dont les rudes et belliqueuses populations gardent encore leur langue (un dialecte italien).

 

Le langage, qui varie suivant les localités, est un dialecte vif et imagé de la langue italienne ; mais aujourd’hui le français est enseigné dans tous les villages de l’île, dont beaucoup d’habitants ignorent même les premiers éléments de l’instruction.

La mise en place d'un ethotype corse ? > Les traits de caractère

 


[1]Labrosse, p 14, 1905